100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Larissa Salim Bé, une miss qui excelle

À lire également

Crêpage de chignon autour de l’événement Miss Mayotte

L’événement n’en finit plus de faire jaser. Alors que la prochaine Miss Mayotte sera élue le 7 novembre, une jeune association culturelle, Model Agency...

Miss Excellence France 2021, Larissa Salim Bé a ramené la couronne à la maison

Son retour à Mayotte était très attendu. Larissa Salim Bé, fraîchement élue Miss Excellence France 2021, est rentrée sur son île natale ce mercredi...

La future couronne de Miss Excellence visible en avant-première à Mzuri Sana

Le concours de Miss Excellence Mayotte 2020 se tient ce samedi au plateau de Ouangani. Six candidates – Larissa Salime Be, Lysiana Bacar, Hafna...

Département de Mayotte : Un dernier vœu et puis s’en va pour le président Soibahadine

Ce jeudi 14 janvier, le président du Département, Soibahadine Ibrahim Ramadani, a adressé ses vœux à la population, et plus particulièrement aux officiels du...

Elle a été élue le 31 octobre à Ouangani. Larissa Salim Bé est la nouvelle miss excellence Mayotte et a tout pour plaire. Elle est sans aucun doute belle et intelligente, mais sa dou-ceur teintée d’une certaine ambition font d’elle une miss unique en son genre.

Tirée à 4 épingles dès le matin, maquillage impeccable, port de tête royal… Larissa Salim Bé a tout ce que l’on attend d’une miss. Elle porte fièrement son écharpe ainsi que sa couronne. Mais ce sont ses yeux en amande et sa douce voix qui charment son public. Élue Miss excel-lence Mayotte 2020 samedi dernier, la jeune femme de 22 ans ne le réalise toujours pas. “Je sais que je suis la nouvelle miss, mais je ne m’en rends pas compte jusqu’à ce que les gens de-mandent à prendre des photos avec moi. En réalité, rien a changé sauf le nombre d’abonnées sur les réseaux sociaux”, rit-elle. Pourtant, cette aventure a été un réel défi pour Larissa qui se définit comme étant de nature timide. Les deux semaines de découverte et de prépara-tion se sont plutôt bien déroulées, mais la confrontation face au public le jour de l’élection a été stressante pour elle. “J’ai pris mon courage à deux mains et je l’ai fait car ma famille m’a soutenue. Elle l’a toujours fait”, raconte Larissa. C’est également grâce à sa famille qu’elle s’est inscrite à l’élection cette année. La jeune femme hésitait à tenter sa chance depuis ses 17 ans. Aujourd’hui, elle ne regrette pas sa décision, même si elle admet avoir eu quelques doutes au début de la compétition. “La première fois que j’ai vu les autres candidates, j’ai été bluffée. Elles étaient toutes très belles et je ne pensais pas du tout que j’allais gagner.”

Elle ne le savait pas, mais Larissa avait déjà conquis les coeurs des partenaires de l’évène-ment. Son regard rieur, sa prestance et son éloquence en ont séduit plus d’un. “Larissa a tout pour elle. Elle est aussi plus mature que les autres candidates et cela compte énormément. Les filles ont rencontré tous nos partenaires et ils devaient choisir leurs favorites. Larissa était à chaque fois en tête du classement”, dévoile Némati Toumbou Dani, présidente du comité Miss excellence Mayotte. Malgré tout, la nouvelle reine de beauté garde les pieds sur terre. Dans sa famille, elle reste la même grande soeur et la même fille. Cela n’empêche pas une certaine admiration de la part de ses petites soeurs. “L’une d’elles m’a dit pour la première fois qu’elle veut être comme moi quand elle sera grande. Cela m’a touchée et m’encourage à faire de mon mieux”, sourit-elle.

“Je suis intelligente et j’ai des ambitions »

Avant d’être élue miss excellence Mayotte, Larissa partageait son temps entre son travail d’hôtesse d’accueil à la mairie de Poroani et son rôle de bénévole en tant qu’assistante sco-laire. Malgré l’année de règne qui se profile devant elle, la passionnée de pâtisserie n’envi-sage en aucun cas de quitter ses fonctions respectives. “J’arriverai à tout faire. J’ai des pa-trons très compréhensifs”, dit-elle. Larissa n’a pas l’intention d’être une simple jolie femme que l’on admire. Elle veut profiter de son titre pour s’engager davantage dans l’éducation des enfants à Mayotte. “J’ai rencontré des jeunes qui sont au collège et qui ne savent pas écrire. Il y a une réelle inégalité entre les élèves et c’est ce que je veux combattre.” Bac scientifique en poche, suivi de deux années d’études en Staps (sciences et techniques des activités phy-siques et sportives), Larissa compte reprendre ses études après son année de miss et enta-mer une licence de Sciences de la vie et de la terre au CUFR de Dembeni pour devenir profes-seur. “L’éducation est un thème qui me tient réellement à coeur”, déclare-t-elle.

Ses engagements et ses ambitions lui permettront-elle de faire la différence le 16 janvier lors de l’élection nationale de Miss excellence France en Alsace ? Probablement, mais ce qui lui importe particulièrement est l’image qu’elle donnera de son île natale. “J’ai hâte et j’ai envie de rentrer avec un titre ou être au moins sur le podium pour montrer qu’à Mayotte on a aussi de belles femmes intelligentes.” Larissa est consciente qu’elle devra faire face aux éternels détracteurs qui mènent un combat sans fin contre les concours de beauté. Cependant, elle reste très sereine. “Lorsque l’on est élue miss, ce n’est pas juste pour être belle. On défend des causes et je vais prouver que je ne suis pas qu’une jolie fille. Je suis intelligente et j’ai des am-bitions”, clame-t-elle haut et fort. La jeune femme timide semble laisser peu à peu place à la femme forte et déterminée qui se cache en Larissa Salim Bé.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...