L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Un homme gravement blessé à proximité de l’école Bonovo

À lire également

À Mayotte, deux mourengué dégénèrent en simultané

Comme un goût de déjà-vu. Dans la nuit de mardi à mercredi, à M'tsapéré, les forces de l’ordre qui tentaient de disperser les participants d’un mourengué ont finalement été attaquées sur le remblai. Quelques heures plus tôt, la même scène se jouait à Combani.

Plusieurs jeunes tuent un père de famille à M’tsapéré

Au moins une dizaine de jeunes ont molesté à mort un homme de 35 ans ce lundi soir à M'tsapéré. Un premier suspect aurait déjà été identifié comme meneur. Ce jeune majeur est un délinquant notoire, puisqu'il avait déjà été enfermé à Majicavo pour des faits de violences.  

Un quartier en feu à Trévani, Mayotte

C’est une vraie scène de guérilla qui s’est déroulée dans la nuit de mercredi à jeudi à Trévani. Le quartier appelé Troca était en feu. L’incendie a volontairement été déclenché par une quarantaine de jeunes. Aucun blessé n’est à déplorer, mais des familles se retrouvent sans domicile. 

Drame à Hamjago : La crainte de représailles inquiète les habitants

Après un regain de violences le week-end dernier, un nouvel affrontement entre bandes rivales s’est tenu, mardi en pleine journée, à Hamjago. Un événement qui aurait, selon les habitants, provoqué la crise cardiaque d’une commerçante, décédée en tentant de sauver un jeune en train de se faire agresser. Un scénario différent de celui relaté par les forces de l’ordre, mais qui laisse toutefois craindre une possible riposte.

La commune de Mamoudzou a connu des épisodes de grande violence, ce week-end. Les perpétuels conflits entre bandes ont débouché sur des rixes à Doujani, Majicavo, M’tsapéré, Cavani et Kawéni. Face à cette situation, la mairie de Mamoudzou demande une réponse forte de l’État.

Des heurts ont éclaté à Doujani et dans le quartier Bonovo, à M’tsapéré, ce samedi 19 novembre. Selon les témoins, il s’agit de jeunes de Kawéni venus en découdre après la mort d’un des leurs, un jeune rappeur appelé « Skini », la semaine précédente. D’après nos informations, des jeunes de Doujani avait attrapé le jeune homme dans le quartier de Bonovo, l’ont tué à l’arme blanche et lui ont découpé le bras.

homme-gravement-blesse-proximite-ecole-bonovo
Sur les hauteurs de Cavani, de la fumée était visible ce dimanche soir.

Ce samedi, lors de ces représailles, les assaillants munis de machettes ont violemment pris à partie un scootériste et poursuivi dans ce quartier de M’tsapéré. A proximité de l’école Bonovo justement, ce sont les habitants qui l’ont défendu et ont repoussé les jeunes. Mais cet habitant de Passamaïnty, gravement blessé, a été pris en charge par les pompiers et emmené au centre hospitalier de Mayotte (CHM). Il présentait de nombreuses coupures sur le corps, selon des témoins. Son deux-roues, ainsi qu’un banga ont également été incendiés sur les hauteurs. Cet épisode n’a pas été le seul ce week-end par les habitants de Mamoudzou. Les bandes de Majicavo, Doujani et Kawéni se sont de nouveau affrontées le dimanche, obligeant les forces de l’ordre à devoir couvrir plusieurs fronts à la fois.

« Notre réponse doit changer de dimension »

Excédée par ces violences sur son territoire, la commune de Mamoudzou a souhaité réagir par un communiqué daté de ce dimanche. « Laissée sans répit, la population de Mamoudzou a de nouveau subi les actes de terrorisme qui sévissent sur notre territoire. Cette fois-ci, ce sont les habitants du quartier de M’tsapéré, Mroahandra et Bonovo, qui en sont victimes au premier plan. Le maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaïla, apporte son soutien aux victimes et réaffirme sa ferme volonté de combattre les responsables de ces agissements », déclare la collectivité.

Et la mairie attend une réponse ferme de l’État dont l’une des missions est le maintien de l’ordre. « Notre réponse face à ces actes de barbarie et de terrorisme doit changer de dimension. Cette situation n’a que trop duré. L’ensemble des acteurs institutionnels et politiques ont la responsabilité de se mettre vent debout face à ces actes perpétrés continuellement sur le territoire communal en particulier, et au niveau de tout Mayotte en général. »

Le maire demande « le déploiement sans délai du GIGN et des militaires pour mettre hors d’état de nuire ces terroristes et ainsi ramener une paix pérenne à Mayotte ». La veille déjà, des gendarmes étaient venus en soutien des policiers à Doujani. « Il est plus que temps que la peur change de camp alors c’est ensemble que doit être menée cette guerre sans merci contre la criminalité ! »

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...