100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

« J’ai peur d’être le prochain » : les élèves du lycée Bamana manifestent devant leur établissement

À lire également

À Mayotte, deux mourengué dégénèrent en simultané

Comme un goût de déjà-vu. Dans la nuit de mardi à mercredi, à M'tsapéré, les forces de l’ordre qui tentaient de disperser les participants d’un mourengué ont finalement été attaquées sur le remblai. Quelques heures plus tôt, la même scène se jouait à Combani.

Plusieurs jeunes tuent un père de famille à M’tsapéré

Au moins une dizaine de jeunes ont molesté à mort un homme de 35 ans ce lundi soir à M'tsapéré. Un premier suspect aurait déjà été identifié comme meneur. Ce jeune majeur est un délinquant notoire, puisqu'il avait déjà été enfermé à Majicavo pour des faits de violences.  

Un quartier en feu à Trévani, Mayotte

C’est une vraie scène de guérilla qui s’est déroulée dans la nuit de mercredi à jeudi à Trévani. Le quartier appelé Troca était en feu. L’incendie a volontairement été déclenché par une quarantaine de jeunes. Aucun blessé n’est à déplorer, mais des familles se retrouvent sans domicile. 

Drame à Hamjago : La crainte de représailles inquiète les habitants

Après un regain de violences le week-end dernier, un nouvel affrontement entre bandes rivales s’est tenu, mardi en pleine journée, à Hamjago. Un événement qui aurait, selon les habitants, provoqué la crise cardiaque d’une commerçante, décédée en tentant de sauver un jeune en train de se faire agresser. Un scénario différent de celui relaté par les forces de l’ordre, mais qui laisse toutefois craindre une possible riposte.

La colère était palpable au lycée Bamana ce vendredi matin. Certains élèves ont décidé de ne pas aller en cours pour exprimer leur ras-le-bol face à l’insécurité qui les encercle de toute part. Ils pointent du doigt un supposé laxisme de la part du lycée. Une situation qui amplifie les disputes entre bandes rivales.

« Stop à la violence », « Demain ça sera qui ? », « Nous sommes fatigués », pouvait-on lire sur les bouts de cartons et de papiers que certains élèves du lycée Younoussa Bamana exhibaient devant leur établissement ce vendredi. Ils sont encore sous le choc de l’agression qui a ôté la vie à leur camarade Ambdoullah, plus connu sous le nom de Momix. Selon ses proches, l’adolescent de 17 ans avait déjà été menacé au sein de l’établissement. « Des jeunes scolarisés dans notre lycée l’ont frappé une première fois. Il s’est défendu. Ils lui ont cassé le bras, il a été opéré, et il n’était même pas encore guéri… Ceux qui ont fait ça, n’ont jamais été punis », raconte l’un des amis de la victime.

eleves-lycee-bamana-manifestent-devant-etablissement

Suite à cet incident, Ambdoullah ne se sentait plus en sécurité. Il aurait informé un agent de l’établissement, mais la réponse qu’il a reçue n’était pas celle qu’il attendait. « Celui qui s’est fait tuer est parti voir l’APS (&ssistant chargé de prévention et de sécurité) pour l’alerter et il lui a répondu qu’il n’avait pas le temps et qu’il devait contourner tout le lycée pour aller en cours, parce que passer devant ces agresseurs est une provocation», s’indigne l’une de ses camarades, les nerfs à vifs.

Le drame aurait-il pu être évité ? Pas sûr puisque l’agression a eu lieu en dehors du lycée. De son côté, le proviseur nie tout laxisme de la part du corps éducatif. « Toutes les informations qui nous arrivent et qui nous annoncent ce genre de difficultés comme les bagarres entre bandes rivales, nous les prenons en compte et nous les traitons… Il n’y a pas de problème d’insécurité dans le lycée », soutient Laurent Prevost, le chef d’établissement. Il n’ignore cependant pas les rivalités qui existent entre les jeunes issus de différents quartiers. « Cette distinction Doujani et M’tsapere existe, nous en sommes conscients, mais jusqu’à ce jour nous n’en ressentons aucune conséquence. »

 

Un système de sécurité inefficace ?

 

Les élèves du lycée Younoussa Bamana manifestent en hommage à leur camarade, mais aussi pour réclamer plus de sécurité à l’intérieur et aux abords de l’établissement scolaire. Les équipes mobiles de sécurité (EMS), et les services civiques font la ronde, mais les adolescents ne voient pas leur intérêt. « Ces agents de sécurité ne font rien du tout. Ils ne nous protègent pas, et ne sont pas au courant de ce qu’il se passe réellement dans le lycée », dénonce une élève.

 

Des propos qui irritent les EMS postés devant le lycée, alors que les lycéens manifestent. L’un d’eux s’approche directement pour défendre leur cause. « Ces jeunes ne comprennent pas eleves-lycee-bamana-manifestent-devant-etablissementque nous ne sommes pas assez nombreux. Nous sommes seulement deux pour tout le lycée ! Nous circulons partout pour surveiller les jeunes, mais à deux c’est compliqué », précise l’un d’eux. Ce dernier pointe plutôt du doigt les services civiques qui sont également chargés de faire régner la sécurité. « Ils sont plus nombreux que nous, et pourtant ils ne font rien. Nous, nous n’avons jamais abandonné les élèves », se défend l’agent de l’EMS. Des mots qui ne rassurent pas les élèves. Ces derniers réclament la présence des forces de l’ordre devant leur lycée de manière systématique. « Nous avons constamment peur. Peur d’être au lycée, peur d’en sortir. J’ai peur d’être le prochain… » déclare l’ami d’Ambdoullah.

Une peur justifiée puisque selon les déclarations des jeunes manifestants, des élèves scolarisés au lycée Younoussa Bamana font entrer des individus externes à l’établissement. Et il est possible que certains élèves détiennent des armes blanches. « Il ne s’agit que d’une petite poignée de jeunes sur les 2.500 élèves. Les sacs sont fouillés, mais pas tout le temps », admet le proviseur du lycée. Une petite poignée certes, mais qui peut faire beaucoup de dégâts…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

« À Mayotte, les enseignants enseignent en saignant ! »

Jeudi 2 novembre, les professeurs du lycée Gustave Eiffel de Kahani se sont soulevés contre les épisodes de violences incessants que connaît l'établissement. Une...

Douze années de travail pour convaincre de l’importance de la filière de brique de terre compressée

L'association ART.Terre vient d'éditer un livre intitulé « Construire en terre mahoraise ». Un ouvrage né de la nécessité de rendre compte du caractère...

Opération séduction du préfet et du directeur de l’ARS pour inciter les Mahorais à faire la 3ème dose

Le nouveau directeur de l’agence régionale de santé de Mayotte, Olivier Brahic, et le préfet, Thierry Suquet, ont visité le centre de vaccination de...

Journée mondiale de lutte contre le Sida : la sensibilisation ne suffit pas à Mayotte

Le 1er décembre marque la journée mondiale de lutte contre le Sida. Les actions de sensibilisation se multiplient sur l’île, et les différentes associations...

Les petites mains de Mayotte travaillent pour l’avenir

Ce mercredi 1er décembre, l’agence française de développement (AFD) organisait à l’hôtel Sakouli une cérémonie dans le cadre du programme Mouv’Outremer. L’occasion de récompenser...