test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Début du procès pour une bande faisant régner la terreur aux Hauts-Vallons

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Des cinq condamnés en mai 2022, trois ont choisi de faire appel et sont jugés, jusqu’au vendredi 14 avril, par la cour d’assises d’appel des mineurs. Agés de 16 et 17 ans à l’époque, ils doivent répondre de faits de vols et de viols avec arme et en réunion datant des mois d’avril et juillet 2016, dans le quartier des Hauts-Vallons, à Mamoudzou.

Quand le terre-plein des Hauts-Vallons n’était pas encore le grand bâtiment de Mayotte la 1ère, le lieu était la cible en 2016 d’une bande particulièrement violente. « A cette époque, vous saviez qu’une bande sévissait », demande justement Cyril Ozoux, le président de la cour d’assises, ce mardi 11 avril. « Oui, bien sûr. On entendait souvent parler d’agressions », répond le premier témoin de ce procès d’assises qui doit durer quatre jours au total. L’homme grand et solidement bâti fait partie des victimes de la meute qui lui est tombé dessus un soir, alors qu’il discutait avec son amie à l’extérieur du véhicule. « Une dizaine d’individus cagoulés et armés nous ont entouré. Ils m’ont demandé de passer à l’arrière », se souvient-il. Profitant d’un moment d’inattention, il est parvenu à s’enfuir. Tous n’ont pas eu cette chance. Dans plusieurs cas, sur les trois soirs visés par la prévention, les 19 et 24 avril, ainsi que le 7 juillet, des viols ont été commis. Avec, comme le décrit le témoin, un mode opératoire similaire. A quelques exceptions près, le même groupe profitait de l’obscurité pour s’en prendre aux automobilistes ou scootéristes sur ce lieu isolé. Certains portaient des masques, des cagoules, voire un bonnet de père Noël. Agés de 16 et 17 ans, ils opéraient à la lueur de torches armés de pierres, de machettes, de bâtons et de couteaux. Et s’ils dérobaient souvent ce qu’il y a dans les véhicules, ils n’hésitaient pas à s’attaquer sexuellement à leur victime. Le 19 avril par exemple, c’est une prostituée qui sous la contrainte a dû avoir des relations sexuelles avec plusieurs d’entre eux. D’autres fois, des jeunes femmes de 16 et 17 ans étaient mises à l’écart pour subir le même rituel. C’est d’ailleurs le sperme retrouvé sur les victimes qui a permis de confondre au fur et à mesure les auteurs habitant à Kawéni ou Majicavo. Les témoignages des uns et des autres ont permis à cinq accusés d’être condamnés par la cour d’assises, le 25 mai 2022.

La minorité écartée en première instance

Ainsi, les trois hommes de 23 et 24 ans, sur le banc des accusés ce mardi, sont en détention depuis. Le plus jeune a écopé de douze ans de prison, les deux autres, respectivement à huit et quatorze ans. Natifs de Mamoudzou ou Koungou, ils ont fait appel et espèrent diminuer leurs peines, ce vendredi, au dernier jour du procès. Le premier, 23 ans aujourd’hui et natif de Koungou, doit répondre des faits de vol et viol pour les trois soirs. Le deuxième, âge de 24 ans et de Mamoudzou, fait face aux mêmes accusations, mais pour les 24 avril et 7 juillet. Enfin, celui qui a eu la peine la plus lourde a été désigné comme un leader du groupe par les co-accusés. Présent les trois soirs, le jeune homme de 24 ans est accusé aussi de vols et viols, sauf pour le 24 avril, où c’est la complicité de viol qui a été retenue.

Comme lors du procès de 2022, la question de la minorité va être remise sur la table. En première instance, celle-ci n’avait pas été retenue. Si c’est à nouveau le cas, les trois risquent une peine maximale de vingt ans, ce vendredi.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Désormais 210 cas de choléra à Mayotte

L’Agence régionale de Santé (ARS) de Mayotte a publié un nouveau bulletin relatif au choléra sur le territoire. Il fait état de 210 cas...

Incendie au collège de Dzoumogné : les épreuves du brevet seront déplacées au lycée professionnel

Après l’incendie qui a ravagé le collège de Dzoumogné, ce dimanche 23 juin, la piste criminelle est privilégiée (voir encadré). L’établissement étant fermé jusqu’à...

Le personnel du dispensaire de Kahani en droit de retrait ce lundi

Depuis ce lundi matin, le personnel du dispensaire de Kahani, dans la commune de Ouangani, est en droit de retrait. Ils sont actuellement environ...

L’usine sucrière d’Hajangoua vers des travaux en 2025

En 2022, l’ancienne usine sucrière d’Hanjagoua, dans la commune de Dembéni, a été sélectionnée par la mission Bern. La subvention pourtant obtenue depuis, les...

« Le clandestin à Mayotte ne doit avoir qu’une seule certitude, celle d’être renvoyé »

Circonscription sud. Manon Moreno (Reconquête) fait ses premiers en politique à l’occasion des élections législatives qui auront lieu les 30 juin et 7 juillet...