100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Des affrontements à la suite du meurtre d’un jeune homme de 19 ans à Majicavo

À lire également

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Violences à Miréréni-Combani : « Nous nous demandons si nous vivons en France ou en Afghanistan »

Depuis un an, les habitants de Miréréni et de Combani ne dorment plus sur leurs deux oreilles et se renvoient constamment la balle face...

Ce mardi matin, la zone nord de Mamoudzou était complètement paralysée à partir de Majicavo jusqu’à Longoni. Une centaine de jeunes se sont livrés à des caillassages sur les automobilistes et ont dressé des barrages sur la route nationale. Ces violences font suite au meurtre d’un jeune homme de 19 ans dans la nuit de dimanche à lundi à Majicavo.

Ce mardi 7 juin au matin, une centaine de jeunes des quartiers nord de Mamoudzou se sont livrés à des actes de violence de Majicavo à Longoni. Les automobilistes circulant dans cette zone ont été caillassés tandis que les individus ont dressé des barrages sur la route à l’aide d’abattis et de déchets d’électroménagers. Dépêchés sur les lieux, les gendarmes n’ont pas échappé non plus aux jets de projectiles et trois d’entre eux ont été blessés. Les hostilités ont commencé dès le lundi soir et se sont poursuivies jusqu’au mardi matin. Après avoir bataillé avec le groupe pendant de longues heures, les militaires, aidés de la police municipale de Koungou, ont réussi à rétablir une situation relativement calme en fin de matinée. Toutefois, la gendarmerie a préconisé à la population de ne pas s’aventurer dans le nord de la ville chef-lieu.

D’après l’officier de permanence, les jeunes venaient de presque tous les quartiers nord. « Nous en avons même vu certains qui venaient de Kawéni », révèle-t-il. Le dispositif de gendarmerie a donc été déployé de Majicavo à Longoni afin de s’assurer que les automobilistes ne se fassent pas agresser. « Nous avons passé toute la matinée à défaire des barrages reconstruits immédiatement un peu plus loin », ajoute-il. Une seule interpellation pour jets de projectile a pu être effectuée par les forces de l’ordre.

« Ce type d’acte est quasi quotidien »

Bien que les gendarmes et le procureur de la République, Yann Le Bris, ne soient sûrs de rien à l’heure actuelle, il se pourrait que ces violences soient liées au meurtre d’un jeune homme dans la nuit de dimanche à lundi aux alentours de 3h du matin. « Deux jeunes hommes, l’un de 26 ans et l’autre de 19 ans ont été pris à partie par un groupe d’individus au nombre encore indéterminé. Le premier a été blessé, mais a réussi à s’enfuir. Il a écopé d’une ITT (incapacité temporaire de travail) de trois jours. Le deuxième a été transporté au CHM, mais est rapidement tombé dans le coma puis décédé », nous révèle le magistrat du ministère public. L’enquête a été confiée à la section de recherche de Mamoudzou.

L’autopsie effectuée sur le corps ce mardi après-midi révèle que le décès fait suite à des coups portés à la tête, mais seule l’enquête pourra révéler avec précision l’arme du crime. La page Facebook Info Route Mayotte révèle qu’un autre jeune aurait été poignardé en fin de journée à Koungou. Si l’information n’a été confirmée ni par les gendarmes ni par le procureur, ce dernier nous a néanmoins confié que « depuis une semaine environ, ce type d’acte est quasi quotidien ».

 

Des violences pas passées inaperçues à Paris

Les ministres de l’Intérieur et des Outre-mer ont réagi par communiqué, ce mardi, aux récents événements de Koungou et Majicavo. Gérald Darmanin et Yaël Braun-Pivet « condamnent avec la plus grande fermeté ces violences intolérables. L’ensemble de ces exactions porte gravement atteinte à l’ordre républicain mais aussi à la liberté d’aller et venir des habitants de Mayotte ». Outre leur soutien aux services de l’État et aux forces de l’ordre, ils rappellent que « ces violences, inacceptables dans notre République, renforcent la détermination de l’État à lutter contre toutes les délinquances, et notamment les délinquances juvéniles et phénomènes de bandes, dont les Mahorais sont les premières victimes ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Intrusion au CHM : un homme de 29 ans et un mineur de 17 ans interpellés

La police de Mamoudzou a arrêté deux personnes suspectés de vol, ce jeudi 26 janvier. Ils seraient les auteurs du cambriolage du centre hospitalier...

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...