Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le décasage de Gnambotiti suspendu à la décision du tribunal administratif

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Initialement prévue le 13 septembre, l’opération de lutte contre l’habitat indigne au quartier Gnambotiti à Bandrélé a été annulée après le recours de plusieurs habitants toujours sur place. Celui-ci était jugé, ce mardi 27 septembre, au tribunal administratif de Mamoudzou, avant une décision rendue la semaine prochaine.

« Il ne reste que les familles des cinq requérants et une autre », estime Psylvia Dewas. Celle qui est en charge de la résorption de l’habitat illégal pour la préfecture était ce mardi matin, au tribunal administratif de Mayotte. Elle y a défendu le décasage du quartier Gnambotiti à Bandrélé, une opération finalement annulée le 13 septembre dernier à cause d’un recours de quelques habitants.

decasage-gnambotiti-suspendu-decision-tribunal-administratif
Cinq requérants s’opposent à la destruction des habitations et ont déposé un recours au tribunal administratif.

En effet, si quelques-unes des 112 personnes recensées sur ce secteur ont préféré partir ou accepté les solutions d’hébergement, d’autres sont déterminées à rester. « Ça fait trente ou quarante ans qu’on habite là », déplore l’une des requérantes, à la sortie de l’audience. Selon l’arrêté préfectoral daté du 6 juillet, « les habitats présentent des risques graves pour la salubrité, la sécurité et la tranquillité publiques, en l’absence notamment de réseau d’alimentation en eau potable, de collecte des eaux usées et des eaux pluviales, de voiries et d’équipements collectifs ».

En outre, la préfecture avance le risque d’inondations sur cette portion de Bandrélé située en bordure de lagon. Un principe de précaution contre les catastrophes naturelles qui a du mal à passer auprès des habitants. « On ne nous l’a jamais dit. Pourtant, la municipalité passe à côté de chez nous tous les jours », attestent-ils. Maître Érick Hesler, l’avocat des requérants, plaide la même chose : « Cela fait 40 ans qu’ils habitent là. D’un seul coup, on leur dit que c’est inondable ! »

Des propositions d’hébergement dès décembre 2021

Dans le recours, les habitants pointaient le manque de propositions d’hébergement en citant l’attestation faite par l’Acfav, l’association chargée de faire l’enquête sociale. Sur celle-ci, il était indiqué que quatre ménages ont accepté les propositions d’hébergement et que quatorze ont refusé. « Ceux que je défends ne sont pas dessus, alors que c’est une obligation légale », stipule leur avocat. « En décembre 2021, ils ont accepté une proposition d’hébergement. Depuis, ils ne sont plus sur la liste », ajoute-il. À ces mots, Gil Cornevaux tique. Le président du tribunal administratif estime que « ça ressemble à de l’obstruction », puisque quelques minutes avant, la préfecture a laissé entendre que cette liste « est évolutive » et peut intégrer d’autres noms.

decasage-gnambotiti-suspendu-decision-tribunal-administratif
Le décasage de Gnambotiti était prévu le 13 septembre, soit le même jour que celui de Trereni, un hameau situé sur les hauteurs de Bandrélé. @Prefecture de Mayotte

Sur les propositions d’hébergement, Psylvia Dewas fait remarquer « que certains ont accepté, puis n’ont plus voulu voir les enquêteurs ». Elle rappelle que des places au village Coallia de Tzoundzou II sont toujours disponibles. Prévue six mois, la durée de cet hébergement temporaire peut être rallongée. Un argument qui n’a pas fait mouche. Rejoindre Mamoudzou intéresse peu les habitants qui ont grandi à Bandrélé et dont les enfants fréquentent les écoles de la commune. « C’est compliqué de les faire scolariser ailleurs. Ils ne sont pas forcément pris en cours d’année », dit craindre une mère de famille.

À Mayotte la semaine prochaine, Gil Cornevaux a promis qu’il donnera sa décision à ce moment-là.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Le branle-bas de combat au centre hospitalier

Le service des urgences du centre hospitalier de Mayotte (CHM) tourne avec quatre médecins de jours et trois médecins de nuit, se défend la...

Omar : « C’est chez moi ici, je ne partirai pas »

Des tôles déformées, des cendres et des trous encore fumants sont les restes du chalet d’Omar. L’exploitation de l’agriculteur de M’tsapéré, ciblée régulièrement par...

Musique traditionnelle et électro s’accordent au festival Kayamba

La sixième édition du festival de musique traditionnelle et électronique se déroulera du vendredi 31 mai au samedi 1er juin. Deux dates pour deux...

Les jeunes du RSMA sensibilisés aux violences contre les femmes

Le régiment du service militaire adapté (RSMA) de Mayotte a reçu, ce mardi 28 mai, la cinquième édition de la journée de lutte contre...

« On va partir et voyager autour de l’Europe »

Le mois de l’Europe est célébré pendant tout le mois de mai, dans l’ensemble des États membres afin de rendre hommage à la date...