100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Jusqu’à 12 ans de réclusion criminelle pour les auteurs d’un caillassage visant le second de la gendarmerie

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Quatre ans après l’attaque qui a bouleversé sa vie, le lieutenant-colonel Olivier Pech, atteint gravement au visage, a obtenu justice devant la cour d’assises pour mineurs. Les deux accusés considérés comme les auteurs principaux de son agression ont écopé de 12 et 10 ans de prison ferme.

Les nombreux gendarmes présents ce lundi soir, en service comme en soutien, arborent le même sourire satisfait. Après quatre jours de procès “très denses”, et surtout quatre ans de reconstruction, le lieutenant-colonel Olivier Pech, commandant en second de la gendarmerie de Mayotte en 2017, a enfin obtenu justice. La cour d’assises pour mineur a prononcé des peines sévères pour les individus impliqués dans un caillassage, qui avait gravement blessé le militaire au visage : entre quatre mois et 12 ans de réclusion criminelle. “Je confirme la dimension thérapeutique de cette étape, ce ne sont pas des paroles toutes faites : le procès participe à cette reconstruction”, a insisté le militaire à la sortie de l’audience, entouré par ses proches venus spécialement à Mayotte pour assister aux audiences, qui se déroulaient à huis clos.

Le n°2 de la gendarmerie ne cachait pas son appréhension à l’idée de reposer le pied sur le sol mahorais, quatre ans après cette nuit fatidique, où il avait été blessé lors d’un caillassage en Petite-Terre. L’attaque avait eu lieu dans la nuit du 13 au 14 mai 2017. Après ce qu’il appelle “un périple anti-gendarmes”, où des bandes de jeunes avaient visé plusieurs lieux symboliques des forces de l’ordre, le lieutenant-colonel Olivier Pech, appelé en renfort, est à son tour pris à partie alors que le calme semblait revenu. Ciblé par des jets de projectiles, le militaire reçoit un pavé de près d’un kilo au visage. Transporté en urgence au centre hospitalier de Mayotte avec un traumatisme crânien, il est par la suite évacué vers La Réunion. Aujourd’hui encore, l’officier n’a pas retrouvé l’usage complet de son œil droit, dont l’acuité visuelle a diminué de moitié.

“Il faut qu’ils voient cela comme une dernière chance”

Pour son avocate, Maître Pauline Ragot, “la justice a pris la mesure de l’extrême gravité des faits commis par les deux auteurs principaux dans ce dossier”. Le meneur présumé a écopé de 12 ans de réclusion criminelle et d’une interdiction définitive du territoire français. Son complice, dont on a retrouvé des traces ADN sur le projectile qui a atteint le visage du lieutenant-colonel, prend 10 ans. En tout, huit accusés figuraient initialement dans le dossier, mais deux n’ont pas pu être jugés par la cour d’assises des mineurs : l’un, âgé de 13 ans au moment des faits, a été renvoyé devant le tribunal pour enfants, l’autre n’était pas apte psychologiquement à comparaître. Les autres s’en sortent avec des peines de quatre mois et un an de réclusion. “Il faut qu’ils voient cela comme une dernière chance, et qu’ils ne se fassent pas guidés par des mecs comme Foras et Bonobo (les surnoms des deux leaders présumés, NDLR), qui sont des cancers”, a souligné Olivier Pech.

Si l’enquête avait initialement été ouverte par le parquet de Mayotte pour tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique, c’est finalement le chef de “violences volontaires avec guet-apens ayant entraîné une ITT (incapacité temporaire de travail) supérieure à huit jours avec usage ou menace d’une arme sur personne dépositaire de l’autorité publique”, qui a été retenu. Les accusés risquaient jusqu’à 15 ans de prison. Après cette condamnation au pénal, reste désormais la partie civile, qui doit avoir lieu en juin pour statuer sur la réparation du préjudice. La famille du lieutenant-colonel Olivier Pech s’est constituée partie civile.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...