100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Combani et Miréréni se jettent la pierre

À lire également

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Sécurité Deux gendarmes du GIGN blessés en intervention

Deux gendarmes du GIGN ont été victimes d’une violente agression en embuscade dimanche, par un groupe d’individus « sortis d’un fourré ».

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Les habitants de Combani et Miréréni n’ont eu que quelques semaines de répit. Les rivalités qui opposent les jeunes de ces deux villages de la commune de Tsingoni ont une nouvelle fois entraîné des affrontements ce week-end. Les villageois des deux côtés campent sur leurs positions. Chaque camp accuse l’autre d’être à l’origine du problème.

« Ils étaient tellement nombreux… J’ai cru qu’ils allaient en finir avec Combani. » Djamal, habitant du village, a encore la voix tremblante lorsqu’il évoque l’après-midi et la nuit de terreur du dimanche 15 août. Des bandes rivales originaires de Combani et Miréréni se sont une nouvelle fois affrontées dans le quartier appelé Badjoni. Le secteur a été le théâtre d’une nouvelle scène de violences qui inquiète les citoyens. « Les jeunes étaient armés de machettes, de fusils de mer, de cailloux. Ils ont commencé à brûler la cour d’un riverain à côté. Nous sommes partis éteindre le feu, mais ils nous ont accueillis avec des pierres. Le soir, c’était pire, il y avait une vraie guérilla », décrit avec amertume Moller, qui a assisté à toute la scène depuis sa maison. Sur place à partir de 17h, les gendarmes départementaux et mobiles ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les foules jusqu’à 1h du matin, une fois la situation apaisée…

Cet énième affrontement semble trouver son origine quelques jours plus tôt selon les témoignages. « Ça a commencé depuis vendredi. Un groupe de jeunes de Miréréni étaient venus vers 12h avec des machettes et ils lançaient des pierres. Certains de Combani les ont repoussés. Ils ont aussi brûlé un véhicule de quelqu’un de Miréréni et à partir de là, tout a dégénéré », continue Moller. Une version corroborée, à quelques détails près. « Ce sont les jeunes de Combani qui sont montés jusqu’à la mosquée de Miréréni. Ensuite, ils ont été repoussés jusqu’au pont », insiste pour sa part une habitante de Miréréni qui souhaite garder l’anonymat pour éviter les représailles. Quoi qu’il en soit, le résultat est le même : des maisons et des boutiques vandalisées, des voitures incendiées et la population terrorisée de part et d’autre. Les conséquences sont lourdes et le ras-le-bol se fait ressentir. « On est fatigués, on en a marre. Il faut que ça cesse », martèle-t-elle, après plus d’un an d’agressions à répétition.

« Derrière tout cela, il y a des adultes qui les manipulent »

Les langues commencent à se délier à Miréréni tout comme à Combani, et une hypothèse revient de manière récurrente. « Ces jeunes se connaissent depuis longtemps, ils étaient ensemble et maintenant, ils ont été instrumentalisés. Je pense que derrière tout cela il y a des adultes qui les manipulent. Tout le monde les connaît : la mairie, la police, les habitants », affirme l’habitante de Miréréni. Même son de cloche du côté de Combani. « Ces jeunes sont encouragés par leurs parents. Ils les nourrissent avant d’aller se battre et leur donnent leur bénédiction », soutient de son côté Djamal. La situation serait d’ailleurs montée d’un cran puisque dimanche, les bandes rivales auraient été appuyées par des renforts venus d’autres communes. « Quand ils sont descendus à Combani, beaucoup de jeunes n’étaient pas de Miréréni. Je pense qu’ils ont été recrutés à droite à gauche », indique Moller. Rejoint par Djamal : « J’ai reconnu des délinquants de Doujani et Vahibé. » Difficile de confirmer de tels propos, d’autant plus que la gendarmerie ne laisse échapper pratiquement aucune information concernant les faits.

À qui la faute ?

Les habitants sont loin d’être unanimes quant à l’origine de cette escalade de violences, chacun prend la défense des jeunes de son village. Combani accuse Miréréni et vice-versa. « Si on dit à nos enfants d’arrêter, ils vont arrêter. Mais comment pouvons-nous leur demander cela s’ils se font tout le temps agresser ? Ce conflit s’arrêtera si Combani arrête. Mais comme ils n’ont rien à perdre, ils ne cesseront pas. Ils utilisent des jeunes qui sont déscolarisés, qui sont hors du système. Alors que chez nous, ce sont des jeunes qui vont à l’école. Il n’y a pas de bandes de délinquants à Miréréni, ça n’existe pas. Nous avons des enfants qui ne demandent qu’à aller à l’école tranquillement », défend l’habitante de Miréréni. Moller réfute cette hypothèse qui le met en colère. « Les gens de Miréréni accusent ceux de Combani alors comment se fait-il que ces guérillas se déroulent toujours chez nous ? Ce sont donc les gens de Combani qui cassent les choses chez eux ? Je n’ai jamais vu les jeunes de chez nous aller jusqu’à Miréréni pour se battre. Je ne dis pas que ceux de Combani sont innocents, il y a des délinquants partout, mais il y a aussi des parents qui n’assument pas. »

Si la journée de lundi s’est déroulée sans affrontements, le climat était tendu dans les deux villages. Tous savent que la guerre entre les bandes rivales n’est pas finie. Les habitants s’attendent à un nouvel épisode de violences.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...