100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

40000 followers sur facebook

Coupeurs de routes aux Comores : Une vingtaine de personnes arrêtées

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Pour le moment, huit suspects seulement sont placés en détention provisoire. Parallèlement, la gendarmerie nationale a lancé une opération de lutte contre la délinquance dans certains quartiers de Moroni. 10 personnes en possession de produits stupéfiants sont déjà interpellées, mais aucun fait les reliant aux  coupeurs de routes n’a été établi.   

La traque des coupeurs de routes suit son cours. Ce mardi, sur sa page Facebook, la gendarmerie nationale a annoncé l’arrestation de trois personnes soupçonnées de faire partie de ce réseau de malfaiteurs qui sèment la terreur dans la capitale depuis plus d’une semaine. A l’heure actuelle, près de 20 suspects ont été interpellés. Dans sa publication d’hier, la gendarmerie a rappelé qu’avant son coup de filet du lundi, elle avait déjà réussi à mettre la main sur 8 présumés auteurs. 5 d’entre eux sont depuis le 16 juin placés en mandat de dépôt à la prison de Moroni, pendant que les autres arrêtés dans le cadre d’une commission rogatoire se trouvent en garde à vue dans ses locaux. Cela fait plus d’une semaine que la justice comorienne a ouvert une information judiciaire. Cette mobilisation intervient après le signalement d’actes de banditisme dans certaines zones de la capitale des Comores. Tout a commencé par un témoignage d’un homme qui affirme avoir été attaqué la nuit du 11 juin vers 3h à Zilimadjou, un quartier situé au sud de Moroni. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux le lendemain, la victime a déclaré être prise pour cible  par des bandits qui lui avaient barré la route.

60 euros

Certains étaient munis de toute sorte d’armes. Heureusement qu’il avait dans sa poche 60 euros. Ce qui lui a permis d’échapper à ce guet-apens et de rentrer indemne. Sa voiture par contre n’a été épargnée. Si de tels actes suscitent inquiétude et peur, c’est surtout parce qu’on est face à un phénomène nouveau. D’après le procureur de la République, les suspects auraient lâché quelques mots concernant leurs motivations.  » Leur but n’est pas de semer la terreur mais plutôt de dépouiller les passants de leurs objets de valeur ou leur agent. Ceux qui opposent une résistance se font agresser« , a rapporté le procureur Ali Mohamed Djounaid qui « promet qu’il n’y aura pas de tolérance pour les auteurs de ces actes encore moins ceux des autres faits de banditisme similaire ».  Il a ajouté : « Le parquet restera toujours  intransigeant envers les coupables de faits constitutifs de trouble à l’ordre public« .

7 chefs d’inculpation

S’agissant des chefs d’inculpation retenus par le juge d’instruction , ils sont 7 presque du moins pour l’instant : Entrave à la liberté de circulation, menace de mort avec arme blanche, vol à l’arrache et à l’esbroufe, troubles graves à l’ordre public, destruction et dégradation de véhicules, détention , coups et blessures volontaires, association de malfaiteurs. Une source autorisée de la gendarmerie interrogée avant-hier, a indiqué qu’ils avaient arrêté une vingtaine de personnes, dont le présumé cerveau du réseau. Mais seuls 7 avaient été envoyés à la maison d’arrêt de Moroni , tant dis que les autres sont gardés pour le besoin de l’enquête, d’après le lieutenant Zakaria Abdallah, commandant de compagnie de Ngazidja.

Toujours au cours de notre entretien avec le procureur de la République, on a appris que la gendarmerie a interpellé 10 personnes dans deux quartiers différents de Moroni. Elles ont déjà été déférées au parquet. Cela , dans le cadre de la lutte contre le banditisme. Sur place, les forces de l’ordre ont retrouvé presque toutes sortes  de drogue, de la chimique jusqu’à même celles qui nécessitent des injections . « Mais aucun élément ne nous permet de les relier aux coupeurs de routes. A part les produits stupéfiants nous n’avons trouvé aucune arme« , a insisté le chef du parquet, Ali Mohamed Djounaid. Les charges retenues pour ces derniers vont de la détention et consommation de produits stupéfiants à la fornication. Il y avait en effet deux filles avec eux. Depuis l’apparition de ces coupeurs de routes, la psychose a gagné la population. Mais la gendarmerie assure qu’elle veillera à la protection des citoyens et de leurs biens. C’est peut-être pour cette raison que les patrouilles des hommes en treillis se sont multipliées ces derniers temps partout, surtout le soir. Si la rapidité avec laquelle la justice a mis la main sur ces présumés auteurs, fera-t-elle autant pour les juger ?

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1006

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Développement de Mayotte : « un défaut d’organisation lié à un défaut de collaboration »

Le rapport public thématique de la Cour des comptes et de la chambre régionale des comptes sur les plans de développement pour Mayotte a...

« Je pense que le regard du monde pourrait se tourner vers Mayotte »

Les relations entre l’île de Madagascar et sa voisine mahoraise continuent de se renforcer avec l’organisation des Ateliers de la coopération, ce jeudi. Une...

Yes Ko Green, premier festival éco-responsable à Mayotte

Le premier festival éco-musical gratuit et ouvert à tous est organisé ce samedi 2 juillet de 9h à 19h au M'haju à Bandrélé. Une...

Les séniors à la découverte des archives départementales de Mayotte

Le conseil départemental et le centre communal d’action sociale de Mamoudzou ont organisé ce jeudi 30 juin une visite des archives départementales pour les...

Une fête de fin d’année pour faire parler de l’école primaire Doujani 2

L’école primaire Doujani 2 a organisé une grande fête de fin d’année ce jeudi 30 juin avec l’ensemble de ses élèves. C’est sous un...