100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Publicités

Cavale en Toyota volée de Soulou à Bouéni : jusqu’à 5 ans de prison pour une bande qui avait terrorisé des habitants de Mayotte

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Une bande comparaissait ce mercredi au tribunal pour avoir dépouillé des promeneurs à Soulou puis, quelques jours plus tard, cambriolé à deux reprises la même famille, à Bouéni, en 2016. Des faits qui rappellent les heures sombres du banditisme à Mayotte, quand les coupeurs de route s’attaquaient à la population.

Ils avaient dépouillé, volé, cambriolé et traumatisé au moins 11 victimes, entre le 17 et le 21 décembre 2016. Pire encore, au terme de cette cavale, c’est une même famille qui avait reçu la visite impromptue de la bande, deux nuits de suite… Cinq prévenus étaient appelés à comparaître ce mercredi au tribunal correctionnel de Mamoudzou, pour des faits de vol avec violence, vol ou tentative de vol par effraction, violence commise en réunion et destruction du bien d’autrui en réunion. Quatre étaient présents à l’audience, le cinquième n’ayant pas été interpellé. Et malgré de maigres tentatives d’excuses à la barre, difficilement entendables au vu de ce joli palmarès, ils ont tous écopés de peines de prison ferme, allant jusqu’à six ans pour les plus impliqués.

Leur aventure crapuleuse commence le 17 décembre, à Tsingoni, sur le chemin qui mène à la cascade de Soulou. Ils y guettent les badauds de retour de la plage. Un petit groupe finit par tomber dans leurs griffes. Sous la menace de trois individus, armés d’un bâton et de deux machettes, les promeneurs sont dépouillés, leurs sacs vidés et fouillés. L’un des agresseurs demande s’il reste du monde sur la plage, et les victimes répondent par la négative. Manque de bol, un couple arrive sur ces entrefaites… Ce qui leur vaudra de passer eux aussi à la casserole. Mais les bandits voient rouge. Pour la peine, ils gratifient l’un des membres du premier groupe d’un coup de chumbo, du plat de la lame, sur l’épaule. En tout, l’opération dure près de 30 minutes, auxquelles il faudra ajouter pour les victimes des jours d’ITT et des nuits d’angoisse, causés par le stress post-traumatique.

Course poursuite en Toyota

Sans surprise, à leur sortie de la forêt, la Toyota Corolla du groupe manque à l’appel. “Ce véhicule sera le fil rouge de cette affaire”, souligne la présidente à la lecture des faits. Car deux jours seulement après cette première exaction, les larrons récidivent à quelques kilomètres de là, dans la commune de Bouéni. Ils sont cinq désormais, parqués dans la petite Toyota volée, devant une plutôt belle bâtisse. “Vous vous êtes dits que c’était une belle maison, donc ça devait être des métropolitains et que vous alliez la cambrioler”, dénonce l’avocate des parties civiles, Me Kassurati Mattoir. Ils pénètrent à la nuit tombée dans l’habitation endormie, font leurs affaires sans bruit, mais sont finalement repérés. Pris en chasse par le fils des victimes, ils se retournent contre lui à coups de caillasses et de coups de machettes dans les vitres.

Mais ce n’est pas tout ! Le lendemain, rebelote, dans la même maison. Car la bande insatiable a avisé un petit coffre-fort dans la chambre parentale le soir du premier cambriolage. “J’ai entendu un bruit, boom ! Comme si l’on avait jeté quelque chose de lourd”, raconte la femme à la barre, qui s’est soudainement retrouvée nez à nez avec trois individus armés de couteau et de machettes, chez elle. Elle crie avant d’être saisie par le cou et menacée de mort. “J’ai supplié, ‘‘s’il-vous-plaît, ne tuez pas mon mari, tuez-moi à la place””, sanglote la victime à l’audience, encore chamboulée après cinq années de procédure. Son mari, déjà malade à l’époque, n’aura lui pas survécu assez longtemps pour témoigner à la barre. “Mon père n’est plus là, son état de santé s’est aggravé depuis ces événements”, souffle le fils endeuillé.

“Ils peuvent faire leur peine aux Comores”

Du côté des prévenus, c’est plutôt profil bas. “Si je fais le bilan des cinq années en prison, j’ai gâché ma vie et je suis le seul responsable”, tente ainsi l’un d’entre eux. Mais les quatre bougres peinent à amadouer, d’autant plus ceux qui traînent un casier judiciaire fourni… ou qui tentent d’obtenir du juge leur transfert à La Réunion ou en métropole. Mauvaise pioche selon l’avocate des parties civiles. “Je rappelle que tous ces gentils Messieurs sont en situation irrégulière sur le territoire, ils peuvent faire leur peine aux Comores, ils verront si c’est si dur, la détention à Mayotte”, raille-t-elle au moment de faire sa plaidoirie. Pas plus convaincue par leurs excuses, prononcées “parce qu’il y a des conséquences néfastes sur leur propre vie, et en niant les conséquences sur celle des victimes”.

Le parquet a requis des peines entre trois et six ans de prison. Les juges iront plus ou moins dans le même sens, en condamnant ceux ayant participé aux trois séries de faits à cinq ans d’emprisonnement, et les deux autres à respectivement 30 mois et quatre ans ferme.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°970

Le journal des jeunes

À la Une

Le retour des gilets jaunes dans le quartier de la Convalescence à Mamoudzou

Ce sont des femmes et des hommes exténués par la montée de la délinquance qui se sont réunis ce dimanche matin à la Convalescence....

22 projets pour 3 lauréats lors du 1er start-up week-end à Mayotte

Du 14 au 16 octobre avait lieu la deuxième édition du concours d’innovation de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) ainsi que...

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l'association des maires et l'agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l'accompagnement...

Hommage à Samuel Paty : à Mayotte, une violence d’un autre type

Pour honorer la mémoire du professeur d’Histoire-Géographie tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo pendant un cours, les...

Le directeur général de LADOM en visite au RSMA pour la formation et l’emploi des jeunes de Mayotte

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité et le Service militaire adapté ont renouvelé un protocole d’accord le 14 septembre dernier. Pour l’occasion, le directeur...