100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le conseiller municipal faisait de fausses attestations d’hébergement

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Élu en 2020 au sein de la majorité, Anrif Nourdi a perdu son siège de conseiller municipal de Mamoudzou, ce lundi 12 décembre. Cela fait suite à sa condamnation par le tribunal correctionnel, le même jour, pour des faux en écriture.

« Il y a 2.000 personnes qui vivent à Cavani grâce à vous directement », fait remarquer Benoît Rousseau, le président du tribunal correctionnel de Mamoudzou. A la barre, ce lundi 12 décembre, dans le cadre d’une comparution immédiate, l’homme est penaud. Celui qui est considéré comme « le cheffou » ou « le maire » dans son quartier de M’barazi, à Cavani, a vite perdu de sa superbe. Anrif Nourdi, arrivé des Comores il y a une vingtaine d’années, était monté pourtant jusqu’à la mairie de Mamoudzou où il occupait un siège de conseiller municipal depuis juin 2020. Mais si sur le plan politique, l’élu se faisait discret, il avait pris depuis bon nombre d’années des libertés avec la loi. En effet, depuis 2014 au moins, il produisait des attestations d’hébergement pour des familles originaires de Sima (Anjouan) comme lui, factures d’eau et carte d’identité à l’appui. Près de 120 de ces documents ont été retrouvés à la préfecture de Mayotte dans des dossiers de demande de titre ou renouvellement de titre de séjour. Une trentaine ont été comptabilisées rien que pour l’année 2022. C’est d’ailleurs ce qui a mis la puce à l’oreille des services préfectoraux.

La police s’est vite rendu compte que le banga occupé par la famille de l’agent de sécurité, sur un terrain du Département de surcroît, ne pouvait pas héberger tous ces gens. Toutefois, ils se sont agglutinés tout autour, faisant de « leur maire » le protecteur idoine. « J’avais une obligation vis-à-vis de mon village. Je gagnais leur respect comme cela », avoue-t-il. Le respect et non l’argent, c’est ce qui ressort de l’enquête. Les comptes en banque et le patrimoine de l’élu « ne montrent aucun enrichissement personnel », tout comme les témoignages du « village » qu’il s’était constitué.

« Un potentiel électoral »

Sa position au sein du quartier l’a aussi amené à avoir des velléités politiques. Approché par un élu de M’tsapéré, il a rejoint le parti Les Républicains et l’équipe d’Ambdilwahedou Soumaïla. L’homme a laissé entendre que son réservoir des voix était sans doute ce qui lui avait les portes de la politique. « Il y avait un potentiel électoral », suppose le juge Rousseau, qui note les contradictions entre le message politique de sa formation appelant à mettre fin à l’immigration et les pratiques de l’élu. « On voit un système qui se met en place. Ça interroge sur le fonctionnement de la démocratie », fait remarquer Yann Le Bris. Le procureur de la République a requis six à huit mois de prison avec un sursis probatoire lié à une obligation de payer une amende. « La seule sanction qui ait un vrai sens, c’est de prononcer l’inéligibilité avec exécution provisoire », demande-t-il en plus, espérant dissuader « si d’aventure d’autres élus ont aussi ce double discours, entre les pratiques personnelles et le message politique ».

Le tribunal correctionnel a relaxé Anrif Nourdi pour l’aide à l’entrée ou le séjour d’étrangers en situation irrégulière. En effet, il n’a pas été démontré qu’il a perçu de l’argent en contrepartie des papiers. L’intérêt moral non plus n’est pas évident ont estimé les juges. Les personnes du quartier n’ont pas tous le droit de voter aux élections municipales et les policiers n’ont pu vérifier si ceux qui le peuvent ont été influencés. En revanche, pour les faux en écriture, le prévenu a été reconnu coupable et condamné à verser une amende de 10.000 euros, dont 8.000 euros avec sursis. En outre, la peine d’inéligibilité avec exécution provisoire met fin de manière immédiate aux fonctions politiques du « cheffou ».

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...