100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Un poste avancé de la police municipale à Kawéni pour poursuivre la chasse aux incivilités

À lire également

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Sécurité Deux gendarmes du GIGN blessés en intervention

Deux gendarmes du GIGN ont été victimes d’une violente agression en embuscade dimanche, par un groupe d’individus « sortis d’un fourré ».

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Poumon économique de l’île, Kawéni reste le théâtre d’incivilités en tout genre. Avec l’ouverture d’un nouveau poste avancé de la police municipale ce jeudi 3 septembre, les élus de Mamoudzou souhaitent renforcer leurs effectifs sur ce secteur mais aussi s’attaquer aux chiens errants et aux ruminants par le biais de deux conventions.

Jeudi. 13h54. Gyrophare allumé, un véhicule de la police municipale de Mamoudzou fonce à tout berzingue au milieu du rond-point SFR, direction la mairie annexe de Kawéni. Malgré les embouteillages, pas question d’arriver en retard pour l’inauguration de leur nouveau poste avancé prévue à 14h. Pas de stress Messieurs les agents, les chaises vides se remplissent encore au compte-gouttes.

« Après la place du marché couvert, la décision de créer cette nouvelle structure est une volonté municipale », introduit Said Malidi, l’adjoint en charge de la sécurité urbaine et de la prévention. Face à l’assemblée, l’élu réitère la priorité de cette mandature, à savoir rendre la ville chef-lieu « plus sûre » et « apaisée » et offrir « un meilleur cadre de vie » à la population. « Dernièrement, le territoire communal a été le théâtre de phénomènes d’incivilités », concède-t-il, pour justifier la mise en place de cette politique (ultra) sécuritaire. Qui doit d’ailleurs continuer à s’étendre dans la commune, avec notamment une autre ouverture dans les anciens locaux de la Croix Rouge situés à l’entrée de Passamaïnty.

« Une unité de référence »

L’objectif donc ? « Faire de la police municipale une unité de référence » sur l’ensemble de l’île aux parfums, rappelle le candidat malheureux aux dernières élections départementales sur le canton de Mamoudzou 1. Pour cela, la municipalité ne lésine pas sur les moyens humains, puisqu’elle s’engage à doubler ses effectifs, au nombre de 38 à l’heure actuelle, d’ici 2026. « Huit agents supplémentaires vont nous rejoindre avant la fin de l’année », assure Said Malidi, avant de se féliciter de l’acquisition de caméras piétonnes individuelles reliées au quartier général. Un QG amené lui aussi, tout comme le centre de supervision urbaine, à déménager sur la place mariage dans un avenir proche pour être « plus performant en matière de surveillance de biens publics ».

Si s’attaquer aux petits larcins est une chose, la mairie n’en oublie pas la prolifération des animaux errants. D’où « le choix de [nous] conventionner » pendant une année avec le groupement de défense sanitaire et la société One dog Mayotte pour y remédier. L’un doit faire office de fourrière pour les ruminants, « dans un lieu tenu secret pour éviter les vols ». « À Mayotte, il y a un gros problème d’identification. Notre objectif n’est pas de réprimander, mais de sensibiliser les éleveurs pour qu’ils rentrent dans la réglementation », prévient Chouanibou Youssouffi, le directeur de l’association. L’autre a pour mission de capturer « une centaine » de chiens dits « dangereux » sur appel des forces de l’ordre et des pompiers. Et ensuite de les garder dans le – soi-disant – plus grand chenil de l’océan Indien. Et c’est là que le bât blesse. Avec la mise à l’arrêt de Gueule d’Amour, l’avenir des meilleurs amis de l’homme se retrouve entre deux eaux. « Certains seront proposés à l’adoption, d’autres seront euthanasiés… euh stérilisés pour les empêcher de se reproduire avant d’être ensuite renvoyés dans la nature », détaille sans sourciller Ousseni Bourahima Ali, le gérant.

Avec une brigade de maximum six agents affectée quotidiennement sur Kawéni, la ville de Mamoudzou tente une fois de plus le pari de la proximité. « La police est le maillon essentiel de la sécurité publique », persiste et signe Said Malidi. Reste à confirmer cette stratégie dans les chiffres.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...