asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les villages de Miréréni et Combani s’enlisent dans la violence

À lire également

À Mayotte, deux mourengué dégénèrent en simultané

Comme un goût de déjà-vu. Dans la nuit de mardi à mercredi, à M'tsapéré, les forces de l’ordre qui tentaient de disperser les participants d’un mourengué ont finalement été attaquées sur le remblai. Quelques heures plus tôt, la même scène se jouait à Combani.

Plusieurs jeunes tuent un père de famille à M’tsapéré

Au moins une dizaine de jeunes ont molesté à mort un homme de 35 ans ce lundi soir à M'tsapéré. Un premier suspect aurait déjà été identifié comme meneur. Ce jeune majeur est un délinquant notoire, puisqu'il avait déjà été enfermé à Majicavo pour des faits de violences.  

Un quartier en feu à Trévani, Mayotte

C’est une vraie scène de guérilla qui s’est déroulée dans la nuit de mercredi à jeudi à Trévani. Le quartier appelé Troca était en feu. L’incendie a volontairement été déclenché par une quarantaine de jeunes. Aucun blessé n’est à déplorer, mais des familles se retrouvent sans domicile. 

Drame à Hamjago : La crainte de représailles inquiète les habitants

Après un regain de violences le week-end dernier, un nouvel affrontement entre bandes rivales s’est tenu, mardi en pleine journée, à Hamjago. Un événement qui aurait, selon les habitants, provoqué la crise cardiaque d’une commerçante, décédée en tentant de sauver un jeune en train de se faire agresser. Un scénario différent de celui relaté par les forces de l’ordre, mais qui laisse toutefois craindre une possible riposte.

La rivalité entre les deux villages déborde sur des affrontements avec les forces de l’ordre. Illustration le week-end dernier, avec près de 80 militaires engagés deux nuits consécutives.

Miréréni et Combani à feu et à sang. Dans des vidéos relayées sur les réseaux sociaux, des riverains alertent les pouvoirs publics. Sur X (exTwitter), démonstration est faite du surréalisme des scènes de violences qui rythment le quotidien des habitants dans ces deux villages. Tournée à Miréréni, une vidéo amateur montre un véhicule blindé à roues de la gendarmerie (VBRG) touché par un cocktail molotov, jeté par un « individu isolé » depuis un toit… La scène se serait produite dimanche 26 novembre, en fin de journée. D’autres clichés témoignent d’actes de vandalisme commis sur les automobiles stationnés sur place.

D’après la gendarmerie, des affrontements, véritables luttes intestines entre jeunes des deux villages, ont été signalés dès jeudi. Au lendemain, les assaillants ont érigé plusieurs barrages sur la RD3, s’en prenant aléatoirement aux automobilistes sur place en les caillassant. Dans la nuit de vendredi à samedi, un premier véhicule a été incendié à Combani, entraînant le déploiement de près de 80 gendarmes sur place. Ce sont ensuite les militaires qui ont été pris pour cible. Leur dispositifvisant avant tout à empêcher les troubles à l’ordre public a ainsi été renouvelé au lendemain, dans la nuit de dimanche à lundi, à Miréréni et Combani. Sur l’ensemble du week-end, il n’y aurait eu aucun blessé, que ce soit du côté des participants aux émeutes ou de celui des forces de l’ordre.


Une enquête ouverte

Dans l’objectif d’identifier les « leaders » de ces groupes de jeunes, mais aussi de faire la lumière sur les nombreuses dégradations recensées – dont celle d’un engin de chantier à Miréréni, dans la future zone commerciale – une enquête judiciaire a été confiée à la brigade de gendarmerie de Sada avec la supervision des gendarmes de Koungou et de la brigade de recherches. Aucune interpellation n’a donné suite à ces faits, pour l’heure.

Impossible de dire si ces affrontements ont fait tache d’huile, mais les évènements déplorables du week-end n’ont pas été circonscrits à ces deux villages. Du côté de Tsararano, une dizaine de jeunes a tenté de s’introduire dans les locaux de l’hôtel de police municipale samedi soir. Sans succès car la bande a été repoussée in extremis par la gendarmerie. D’autres heurts ont éclaté plus au nord sur la RN1 avec des caillassages signalés à hauteur de MajicavoKoropa.

Une information judiciaire ouverte concernant la femme égorgée de Doujani

Après la découverte du corps sans vie d’une femme dans un champ à Doujani, le 10 novembre, le Parquet de Mamoudzou a ouvert une information judiciaire pour homicide volontaire, a-t-on appris auprès du procureur de la République, Yann Le Bris. Pour rappel, cette mère de famille âgée de 42 ans avait été retrouvée égorgée, à proximité de la carrière de Doujani, en plein jour. Le secret de l’instruction étant en vigueur, le procureur n’a pas donné de plus amples informations.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

La circulation dans Mamoudzou perturbée à partir de ce mercredi

La circulation dans Mamoudzou sera perturbée à l’approche de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, ce vendredi, à l’occasion de laquelle la Ville organise...

La coqueluche continue de progresser sur le territoire

Santé publique France fait le point sur la coqueluche, les infections respiratoires aigües (IRA), la gastro-entérite aigües (GEA) et la dengue à Mayotte. Pour la...

Mamoudzou s’enflamme pour les Jeux Olympiques ce vendredi

La Ville de Mamoudzou organise une fan zone pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cet événement “Mamoudzou en flamme” aura...

Assemblée nationale : Anchya Bamana et Estelle Youssouffa intègrent leurs commissions permanentes

La députée de la 1ère circonscription de Mayotte nouvellement réélue, Estelle Youssouffa, intègre de nouveau la commission permanente des affaires étrangères de l’Assemblée nationale,...

Les travaux du point de vue d’Handréma ont débuté à Bandraboua

La première pierre du point de vue d’Handréma a été posée ce vendredi 19 juillet. Ces travaux marquent le début d’un programme d’aménagements dans...