L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération Wuambushu 2, et assurent ne pas avoir été associés. Onze semaines durant, « les policiers vont être mis à rude épreuve », estime Blandine Rostang, de l’Unsa Police Mayotte. Retrouvez cet article et l’ensemble du dossier sur la nouvelle opération dans le Mayotte Hebdo numéro 1085 : « Wuambushu : place (nette) au volume 2 ».

L’information n’a cette fois pas fuité. « Mayotte place nette », l’opération lancée mardi 16 avril aux alentours de 7h, a été présentée aux policiers en même temps qu’aux citoyens lambda : au cours d’une conférence de presse, donnée le jour même, par la ministre déléguée chargée des outre-mer, Marie Guévenoux. « Je comprends que le risque de fuite était important, des restrictions ont été imposées », suppute Affouwade Kolo, secrétaire départemental du syndicat Alliance Police Nationale. Ce qui dérange davantage le représentant syndical, c’est que les préparatifs du deuxième volet de Wuambushu à Mayotte ont, eux aussi, été réalisés dans le secret. « On n’a pas été invité », déplore le syndicaliste.

Même son de cloche du côté de l’Unsa Police Mayotte. « Les syndicats n’ont pas vraiment été associés à Wuambushu 2. On le regrette, on suit et on continuera à représenter », constate avec amertume Blandine Rostang, déléguée départementale adjointe du syndicat. Les policiers vont pourtant être « mis à rude épreuve » durant les onze semaines d’opération – le calendrier communiqué par Marie Guévenoux – avec entre autres l’impossibilité de poser des congés et un taux de présence obligatoire de 80% sur l’ensemble du personnel, rapporte la syndicaliste.

« Les collègues se sont parfois retrouvés en danger »

S’ils ne bénéficiaient pas de renforts pendant ce laps de temps, les fonctionnaires devraient composer avec une nouvelle force intermédiaire de cinquante policiers spécialistes de la lutte contre les violences urbaines, accompagnés d’unités canines. Sur le papier, ces fonctionnaires de police complètent ceux de la Brigade anticriminalité (Bac) et de l’antenne du Raid. Les syndicats, particulièrement Alliance Police Nationale, réclamaient cependant le déploiement et l’intervention de la CRS 8, une unité d’élite déjà envoyée à Mayotte lors de la première opération Wuambushu.

Un temps d’adaptation sera, dans tous les cas, nécessaire aux policiers fraîchement débarqués. « On a vu sur Wuambushu 1 que les renforts de métropole ne connaissaient ni la topographie ni les spécificités. Les collègues se sont parfois retrouvés en danger », souligne Blandine Rostang de l’Unsa Police Mayotte. Cette dernière pense qu’un « mixage avec d’autres collègues déjà affectés sur place » permettraient d’éviter ces situations.

Des résultats judiciaires attendus

Concernant le travail d’enquête et les poursuites judiciaires des personnes interpellées ou faisant l’objet de mesures administratives, les syndicats policiers espèrent que l’histoire ne se répètera pas. « Il faut qu’il y ait une bonne anticipation dans les affaires étrangères avec les autorités comoriennes, ça avait été un bon frein pour nous pendant Wuambushu », se remémore la représentante de l’Unsa. « On espère aussi qu’il y aura une meilleure coordination avec la justice, notamment au niveau des arrêtés de décasages. Qu’ils ne soient pas systématiquement cassés par le tribunal administratif. »

Quant aux objectifs chiffrés de Marie Guévenoux, particulièrement celui de l’interpellation de 60 « chefs de bande » en onze semaines, le syndicat policier Alliance estime déjà que les ressources vont manquer à l’appel. « On parle en réalité de tout ce qui nuit sur la voie publique », rappelle Affouwade Kolo. « Mais il y aussi plein de petits soldats qui font le travail pour les autres, c’est comme le trafic de stupéfiants. » Un roulement sans fin.

Le dossier du numéro 1085 de Mayotte Hebdo sur l’opération Wuambushu 2 est disponible en ligne et gratuitement sur notre site internet.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...