test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

À Hamouro, 137 cases informelles démolies ce lundi

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

Le deuxième volet de l’opération de démolition du bidonville d’Hamouro s’est déroulé, ce lundi 4 mars. Un total de 55 familles ont été délogées manu militari dans les hauteurs de ce village de la commune de Bandrélé.

Ce lundi matin, sur la place du marché d’Hamouro, des ordinateurs portables et des feuilles de renseignement remplaçaient les fruits et légumes vendus d’ordinaire par les producteurs. L’opération « décasage » des hauteurs de ce village de Bandrélé, prévue à la fin du mois de janvier puis reportée en raison des barrages, a débuté dans la matinée, sur les coups de 7h. Et, comme le veut la procédure, des associations se sont relayées sur place dès vendredi pour tenter d’identifier les 18 familles relogeables. Ce qui constituait déjà un maigre fragment des 55 familles recensées sur le site (voir la carte), soit « entre 200 et 220 personnes », selon le préfet François-Xavier Bieuville.

Le quota de familles finalement abritées à l’issue de l’opération est quant à lui marginale : trois ont accepté la proposition formulée par une des trois associations, l’Acfav (Association pour la condition féminine et l’aide aux victimes), Mlezi et Coallia. « Ça dépend vraiment des périmètres, parfois elles [les familles délogées] acceptent, parfois elles n’acceptent pas », constate Psylvia Dewas, experte chargée de la résorption de l’habitat illégal auprès du préfet de Mayotte.

Une assistante sociale, qui souhaite garder l’anonymat, explique que souvent, quand des opérations dites de résorption de l’habitat insalubre sont annoncées, « la plupart des familles quittent le site avant le jour du décasage ». « Certaines sont hébergées par des proches. Celles qui sont en règle administrativement refusent souvent la proposition d’hébergement car cette dernière est éloignée du lieu de scolarisation de leurs enfants. Il est très difficile de scolariser les enfants dans une autre commune. »

Une opération en août 2023

Quoi qu’il en soit, pour le nouveau préfet de Mayotte installé dans ses fonctions, le 27 février, le premier décasage de l’année est un « choc de sécurité et d’autorité avec de la fermeté et de la justice ». En contrebas de la route nationale qui traverse le village, une première phase de l’opération de démolition avait entraîné la destruction de 81 cases en tôles le 14 août 2023. Cette fois, les employés de Colas, sollicités par les services de l’Etat, ont manié la pelleteuse sur une zone « naturelle et agricole non viabilisée » plus escarpée qui a fait l’objet d’un rapport d’enquête d’insalubrité de l’ARS dressé à l’issue d’une visite le 17 mars 2023.

Au total, 137 cases en tôles supplémentaires ont été radiées du paysage, ce lundi. Une évacuation jugée nécessaire en raison de l’insalubrité desdites habitations informelles, mais aussi des problématiques d’insécurité afférents à l’emplacement géographique de ce bidonville. L’adjudant-chef Said Douair, de la brigade territoriale autonome de M’zouazia, alertait ainsi dans un rapport écrit en mars 2023 sur les « connexions entre les jeunes de Hamouro et ceux de Nyambadao [village de Bandrélé au sud de la plage de Sakouli] » qui dérivent souvent « en rixes générant des troubles à l’ordre public ». Plus encore, des faits de vols avec violence et armes blanche et des jets de projectile auraient été déplorés dans cette zone régulièrement empruntée par des randonneurs puisqu’elle constitue le point de départ conduisant au mont Bénara.

Les projets de la mairie de Bandrélé

Au nord du village, au niveau de l’école primaire, la mairie de Bandrélé porte un projet visant à créer 150 logements. La libération des parcelles occupées était donc un des enjeux majeurs de cette opération.  D’après Abdou Maoulida, adjoint au maire en charge de la prévention, une première tranche de 38 logements verra le jour prochainement. « On attend que la pluie cesse pour faire les aménagements de voirie, on ne peut pas construire des logements sans voirie. Cette opération va nous donner une bouffée d’oxygène car sans cette opération rien ne pourrait se réaliser », a salué ce dernier.

D’après le préfet de Mayotte, neuf opérations de résorption de l’habitat insalubre auront lieu en 2024 à Mayotte, en plus de celles enregistrées au cours de Wuambushu 2, dont le démarrage est prévu en avril.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...