L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Comores : L’ex-ministre de l’Intérieur, Mohamed Daoudou emprisonné

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Quelques heures avant de se rendre à la gendarmerie, l’ancien patron de la sécurité nationale, souvent associé à la répression qui s’abattait sur les voix dissonantes, entre 2016 et 2021, avait dénoncé les opérations de surveillance dont il disait faire l’objet. Son parti parle de séquestration.

Après deux nuits passées dans les locaux de la gendarmerie nationale, où il a mis les pieds depuis le soir du 30 avril, Mohamed Daoudou, ancien ministre de l’intérieur de l’Union des Comores a été déféré, hier en fin d’après-midi, au parquet de Moroni. Il est placé sous mandat de dépôt en prison et est désormais visé par trois chefs d’inculpation, selon le procureur, Ali Mohamed Djounaid : “mise en danger d’un agent de la force publique dans l’exercice de ses fonctions”, “violence et séquestration d’un agent de la force publique” et “vol du matériel de l’agent et confiscation du matériel”. Selon le procureur, l’ex-ministre faisait l’objet d’une enquête de la brigade de recherches de Moroni.

Il est soupçonné de faire de la propagande en faisant appel à la population pour contester les résultats définitifs proclamés par la cour. L’histoire ayant conduit à l’emprisonnement de Kiki, sobriquet très connu de l’ancien ministre, est on ne peut plus rocambolesque.  Tout a commencé par une vidéo, publiée quelques heures avant son incarcération, dans laquelle Mohamed Daoudou, entouré par les habitants de son quartier résidentiel, situé au nord de Moroni, dit faire l’objet d’une surveillance. En direct, toujours le soir du mardi, le leader du parti Orange a montré une voiture qui était conduite par les hommes qui le suivent en filature depuis trois jours, selon ses mots.  » Depuis dimanche, j’ai constaté qu’ils me suivaient. Ce soir [ il était 18h passée, ndlr], après avoir effectué la prière du maghrib, je me préparais pour sortir de chez moi, j’ai vu encore le véhicule et je me suis approché pour leur demander ce qui se passait. Dans le siège arrière, il y avait d’autres occupants qui portaient des casquettes pour se cacher le visage. L’un d’eux s’est enfui. Selon des habitants du quartier, un motard était aussi avec eux, on l’a vu rentrer dans l’un des locaux des services de renseignement à quelques mètres d’ici« , déclarait devant les réseaux sociaux, Mohamed Daoudou, arrivé en troisième position lors de la présidentielle du 14 janvier.

Le parti Orange défend son leader

L’ancien chef de la sécurité nationale a également affirmé que l’agent qui conduisait la voiture protégée par un habitant du quartier avait reconnu être envoyé par quelqu’un pour surveiller Kiki. « Nous avons des preuves, ses appareils photos ont été confisqués. Sachez que cet agent est responsable de ce qui pourrait m’arriver. En tout cas, personne ne peut m’empêcher de me rendre où je veux. Les habitants le conduiront à la police. Il leur reviendra d’effectuer leur travail« , a poursuivi Mohamed Daoudou, qui n’arrêtait pas de contester la réélection d’Azali Assoumani, après l’envoi de plusieurs requêtes devant la haute cour. Il promettait aussi, à l’instar des autres candidats, qui affirment que les récentes élections ont été truquées, qu’il y aurait plusieurs investitures le 26 mai.

Au lendemain de sa détention, le parti Orange, dont il est le président d’honneur, a tenu une conférence de presse et assurait que leur leader n’avait commis aucune faute. Il s’agit selon ses partisans d’une pure séquestration dans la mesure où il s’est rendu faire une déposition, et que par retournement de situation les gendarmes l’ont retenu. Avant la divulgation du chef d’inculpation de séquestration, le bruit courait déjà. Mais le collectif des candidats de l’opposition par la voix de son doyen, Aboudou Soefo, nie cela et se demande comment leur frère aurait su qu’il s’agissait d’un agent alors qu’il ne portait pas d’uniforme et que son véhicule avait une plaque d’immatriculation civile.   « D’ailleurs ce sont les gens du quartier qui ont protégé cette personne quand elle était à deux doigts de se faire lyncher par la foule. Nous condamnons ces pratiques d’intimidation et cette arrestation sans fondement de Kiki. Nous demandons au peuple comorien de faire preuve de prudence car certains veulent pêcher en eau trouble« , a recommandé le collectif de l’opposition dans une déclaration faite mercredi.

L’image sombre du pouvoir d’Azali Assoumani

Le parti Orange dit comprendre les pièges tendus par le pouvoir pour les pousser à réagir. « Ce que nous ne ferons pas car la paix n’a pas de prix« , a insisté Kaambi, un cadre de la formation politique de l’ancien ministre de l’intérieur. Il faut noter que si l’inculpation de l’ex- chef de la sécurité nationale est dénoncée par ses partisans et l’opposition, de nombreux citoyens ne manquent pas de rappeler les années qu’il a passées aux côtés d’Azali Assoumani, qualifié par ses opposants d’autoritaire. Nommé depuis 2016 ministre de l’intérieur, Mohamed Daoudou, exerçait son pouvoir d’une main de fer et n’hésitait pas une seule seconde à menacer toute voix dissonante, jusqu’à son limogeage en août 2021.

Répression de manifestants, confiscation de journaux, emprisonnements de journalistes, Kiki, incarnait cinq ans durant l’image sombre du pouvoir d’Azali Assoumani, qui a enfermé ses principaux opposants à l’instar de l’ancien président Sambi, condamné à la perpétuité dans une affaire de corruption, fin 2022. Rappelons que c’est par une simple note circulaire, signée en mai 2018, au ministère de l’intérieur, dirigé à l’époque par Mohamed Daoudou que Sambi a été placé en résidence surveillée pour « la préservation de l’ordre et la sécurité publics« . Du jamais vu dans la mesure où la privation des libertés individuelles est une prérogative réservée à un juge.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...