Publicités

Les autorités de Mayotte unies pour combattre le braconnage des tortues

À lire également

Naissance d’un volcan : quand les Mahorais s’en mêlent

La découverte du volcan sous-marin au large de Mayotte célèbre sa première année. À cette occasion, Flash Infos donne, tout au long de cette semaine, la parole à ceux qui, de près ou de loin, œuvrent pour une meilleure connaissance de ce phénomène naturel inédit qui évolue, chaque jour, sous le regard des Mahorais. Aujourd’hui, rencontre avec Saïd Saïd Hachim, géographe mahorais qui, des années plus tôt, émettait déjà l’hypothèse de la naissance d’un nouveau volcan, précisément dans la zone où celui-ci a été découvert en 2019.

La crise sismo-volcanique de Mayotte se dévoilera, vendredi soir, sur tous les écrans de France

La découverte du volcan sous-marin au large de Mayotte célèbre sa première année. À cette occasion, Flash Infos donne, tout au long de cette semaine, la parole à ceux qui, de près ou de loin, œuvrent pour une meilleure connaissance de ce phénomène naturel inédit qui évolue, chaque jour, sous le regard des Mahorais. Aujourd’hui, rencontre avec Pascal Crésegut, réalisateur du documentaire inédit « Mayotte, la naissance d’un volcan », diffusé ce vendredi soir sur France Ô.

“À couper le souffle”, en apnée dans le lagon de Mayotte avec un champion mondial

Le documentaire diffusé dimanche dernier par France Ô suit les explorations de Stéphane Tourreau, vice-champion du monde d’apnée, dans le 101ème département. Le sportif revient sur ces dix jours mémorables à Mayotte.

Le lagon de Mayotte à nouveau sous haute surveillance

Les récents actes malveillants à l’encontre des espèces marines et des plages ont poussé les autorités à agir. Le parc naturel marin et les associations habilitées sont à nouveau autorisés à surveiller le lagon même si le confinement n’est pas levé. Cette reprise d’activité marine est aujourd’hui indispensable afin d’atténuer les dégâts de demain. 

C’est au coeur de la plage de Grand Moya en Petite-Terre que le préfet, le conseil départemental et les associations environnementales ont mis en lumière leur nouveau plan d’actions commun pour lutter contre le braconnage des tortues. Deux propositions principales y émanent pour converger les idées afin que les efforts fournis par chacun portent leurs fruits.

La lutte contre le braconnage des tortues semble être un combat sans fin à Mayotte. Les actions se multiplient mais leur efficacité questionne. “Il y a énormément d’initiatives qui sont prises pour protéger les tortues à Mayotte, mais elles manquent de coordination, il n’y a pas de stratégie. Chacun est dans sa ligne de sprint et personne ne regarde ce qu’il se passe à côté”, dénonce d’emblée le préfet de l’île. C’est la raison pour laquelle, les autorités et trois associations environnementales (Oulanga na nyamba, les Naturalistes, et Sea Sheperd) ont décidé de s’unir autour d’un plan d’actions commun. Pour se faire, un groupe de coordination opérationnel va être créé. “Il devra définir une stratégie et il décidera très concrètement des actions à conduire, des protections à mettre en place, il règlera les problèmes qui persistent depuis des années”, détaille Jean-François Colombet. La première réunion du groupe doit se tenir le 15 décembre prochain.

Une inclusion à plusieurs niveaux

Le plan d’actions en question a l’ambition de travailler avec les différents acteurs de Mayotte qui se sentent concernés par le sujet, de près ou de loin. Les communes et les intercommunalités sont les premiers ciblés. “Nous souhaitons signer des contrats de sauvegarde des tortues pour chaque site. Cela engagera le maire ou le président de la collectivité concerné, le conseil départemental et l’État sur 3 ans”, soutient le préfet.

L’appareil judiciaire est également invité à prendre part à ce nouveau plan, même si officiellement il ne figure pas sur les papiers. Le substitut chargé des sujets environnementaux au tribunal judiciaire de Mamoudzou pourra intervenir s’il le souhaite et consulter le travail fait par les différents acteurs. “Je pense que l’autorité judiciaire fait bien son travail. Mais il est important qu’elle comprenne le contexte, les enjeux et les actions menées au-delà de la procédure”, estime Jean-François Colombet.

Raïssa Andhum, 3ème vice-présidente du conseil départemental, en charge de l’aménagement et du développement durable l’avoue, “nous avons fait un état des lieux et nous nous sommes rendus compte que nous ne pouvions pas assurer cette mission seuls. Il fallait une collaboration plus large”. Pour cela, ils se sont appuyés sur le travail considérable des associations qui commençaient à perdre espoir. “Nous sommes très agréablement surpris par les engagements pris aujourd’hui. Cela fait très longtemps que nous les attendons”, rappelle Jeanne Wagner, directrice de l’association Oulanga na Nyamba. Cet engagement fort du Département et de l’État est supposé envoyer un message d’espoir aux Mahorais. Mayotte est enfin prête à protéger cette richesse naturelle.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...