L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les coupeurs de route condamnés à des peines allant de 11 à 18 années de prison

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

La cour d’assises des mineurs de Mayotte a rendu son verdict, ce mardi soir. Les neuf hommes d’origine comorienne liés aux barrages de juin 2016, près de Tsararano, ont été reconnus coupables et condamnés. Maendjibou Saindou, celui qui a été décrit comme le chef, écope de 18 ans de prison, tandis que les deux plus jeunes ont été condamnés à des peines de 11 et 12 ans, ils étaient mineurs au moment des faits.

La cinquième et dernière journée du procès des coupeurs de route, ce mardi, était attendue avec impatience par les victimes. Après les réquisitions du parquet et les plaidoiries des avocats, la cour d’assises des mineurs a rendu son verdict dans la soirée sur cette affaire datant de juin 2016 et qui impliquait neuf hommes, dont deux étaient mineurs au moment des faits. Pour rappel, la bande dont les membres sont tous originaires des Comores était accusée d’avoir monté deux barrages, l’un le 8 juin 2016 à Ongojou et l’autre le 16 juin à Ironi Bé. Tôt le matin, ils arrêtaient les travailleurs, les dépouillaient et les agressaient. Des faits particulièrement violents décrits par une partie des victimes qui sont venues témoigner pendant ce procès.

Reprenant l’image de “L’attaque de la diligence” peinte par Francesco Goya, le représentant du ministère public a comparé les coupeurs de route à “des bandits de grand chemin qui semaient la terreur en France au XVIIIème siècle”. L’avocat général, Albert Cantinol, a cité en exemple cette victime qui n’a pu garder son poignet intact que grâce à la montre qui a stoppé la machette. “Les victimes ont vécu un guet-apens dont vous vous souvenez toute votre vie”, a-t-il insisté. En raison de la vingtaine de victimes et les 50.000 euros de préjudice, il a demandé des peines allant de dix ans de prison (pour les deux mineurs au moment des faits) à vingt ans. Il a aussi requis une interdiction de cinq ans de port d’arme et une autre de territoire français pour six des accusés.

Les avocats ont pointé le manque de preuves

Lors de leurs plaidoiries, la plupart des avocats ont rappelé, ce mardi, que leurs clients ne sont reliés aux attaques que sur les déclarations des premiers mis en cause. En effet, l’ADN de deux hommes seulement les ont reliés aux attaques. Les cagoules et l’obscurité au cours de ces deux matins ont rendu difficile l’identification par les victimes. Maître Luc Bazzanella, qui a défendu Inoussa Hati, a relevé ainsi qu’“il n’y a pas d’empreintes génétiques de Monsieur Hati. Il n’y a pas grand-chose d’autre d’ailleurs”. Pour Raphaël Saindou, maître Abdel-Lattuf Ibrahim a également noté que le témoin qui a reconnu son client durant le procès ne l’a pas fait “trois ans plus tôt”. Et celui qui est décrit comme le chauffeur, Dajmaldine Amed, “il a été exonéré par les autres” a répété son avocat, maître Charles Simon. La cour d’assises a condamné les trois à respectivement à 14 ans, 16 ans et 16 ans de prison.

Tombé à cause de son ADN, Nadjib Mahomed a été le premier à reconnaître les faits et à indiquer les noms de ses complices. Si sa version a plusieurs fois changé, il n’a jamais nié son rôle. Maître Soumetui Andjilani a souhaité d’ailleurs mettre en avant l’importance de son client dans l’enquête de la gendarmerie. “Grâce à Nadjib Mohamed, vous avez un dossier”, a-t-il fait remarquer. Le jeune homme a été aussi le premier à présenter ses excuses lorsqu’il a été appelé la dernière fois à la barre. “Je demande pardon à tout le monde dans la salle. J’ai un immense regret parce que j’ai foutu ma vie en l’air”, a-t-il confié. Il a été condamné à treize ans d’incarcération. Abdoulaziz Ahamad Saïd Ali, connu sous le surnom de Magnele, qui a reconnu aussi les faits au moins du 8 juin, écope de seize ans de prison. La peine de Amildine Madi, dont l’ADN a aussi été retrouvé, est de quatorze ans.

Le plus âgé, 29 ans aujourd’hui, Maendjibou Saindou a eu la condamnation la plus lourde avec 18 ans de prison. Jamais condamné, décrit comme un manipulateur lors de son expertise psychologique, celui-ci a toujours nié sa participation. Pourtant, plusieurs de ses coaccusés l’ont désigné comme l’instigateur des attaques, après le décasage de sa maison de Tsoundzou 1 au printemps 2016. Seul du groupe a possédé la nationalité française, il ne peut pas faire l’objet d’une interdiction définitive de territoire français, comme les deux condamnés qui étaient mineurs à l’époque. Ces deux derniers ont d’ailleurs les peines les plus courtes avec respectivement onze et douze ans de prison.

Tous ont également une interdiction de port d’arme pendant cinq ans.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Fabien Trifol retrouvé en mer à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre

Un bateau de particuliers a repêché Fabien Trifol dans le lagon, à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre, vers 17h, ce lundi....

[Mis à jour] Disparition inquiétante de Fabien Trifol, directeur Aménagement à la Cadema

Fabien Trifol retrouvé en mer à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre Ce dimanche, vers 16h30, Fabien Trifol a quitté son domicile de...

Plusieurs affrontements ce week-end alors que Wuambushu 2 doit commencer cette semaine

M’tsapéré, Majicavo-Koropa, Koungou, Tsararano, barrages et rixes entre forces de l’ordre et bandes de jeunes ont émaillé le week-end à Mayotte. A la veille...

Boulevard urbain : Cap vers une validation du plan de financement

Examen de passage réussi devant la Commission nationale du débat public (CNDP) à Paris. Le Département de Mayotte a reçu le feu vert il...

TME 2024 : Catégorie Jeune entreprise

Dernières pousses de l’économie mahoraise, les cinq nommés de notre catégorie Jeune entreprise montrent déjà toutes les qualités pour bien s’implanter dans le paysage...