100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Publicités

Fratricide en 2018 : 2 jours de procès aux Assises pour l’homme accusé d’avoir tué son frère à coups de machette

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

C’est une affaire qui avait fait du bruit, en 2018. Un matin, un homme s’était présenté devant un policier municipal car il avait tué son frère, atteint de schizophrénie. Un dossier sur fond de troubles psychiatriques, qui interroge une fois de plus la question de la prise en charge des maladies mentales dans le 101ème département.

Il porte une chemise aux bordures bleues nuit, large, informe et froissée. Elle recouvre son imposante carrure qui étouffe un peu ses mots quand il s’adresse aux juges. Le col est défait. Comme s’il tombait du lit. “J’ai entendu, mais j’ai rien compris”, lâche l’accusé de sa voix bourrue, après la lecture par le président de l’ordonnance de renvoi du juge d’instruction. Puis d’ajouter dans un grognement à peine audible : “J’ai pas fait exprès… j’en avais marre… je suis passé à l’acte.” Et pas n’importe quel acte : un fratricide sur fond de troubles psychiatriques, pour lequel s’est ouvert ce mercredi un procès de deux jours devant la cour d’Assises, au tribunal judiciaire de Mamoudzou.

fratricide-2018-proces-assises-homme-accuse-avoir-tue-frere-machette

L’affaire qui amène cet homme d’une quarantaine d’années à la barre n’a rien d’anodin. Les faits remontent au 26 septembre 2018. Il est tôt, ce matin-là, quand un agent de la police municipale découvre sur son palier Monsieur B., une machette à la main, passablement excité. L’homme lui avoue avoir tué son frère. Ensemble, ils se dirigent vers un banga en bord de route, dans la commune de Bandrélé. Et là, gisant ensanglanté sous un drap vert brodé de fil rouge, face contre terre, le corps de la victime s’expose inerte aux yeux de ce premier témoin matinal. La gendarmerie est dépêchée sur place, aux côtés du SMUR, qui ne peut que constater le décès. Cinq plaies au crâne ont ôté toute chance de survie à la victime.

Connus pour leurs troubles mentaux

Placé en garde à vue, Monsieur B. reconnaît les faits et justifie son geste par le comportement violent de son frère, qui “l’insultait, le menaçait, et frappait partout dans le domicile”, explique-t-il alors aux gendarmes. Il faut dire que les deux sont connus dans le coin pour leurs troubles mentaux, des prises en charge psychiatriques et une consommation de chimique. D’après leur entourage, ils “se battent souvent avec les poings ou des couteaux”.

La victime, surtout, enchaîne les phases d’hospitalisation et de rechutes, depuis une première bouffée délirante en 2004, à l’âge de 18 ans. Entre-temps, d’autres expertises font état d’une schizophrénie avec hallucinations auditives, idée délirante de persécution, déséquilibre caractériel et conduites addictives. Sa dernière hospitalisation, en date de septembre 2018 se solde par la fugue de l’intéressé. À l’époque, le témoignage de l’un de ses soignants expliquait ainsi, qu’il “aurait dû bénéficier d’un service de soins pour pathologies psychiatriques chroniques, mais il n’y a pas de structures adaptées ici. Je pensais même que c’était lui qui allait provoquer un drame”.

“Je viens de buter mon petit frère”

Bref, quelques jours après le dernier passage de la victime en service de soins, l’ambiance n’est naturellement pas au beau fixe dans le banga vétuste où la fratrie vit dans des conditions précaires, sans eau ni électricité. La tension monte, jusqu’au geste fatal, à en croire une bande sonore glaçante dont le président fait la lecture à l’audience. “Je viens de buter mon petit-frère, j’appelle depuis hier soir, personne ne réagit”, aurait dit l’accusé au téléphone. Lequel aurait agi en légitime défense, les gendarmes ayant refusé d’après lui de se déplacer, malgré ses appels à l’aide.

fratricide-2018-proces-assises-homme-accuse-avoir-tue-frere-machette

La responsabilité pénale en question

D’après l’expertise psychiatrique, Monsieur B. souffre lui aussi d’un déséquilibre caractériel et psychotique majeur doublé d’une déficience intellectuelle et d’une personnalité borderline. Malgré cette description fournie, et une possible altération de son discernement au moment des faits, l’instruction a conclu qu’il pouvait être tenu responsable de ses actes. “On se rapproche plus ici du cas, par exemple, d’une femme victime de violences conjugales qui finit par passer à l’acte que dans l’irresponsabilité pénale”, acquiesce Maître Gibello-Autran, l’avocate de l’accusé.

Nonobstant, les troubles psychiatriques de deux frères seront bien au cœur de ce procès de deux jours. La première journée ce mercredi était ainsi consacrée à l’audition des experts, dans le but de déterminer dans quel état psychique se trouvaient la victime et l’accusé au moment des faits. Une première analyse laisse penser qu’ils avaient probablement interrompu leurs traitements médicamenteux depuis déjà plusieurs jours…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°970

Le journal des jeunes

À la Une

Le retour des gilets jaunes dans le quartier de la Convalescence à Mamoudzou

Ce sont des femmes et des hommes exténués par la montée de la délinquance qui se sont réunis ce dimanche matin à la Convalescence....

22 projets pour 3 lauréats lors du 1er start-up week-end à Mayotte

Du 14 au 16 octobre avait lieu la deuxième édition du concours d’innovation de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) ainsi que...

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l'association des maires et l'agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l'accompagnement...

Hommage à Samuel Paty : à Mayotte, une violence d’un autre type

Pour honorer la mémoire du professeur d’Histoire-Géographie tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo pendant un cours, les...

Le directeur général de LADOM en visite au RSMA pour la formation et l’emploi des jeunes de Mayotte

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité et le Service militaire adapté ont renouvelé un protocole d’accord le 14 septembre dernier. Pour l’occasion, le directeur...