100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Comores : deux ans après, le décès du journaliste Ali Abdoul toujours pas élucidé

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

En février 2021, des investigations menées par National Magazine, un site d’investigations, avaient révélé que le corps d’Ali Abdou, ancien journaliste d’Al-watwan saignait, soutenant ainsi la thèse du meurtre, défendue dès le départ par sa famille.  Mais, depuis, le mystère persiste toujours. Le syndicat national des journalistes aux Comores réclame la réouverture de l’enquête. 

Deux années se sont écoulées depuis qu’Ali Abdou, premier président du syndicat des journalistes aux Comores (Snjc) est décédé dans des circonstances floues. Le 12 décembre 2020, son corps a été retrouvé chez lui au sud de la capitale, Moroni. Trois jours plus tard, le procureur de la République de l’époque, Mohamed Abdou, a convié les médias dans son bureau pour livrer ses conclusions. D’après lui, la mort du journaliste d’Al-watwan n’a rien de suspect. Une version qui a toujours été contestée par sa famille. Le bémol, aucune enquête n’a été ouverte pour élucider ce drame. Le bureau du syndicat des journalistes a d’ailleurs tenu une conférence de presse, ce mardi 13 décembre, dans les locaux du quotidien d’État pour exiger justice. Ce n’est pas la première fois que ses confrères haussent le ton, mais souvent leurs cris de cœur restent sans suite. Pourtant, les éléments qui apparaissent méritent une attention particulière. « L’histoire d’Ali Abdou est tragique sur bien des plans. Voilà un jeune qui meurt dans des circonstances floues dans un contexte de conflit foncier. Cela n’émeut pas la justice qui a l’air de ne pas vouloir élucider ce qui semble être un acte criminel », regrette la présidente du Snjc, Faïza Soulé Youssouf.

Sang, blessure ….

Trois mois après la tragédie, Hayatte Abdou, journaliste d’investigation du National Magazine, dans un riche article publié en février 2021, a fait des révélations qui remettent en doute la piste de mort naturelle. Elle nous y apprend que selon le neveu du regretté, le corps de ce dernier avait gonflé, son œil, sorti de l’orbite. Le matelas et ses draps étaient imbibés de sang. Personne ne reverra les draps, brûlés par des hommes en uniforme et des pompiers de la sécurité civile. Ont-ils voulu cacher quelque chose ? Un témoin cité par l’article, affirmait qu’Ali Abdou avait perdu beaucoup de sang et confirmait une blessure à l’œil. A cela s’ajoute les déclarations de la famille qui n’a jamais eu accès au certificat médical. Le plus étonnant, le temps passe, et malgré l’apparition de ces faits troublants, aucune démarche n’a été entamée par le parquet de Moroni pour lever le mystère. « Ce lundi marquait les deux ans de sa mort sans que nous ayons le droit de connaitre la vérité. Nous ne sommes pas là pour pleurer notre frère, car il vit dans nos cœurs, mais on est là pour demander justice pour qu’enfin nous puissions faire le deuil », a déclaré Andjouza Abouheir, vice-présidente du syndicat, lors de la conférence.

Promesse du ministre de l’Intérieur

La journaliste de La Gazette des Comores, a rappelé que même le département d’État américain dans son rapport de 2021 sur les droits humains est revenu sur le cas de notre confrère dont la disparition suspecte n’a jamais été élucidée. « Le syndicat dénonce vigoureusement ce silence des autorités judiciaires et du gouvernement qui trainent les pieds sur ce dossier et exige la remise de l’enquête », a-t-elle martelé. Après l’enterrement, le ministre de l’Intérieur et de l’Information de l’époque, Mohamed Daoudou, avait promis que justice allait être faite. « Nous attendons encore qu’elle le soit », rappellera Faïza Soulé.  Son confrère de RTMC Mbeni, Moustafi Youssouf Mohamed, qui occupe le poste de trésorier au sein du syndicat lui note que jusqu’à présent, tout n’est pas tranché sur les causes du décès de leur confrère. « Si la justice découvre qu’il y a eu meurtre à ce moment-là, nous allons réclamer plus d’informations sur l’auteur. Mais on en n’est pas là. Voilà pourquoi, nous exigeons d’abord l’ouverture du dossier car ne nous pouvons pas se contenter de la déclaration du procureur », a-t-il fait observer.

Selon des juristes, il n’est pas trop tard pour relancer l’enquête. Il suffit qu’une personne qui a des intérêts à agir [sa famille de préférence ou son enfant] saisisse par requête simple le procureur de la République. Il est libre d’ouvrir ou pas une information judiciaire en transmettant le courrier à la gendarmerie ou la police. Le syndicat a annoncé son intention de suivre cette voie.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...