Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les personnels du lycée du Nord font valoir leur droit de retrait

À lire également

À Mayotte, deux mourengué dégénèrent en simultané

Comme un goût de déjà-vu. Dans la nuit de mardi à mercredi, à M'tsapéré, les forces de l’ordre qui tentaient de disperser les participants d’un mourengué ont finalement été attaquées sur le remblai. Quelques heures plus tôt, la même scène se jouait à Combani.

Plusieurs jeunes tuent un père de famille à M’tsapéré

Au moins une dizaine de jeunes ont molesté à mort un homme de 35 ans ce lundi soir à M'tsapéré. Un premier suspect aurait déjà été identifié comme meneur. Ce jeune majeur est un délinquant notoire, puisqu'il avait déjà été enfermé à Majicavo pour des faits de violences.  

Un quartier en feu à Trévani, Mayotte

C’est une vraie scène de guérilla qui s’est déroulée dans la nuit de mercredi à jeudi à Trévani. Le quartier appelé Troca était en feu. L’incendie a volontairement été déclenché par une quarantaine de jeunes. Aucun blessé n’est à déplorer, mais des familles se retrouvent sans domicile. 

Drame à Hamjago : La crainte de représailles inquiète les habitants

Après un regain de violences le week-end dernier, un nouvel affrontement entre bandes rivales s’est tenu, mardi en pleine journée, à Hamjago. Un événement qui aurait, selon les habitants, provoqué la crise cardiaque d’une commerçante, décédée en tentant de sauver un jeune en train de se faire agresser. Un scénario différent de celui relaté par les forces de l’ordre, mais qui laisse toutefois craindre une possible riposte.

Ce mardi 4 avril 2023, à la suite de l’intrusion de plusieurs groupes d’individus à l’intérieur du lycée du Nord à Acoua armés de machettes, de haches, de barres de fer, et de chaînes agrémentées de cadenas, les personnels de l’établissement ont décidé de faire jouer leur droit de retrait  pour danger grave et imminent. Celui-ci est en vigueur depuis ce mercredi soir. 

Au travers d’un communiqué de presse, l’intersyndicale rappelle que l’ensemble de la communauté éducative est sous le choc et abasourdi par un tel déchaînement de violences. « On ne rentre pas dans l’éducation nationale avec l’idée qu’un jour on se fera tuer, ni qu’on ferait face à des gens armés », explique Henri Nouri, co-secrétaire départemental de la FSU Mayotte. Le portail détruit à l’aide d’un bélier et d’un marteau, l’intrusion dans les salles de classes dans lesquelles les élèves et les enseignants étaient confinés pendant 4h30, le gymnase pris d’assaut ou encore la diffusion de menaces de mort ont marqué sensiblement le lycée du Nord, mardi matin. 

Des mesures de sécurisation du site

Ce droit de retrait sera effectif « tant que des mesures de sécurisation ne seront pas mises en place et que l’établissement ne sera pas mis aux normes », prévient l’intersyndicale. En effet, le personnel demande des mesures de sécurisation, à savoir la fermeture de l’établissement, la réparation et l’installation d’un portail automatique et sécurisé, l’installation d’une clôture, d’une vidéosurveillance et la réparation des salles de classe et matériels vandalisés, mais aussi l’exclusion et les poursuites des individus identifiés comme auteurs des violences.  

D’après le communiqué, « le rectorat avait mis fin au précédent droit de retrait, et ordonnait aux personnels de reprendre leur poste sous peine de retrait de salaire, affirmant que la sécurité de l’établissement serait assurée ». Les événements violents du mardi 4 avril attestent « qu’il n’en était rien ». Le co-secrétaire réaffirme que le personnel « veut se faire entendre et maintenir une alerte face à cette situation ». Les agents laissent entendre qu’ils ne veulent plus être intimidés par les injonctions qui mettent en danger l’ensemble de la communauté éducative. 

Un diagnostic de l’établissement

Ces derniers jugent qu’un établissement scolaire est « un sanctuaire » et que la reprise des cours ne peut être opérée et l’objectif pédagogique mené à bien tant que les élèves et le personnel « risquent leur vie ». Depuis cette intrusion, différentes réunions ont lieu dans le but de trouver des solutions pérennes. Un diagnostic de l’état des lieux précis de l’établissement a été réalisé entre le personnel, la gendarmerie, le rectorat et les parents d’élèves, avec pour objectif d’arriver à une sécurisation interne et externe. A la suite de ce diagnostic, des travaux devraient débuter d’ici le début de semaine prochaine, « c’est un engagement du rectorat, sur préconisations du référent sûreté », fait observer Henri Nouri.  

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Un couple agressé à Ongojou : l’homme a été placé en coma artificiel

Mayotte a été le théâtre de plusieurs agressions ce lundi. Un couple a été pris pour cible à Ongojou au niveau d’un barrage en...

Cinq ans de prison pour les jumeaux à la hache

 Jeudi dernier, le procès de frères jumeaux pour tentative de meurtre et complicité s’est ouvert devant la cour d’assises de Mayotte. En février 2021,...

Loi Mayotte : « Notre objectif réel n’est pas de nous contenter du minimum »

Co-rapporteuse des propositions du territoire, Maymounati Moussa Ahamadi a participé à la réunion du 17 mai, à l’Élysée. La conseillère départementale du canton de...

Foncier : Un nouveau délai qui peut intéresser les propriétaires en devenir

La loi du 9 avril entérine un changement capital pour la problématique foncière à Mayotte. Le délai de prescription, qui ouvre le droit aux...

Les élèves de Chiconi expliquent Mayotte sur les ondes nationales

Une vingtaine d’élèves du collège Ali-Halidi, à Chiconi, ont été invités par la radio Franceinfo afin d’enregistrer des interviews et des citations pour animer...