L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Votez !

Une nouvelle présidente au tribunal judiciaire de Mamoudzou

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Après quatorze ans en Polynésie française, Catherine Vannier intègre le tribunal judiciaire de Mamoudzou pour en devenir présidente. Sur un territoire qui connaît une forte immigration et de l’insécurité, le manque de greffiers et de magistrats est l’un de ses principaux défis. En outre, huit nouveaux magistrats rejoignent également la juridiction mahoraise.

« C’est avec beaucoup d’humilité et de prudence que j’aborde mes fonctions. » Catherine Vannier vient d’être nommée présidente du tribunal judiciaire de Mamoudzou. Elle remplace Laurent Ben Kemoun, parti en août dernier. Originaire de Bourgogne, la nouvelle présidente a rejoint l’école nationale de la magistrature en 1990, après avoir été sous-directrice d’établissements pénitentiaires. Diplôme en poche, la femme de droit s’est envolée pour la Polynésie française afin d’y exercer en tant que juge, à Papeete puis sur l’archipel des Marquises. Au total, elle est restée quatorze ans sur le territoire. « Là-bas, je me suis passionnée pour le contentieux foncier et celui de l’état civil. Deux thématiques qui ont une certaine résonance à Mayotte », souligne la présidente, qui apportera une attention particulière à ces sujets sur le territoire.

Catherine Vannier a une solide expérience en Outre-mer. En 2018, elle a également rejoint la cour d’appel de Saint-Denis de La Réunion afin d’en devenir la vice-présidente. A Mayotte, elle sait que « de nombreux défis l’attendent », en lien notamment avec l’insécurité et l’immigration. « En 2050, on estime que le territoire comptera entre 440.000 et 760.000 habitants », souligne Benoît Rousseau, vice-président du tribunal. « En 2022, nous avons déjà enregistré 6.000 requêtes. »

Un manque criant de greffiers

Autre défi de taille : le manque de personnel. « Ce qui m’a frappé en arrivant est le nombre de postes vacants au sein du tribunal. Il y a un manque criant de magistrats mais surtout de greffiers », assure la présidente. En cause, « le manque d’attractivité de l’île », précise-t-elle. Le tribunal pour enfants ne compte d’ailleurs qu’un seul greffier.

Huit nouveaux magistrats viennent toutefois de rejoindre le tribunal à ses côtés. Deux d’entre eux rejoignent le parquet, les autres intègrent le siège. Parmi eux, il y a une nouvelle vice-présidente chargée des fonctions du juge des enfants, un juge de l’application des peines, une juge des enfants, un juge d’instruction et deux substituts du procureur.

 

Une cité judiciaire à construire à Kawéni

Parmi les chantiers de la nouvelle présidente, il y aura la construction de la future cité judiciaire sur l’actuelle emprise de la Deal (direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement), à Kawéni, en face du restaurant Haraka. Le conseil départemental de Mayotte, propriétaire du site de 5.800 mètres carrés, avait rapidement fait part au ministre de la Justice qu’il était prêt à le céder, lors de sa visite en mars. Eric Dupont-Moretti s’était fait volontairement pressant pour que les magistrats d’un tribunal judiciaire devenu trop exigu puissent travailler dans de meilleures conditions.

Concernant le délai justement, Laurent Ben Kemoun, le prédécesseur de Catherine Vannier, tablait sur une arrivée dans les nouveaux locaux « dans quatre ou cinq ans ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Un nouveau cas de choléra détecté à Koungou ce jeudi

La préfecture de Mayotte et l’Agence régionale de santé (ARS) confirment qu’une nouvelle personne atteinte du choléra a été identifiée, ce jeudi 11 avril....

TME : Catégorie entreprise innovante

Par les perspectives qu’elles offrent pour l’économie mahoraise et les nouvelles filières qu’elles développent, cinq structures ont retenu notre attention dans la catégorie entreprise...

Deux scénarios possibles pour le contournement routier de Combani

Le conseil départemental a décidé, ce mardi, de reprendre la main sur les prochaines étapes de la construction du contournement routier de Combani, le...

Des stades pleins pour les finales des tournois ramadan

Les finales des tournois de ramadan sponsorisés par Orange se sont tenues ce jeudi 11 avril, journée de fête de l’Aïd-el-fitr. Les dernières rencontres...

Comores : Trente-huit détenus s’évadent de la prison de Moroni

Un militaire qui figure parmi les détenus serait à l’origine de la débandade de ce jeudi matin, selon les déclarations du chef du parquet...