100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Trois interpellations, dont une incarcération, à la suite des violences à Koungou

À lire également

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Sécurité Deux gendarmes du GIGN blessés en intervention

Deux gendarmes du GIGN ont été victimes d’une violente agression en embuscade dimanche, par un groupe d’individus « sortis d’un fourré ».

Le préfet Jean-François Colombet est revenu sur les événements du week-end dans le quartier Jamaïque de Koungou et a confirmé son intention de mener l’opération de destructions de cases en tôle, prévue le 9 mars.

Ils ne seront pas les plus forts.” Le ton, menaçant, est à la hauteur des scènes effroyables relayées ce week-end sur les réseaux sociaux. À la suite des “faits inqualifiables” survenus vendredi et samedi dans la commune de Koungou, le préfet de Mayotte Jean-François Colombet a adressé un avertissement aux “voyous” du quartier Jamaïque. “Nous allons démontrer que la force restera dans les mains de l’État de droit et non dans celle des barbares”, a assuré le locataire de la Case Rocher qui a aussi tenu à exprimer sa “compassion à l’égard des victimes de ces actes d’une rare sauvagerie”.

Le délégué du gouvernement a confirmé que l’opération de destruction de cases en tôle, décidée par arrêté préfectoral en vertu de la loi Élan, sera maintenue, “à la date et dans l’envergure prévues”. Et d’évoquer les coulées de boue, qui, on s’en souvient, avaient provoqué la mort d’une mère et de ses quatre enfants dans ce quartier insalubre en 2018. “Nous allons effacer ce quartier”, a insisté Jean-François Colombet.

 

Plusieurs opérations d’interpellations prévues

 

En amont de la destruction prévue le 9 mars, plusieurs opérations d’interpellations d’étrangers en situation irrégulière seront par ailleurs menées. Selon une source, le préfet s’est entretenu lundi matin avec les forces de l’ordre pour organiser ce vaste plan d’action.

De son côté, la gendarmerie a communiqué sur ces violences “d’un niveau exceptionnel menées par plusieurs dizaines de jeunes qui n’ont eu de cesse d’harceler les forces de l’ordre et de commettre des actes délinquants d’une grande gravité tant envers la population que ses biens”. Ses agents sont intervenus “avec tous (les) moyens terrestres et aériens pour libérer les axes entravés par des barricades enflammées, rétablir l’ordre public et secourir une famille dont l’appartement avait été incendié”, précise-t-on. Ce lundi, trois personnes avaient été interpellées et placées en garde à vue, dont l’une déjà envoyée en détention provisoire, d’après le communiqué.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Piste longue : la solution en remblai-digue privilégiée

La direction générale de l’aviation civile vient de publier une plaquette intitulée « Remblais ou pilotis » qui compare les solutions envisagées pour la construction de...

Un petit pas pour Mayotte, un grand pas pour le droit du travail

Mardi 18 janvier, les premiers conseillers prud'homaux de Mayotte ont prêté serment devant le président du tribunal, Laurent Ben Kemoun, et le procureur de...

Gendarme renversé : un individu en garde à vue, deux autres à l’hôpital

Lundi soir, vers 21h, lors d’un contrôle lié au couvre-feu à Chirongui, un véhicule a foncé sur un gendarme de 25 ans. Plaqué sur...

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...