L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le personnel de Kwalé manifeste pour « ne plus revivre le traumatisme »

À lire également

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Violences à Miréréni-Combani : « Nous nous demandons si nous vivons en France ou en Afghanistan »

Depuis un an, les habitants de Miréréni et de Combani ne dorment plus sur leurs deux oreilles et se renvoient constamment la balle face...

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Le collège de Kwalé craint de revivre les événements de violences du jeudi 12 décembre, où des heurts à l’extérieur avaient obligé élèves et enseignants. Ces derniers, accompagnés de parents d’élèves, ont manifesté ce jeudi matin pour réclamer plus de sécurité.

« C’est arrivé comme un tsunami », dépeint Manuel, professeur depuis un an au collège de Kwalé, « l’avancée de bandes de jeunes vers l’établissement » jeudi 12 décembre, avec « les forces de l’ordre derrière », bien en mémoire. Comme soixante-quatre autres membres du personnel, il est en grève ce jeudi 18 janvier pour réclamer des mesures au rectorat face à l’insécurité : sécuriser l’enceinte de l’école avec des réparations d’urgence, le stade en chantier à proximité où des barres de fer et des pierres sont à disposition, et obtenir plus d’équipes mobiles de sécurité. Ils demandent également un protocole de communication pour être rapidement informés du danger, ce à quoi la direction de l’établissement s’est engagée oralement.

Décision prise de fermer le collège le temps de la manifestation, enseignants et quelques parents d’élèves ont entamé leur marche, depuis le collège de Tsoundzou 1, vers 9 h jusqu’aux environs de 10 h. Armés de cartons où on peut par exemple lire « L’école doit être un refuge, pas une zone de guerre », ils se sont dirigés jusqu’à la route départementale pour être visibles des conducteurs. Ceux-là n’hésitent pas à klaxonner en preuve de soutien.

« On n’est pas tranquille quand on envoie les enfants à l’école »

« On risque notre vie tous les jours », poursuit Manuel qui manifeste pour « ne plus revivre le traumatisme de plusieurs heures de stress » qu’ont vécu enseignants et élèves. « Ça pleuvait des cailloux depuis le grillage. » L’un des jeunes assaillants s’étant même introduit « pour prendre à revers » le personnel bloqué dehors. Appelé par la direction pour fermer sa classe, d’où les haut-parleurs « ne fonctionnent pas bien », il a rejoint le reste du personnel confiné. « On a enfermé les élèves dans le réfectoire. Cachés sous les tables, on leur interdisait même d’aller aux toilettes. Et puis on a senti l’odeur du gaz des grenades lacrymogènes approcher. » Selon lui, « le collège est une cuvette, ce qui nous rend extrêmement vulnérables ». « On devrait se concentrer sur la pédagogie, pas gérer la question de si on va repartir en vie », conclut-il.

Une insécurité qui alimente une peur déjà présente au quotidien. « Il y a deux ans c’était encore gérable », déclare Siti, enseignante depuis six ans. « On vient la boule au ventre, on ne sait pas si on arrivera en un seul morceau. » Tandis qu’une autre, en poste depuis neuf ans, témoigne de sa peur pour ses enfants qui sont aussi scolarisés au collège.

« On n’est pas tranquille quand on envoie les enfants à l’école », appuie Hamada, parent d’élève, paniqué pour la sécurité de sa fille le jour de l’intrusion. « S’il se passe quelque chose, ça peut tomber sur n’importe quel enfant. » Ajoutant que « beaucoup d’entre eux font le trajet à pied. »

À ce jour, hormis une visite de la Direction des constructions scolaires (DCS) pour constater les travaux à effectuer, les représentants de syndicaux n’ont pas encore eu de réponse de la part du rectorat. Mais à la suite de cette marche, un envoyé du recteur, chargé de la vie scolaire et de la sécurité, s’est entretenu avec la principale, ses adjoints et des représentants syndicaux. Une réponse pourrait être apportée d’ici une semaine.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1089

Le journal des jeunes

À la Une

Choléra : Les écoles de Majicavo-Lamir et Majicavo-Koropa fermées par précaution

La présence de plusieurs cas de choléra dans la commune de Koungou a amené la municipalité à prendre des mesures drastiques. Les écoles des...

Comores : Azali Assoumani invité au 80e anniversaire du débarquement de Normandie

Au cours du dernier entretien téléphonique entre le président comorien et Emmanuel Macron, les deux dirigeants ont, entre autres, discuté de la coopération et...

Ambdilwahedou Soumaïla : « ce seront deux années d’engagements »

Maire de Mamoudzou depuis 2020, Ambdilwahedou Soumaïla se retrouve confronté à toutes les crises du territoire, sanitaire, social, migratoire et insécurité. Un contexte qu’il...

Une convention pour un centre intercommunal de santé dans le Sud signée avec le ministre Frédéric Valletoux

Si la journée de jeudi était consacrée au choléra lors de la visite du ministre délégué chargé de la Santé et de la Prévention,...

Des collégiens de Kawéni à Marseille pour des battles de danse

Deux équipes du collège Kawéni 1 et du lycée Bamana, à Mamoudzou, participeront aux championnats de France de danse battle hip-hop à Marseille, de...