L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Deux blessés dans des rixes à Dzoumogné ce mardi soir

À lire également

À Mayotte, deux mourengué dégénèrent en simultané

Comme un goût de déjà-vu. Dans la nuit de mardi à mercredi, à M'tsapéré, les forces de l’ordre qui tentaient de disperser les participants d’un mourengué ont finalement été attaquées sur le remblai. Quelques heures plus tôt, la même scène se jouait à Combani.

Plusieurs jeunes tuent un père de famille à M’tsapéré

Au moins une dizaine de jeunes ont molesté à mort un homme de 35 ans ce lundi soir à M'tsapéré. Un premier suspect aurait déjà été identifié comme meneur. Ce jeune majeur est un délinquant notoire, puisqu'il avait déjà été enfermé à Majicavo pour des faits de violences.  

Un quartier en feu à Trévani, Mayotte

C’est une vraie scène de guérilla qui s’est déroulée dans la nuit de mercredi à jeudi à Trévani. Le quartier appelé Troca était en feu. L’incendie a volontairement été déclenché par une quarantaine de jeunes. Aucun blessé n’est à déplorer, mais des familles se retrouvent sans domicile. 

Drame à Hamjago : La crainte de représailles inquiète les habitants

Après un regain de violences le week-end dernier, un nouvel affrontement entre bandes rivales s’est tenu, mardi en pleine journée, à Hamjago. Un événement qui aurait, selon les habitants, provoqué la crise cardiaque d’une commerçante, décédée en tentant de sauver un jeune en train de se faire agresser. Un scénario différent de celui relaté par les forces de l’ordre, mais qui laisse toutefois craindre une possible riposte.

Les affrontements sont récurrents entre des habitants des quartiers Oussountounde à Dzoumogné et Gnombo à Bandraboua, ces jours-ci. Outre les incendies d’habitations dans la soirée de lundi, il y a eu deux blessés, mardi soir. 

La tension n’était pas retombée, mardi soir, à Dzoumogné et à Bandraboua. Depuis dimanche et un match de football entre les deux villages, des bandes des quartiers Oussountounde et Gnombo s’affrontent violemment. Lundi soir, un groupe de Dzoumogné armé de barres de fer et machettes a même pillé et incendié le quartier Hamidoni. Deux maisons en dur, ainsi que quatre habitations en tôle, ont pris feu. Une dizaine de plaintes ont été déposées. Ce mardi, en fin de journée, rebelote, les bandes ont voulu remettre ça. Cette-fois, les gendarmes ont pu tenir à distance les deux groupes. Mais alors qu’il n’y a pas eu de blessés recensés les jours précédents, ça été cette fois-ci le cas. Deux hommes, l’un de nationalité française et l’autre comorienne, ont été blessés à Dzoumogné dont l’un par arme blanche. Le Parquet confirme les deux blessés, sans toutefois préciser avec quelles armes, l’enquête étant en cours. Leur pronostic vital ne serait pas engagé. 

Un dispositif de sécurité renforcé

Le général Lucien Barth, commandant de la gendarmerie de Mayotte, était à Bandraboua, mardi après-midi, pour essayer de trouver des solutions avec les élus locaux. Un dispositif de sécurité a été mis en place « pour empêcher les mêmes exactions que les jours précédents ». Dans le même temps, une enquête judiciaire est en cours pour identifier les pillards et participants aux rixes. Le nombre d’assaillants serait d’une cinquantaine ou plus dans chaque groupe. Dans un troisième temps, le commandant prône « des actions d’apaisement en s’appuyant sur les associations sportives et les établissements scolaires ».  

Celui-ci confirme l’interpellation d’un jeune homme cagoulé, mardi, en fin de journée. Il s’attend à ce que qu’il y en ait d’autres dans les jours à venir. 

L’association des maires « condamne avec fermeté »

Par communiqué, l’association des maires de Mayotte a réagi aux épisodes de violence de ces derniers jours. « Depuis deux jours, la violence gratuite s’est abattue dans certains quartiers périphériques de la ville de Bandraboua. Les habitants de ces quartiers ont vécu des nuits de terreur orchestrées par une horde de bandits cagoulée et armée semant le chaos sur son passage. Plusieurs habitations et des biens matériels ont été ainsi pillées, dégradées et brûlées », constate l’instance présidée par Madi Madi Souf, le maire de Pamandzi. Celle-ci « condamne encore un fois avec fermeté ces actes insensés et apporte son total soutien aux familles touchées par ces drames », ainsi qu’à toute la population et aux élus de la commune de Bandraboua.  

L’association fait part de plusieurs revendications concernant la sécurité sur le territoire, comme le classement de Mayotte en zone de sécurité prioritaire, la demande « d’un soutien fort de la part du gouvernement pour permettre aux communes de renforcer leurs effectifs de policiers municipaux » et la prise en charge complète de systèmes de vidéosurveillance.  Elle souhaite, en outre, des renforts de forces de l’ordre. « Au regard du contexte sécuritaire dégradé qui prévaut sur l’île, Mayotte a plus que besoin d’un Wuambushu permanent pour pouvoir maîtriser la situation », fait valoir l’association. 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...