L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Aggravation de la délinquance à Mayotte : la justice tape du poing

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Ce mercredi, le tribunal judiciaire de Mamoudzou jugeait trois affaires de petite délinquance. Face à cette violence qui ne cesse de prendre de l’ampleur, la justice elle aussi exprimait son ras-le-bol.

 

“Vous êtes fiers de ce que vous avez fait devant cette petite fille ?”, tonne le président Laurent Ben Kemoun, tel un maître d’école exaspéré face à un élève turbulent. Mais pour cette rentrée au tribunal correctionnel de Mamoudzou, les faits dépassaient quelque peu les bousculades et vols de cartable. Il faut dire que le prévenu, arrivé flanqué d’une escorte de gendarmes mobiles, est déjà visé pour une affaire de viol qui lui vaut d’avoir passé les sept derniers mois à Majicavo. Cette fois-ci, il comparaissait pour un vol aggravé par deux circonstances commis le 5 avril 2019 à Koungou.

 

Ce matin-là, un père de famille amène sa fille à l’école en scooter. Sur le chemin, vers 7h, il tombe sur deux individus qui lui demandent d’abord deux euros. L’homme en hâte refuse. C’est alors que l’un des agresseurs agrippe son sac à dos, l’arrache, et prend la fuite avec son comparse. Quelques mètres plus loin, ils font le bilan des courses : 20 euros et un téléphone, qu’ils revendront plus tard dans la journée pour 70 euros. Dans sa déposition, la victime précise que le prévenu était muni d’une scie, qu’il a brandie sans pour autant tenter d’asséner un coup. Si la scie ainsi que l’ADN du voleur ont bien été retrouvés sur les lieux du méfait, le tribunal ne retiendra comme circonstances aggravantes que le vol en réunion et avec violence.

 

Le fléau de Mayotte

 

Une affaire somme toute assez banale donc, mais tristement symbolique de la recrudescence de faits de délinquance que Mayotte connaît depuis plusieurs mois. Et qui résonne tout particulièrement après un week-end chahuté par trois faits similaires dont une attaque sanglante d’un client du Jardin Maoré à N’gouja. Et c’est d’ailleurs le constat dressé par le substitut du procureur. “Cette délinquance, c’est le fléau de Mayotte. À la permanence, nous sommes constamment submergés d’appels par des citoyens ou des touristes qui ont subi des agressions. Ce grand sentiment d’insécurité, l’île n’en peut plus”, déplore Ludovic Folliet. Étant donné que le prévenu est déjà en détention dans une affaire pour viol, le parquet ne requiert toutefois qu’un sursis de six mois d’emprisonnement. Les juges seront moins cléments : le prévenu écope de quatre mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Retour à la case Majicavo, dans l’heure ou presque.

 

Une jeunesse sans repère

 

Et toute la matinée, c’est peu ou prou le même sketch qui va se jouer, entre des jeunes délinquants oisifs à peine majeurs et une justice désabusée. Un coup, le prévenu a tout juste 18 ans, scolarisé jusqu’en 3e, puis laissé sans orientation. Symbole d’une jeunesse en perte de repères, du genre qui se retrouve un matin d’avril 2020 à boire de l’alcool et à accepter de participer à un cambriolage d’un magasin à Mamoudzou. “Vous êtes jeune vous êtes face à un embranchement : soit vous chutez, soit vous changez de comportement, sinon vous allez finir à Majicavo”, lui prédit le procureur. Lui s’en sortira cette fois-ci un peu mieux que ses pairs, avec 140 heures de travaux d’intérêt général.

 

“Une réponse pénale sévère”

 

En effet, dans une dernière affaire de barricades et caillassages, les prévenus, absents à leur propre audience, écoperont d’une peine plus sévère que les réquisitions : un an de prison chacun, et un mandat d’arrêt pour le seul des trois déjà condamné par le passé. Les trois délinquants, âgés de 18 et 23 ans, avaient descendu 50 euros d’alcool à Nyambadao en avril dernier avant de commencer à lancer des pierres, sans trop savoir pourquoi, sans trop s’en souvenir après. Une nonchalance qui n’a pas joué en leur faveur. “Des gendarmes déjà essorés font face à ce genre d’événements tous les jours, et les dommages peuvent être très graves. Par le passé, certains y ont perdu un œil, des dents, ou ont dû être évasanés”, rappelle ainsi le procureur en référence au major de gendarmerie grièvement blessé le 6 juillet dernier. Pour ces faits potentiellement létaux, le ministère public demandait donc une “réponse pénale sévère”. Pour qu’enfin, “le citoyen se réapproprie l’espace public”.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1089

Le journal des jeunes

À la Une

Choléra : Les écoles de Majicavo-Lamir et Majicavo-Koropa fermées par précaution

La présence de plusieurs cas de choléra dans la commune de Koungou a amené la municipalité à prendre des mesures drastiques. Les écoles des...

Comores : Azali Assoumani invité au 80e anniversaire du débarquement de Normandie

Au cours du dernier entretien téléphonique entre le président comorien et Emmanuel Macron, les deux dirigeants ont, entre autres, discuté de la coopération et...

Ambdilwahedou Soumaïla : « ce seront deux années d’engagements »

Maire de Mamoudzou depuis 2020, Ambdilwahedou Soumaïla se retrouve confronté à toutes les crises du territoire, sanitaire, social, migratoire et insécurité. Un contexte qu’il...

Une convention pour un centre intercommunal de santé dans le Sud signée avec le ministre Frédéric Valletoux

Si la journée de jeudi était consacrée au choléra lors de la visite du ministre délégué chargé de la Santé et de la Prévention,...

Des collégiens de Kawéni à Marseille pour des battles de danse

Deux équipes du collège Kawéni 1 et du lycée Bamana, à Mamoudzou, participeront aux championnats de France de danse battle hip-hop à Marseille, de...