Mayotte : Joseph Rakotoarimalala, destin d’un comptable devenu son propre patron

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Titulaire d’un BTS en comptabilité obtenue à La Réunion, Joseph Rakotoarimalala, plus communé-ment connu sous le nom de R-Lala, a longtemps cherché à s’insérer, en vain, dans ce domaine avant d’atterrir en tant qu’agent de sûreté à l’aéroport de Mayotte. Après 7 ans et demi de beaux et loyaux services, il a quitté son poste pour se lancer dans l’entreprenariat. Portrait d’un natif de Po-roani, aujourd’hui à la tête de deux entreprises et d’un club de Régional 1.

L’aventure professionnelle de Joseph Rakotoarimalala comme en 2016 avec MayCuisine. « J’ai toujours eu une âme de bricoleur », sourit-il. Puis d’un air nostalgique, le trentenaire se remémore ses années de bidouillage auprès de son père, anciennement conducteur de travaux pour la COLAS. « L’idée est venue lors de l’aménagement de ma maison, je cherchais à installer une cuisine qui correspondait à mes goûts, mais personne ne fournissait un service sur mesure dans l’île », annonce-t-il. Dès lors, R-Lala s’adresse à un fournisseur extérieur pour concevoir sa cuisine sur mesure. Malheureuse-ment, un statut de professionnel est exigé pour ce genre de prestation. « C’est alors là, qu’avec ma femme, nous avons décidé de créer ce projet. », poursuit-il. Comme quoi, derrière chaque grand homme, se cache une lady… L’entrepreneur part alors se former quelques mois à Perpignan au métier de concepteur et poseur de cuisine dans un centre de formation du réseau Schmidt et Cuisinella. Certifié, le fils prodigue revient dans son fief natal, armé et prêt à en découdre. Seul obstacle ? Le nom ! « J’ai d’abord pensé à Mayotte relooking, car je voulais relooker les maisons. Mais ça ne collait pas au projet qui est exclusivement centré sur la cuisine. » Finalement, MayCuisine se révèle comme une évidence. S’en suit un partenariat avec 2 usines en Allemagne et en France et les dès sont lancés…

« C’est allé très vite », souligne Joseph. Au départ seul, il gère son business dans un petit local de Poroani. Dès son lancement, la société est victime de son succès. Elle offre un concept inédit. « J’ai été le premier à faire un showroom entièrement cuisiniste et à offrir une conception 3D, avec des échantillons sur place », rapporte fièrement le gérant. C’est lors d’une exposition au salon de l’aménagement sur la place de la République, au comité du tourisme, que l’entreprise connaît un boom à l’échelle lo-cale. La demande explose, la nécessité de se développer devient imminente. R-Lala recrute alors Moussa Zoubert, aujourd’hui son bras droit. Petit à petit, l’instigateur de MayCuisine embauche et forme des jeunes du village, puis s’entoure de prestataires plus expérimentés. Le vent en poupe, l’en-treprise se délocalise à Tsararano. « C’est un point stratégique, au centre de l’île, où les gens peuvent prendre le temps de présenter leurs idées », explique le Poroanien. L’entrepreneur est lucide : « Il s’agissait aussi d’éviter le centre-ville, avec un flux important de passages impossible à gérer, car il faut comprendre que nous ne faisons pas de ventes directes. Nous travaillons sur le projet dans sa globalité, de la conception du plan à l’établissement d’un devis, puis nous contactons notre fournisseur qui achemine le matériel.» Pour avoir la cuisine des ses rêves, il faut donc être patient ! Aujourd’hui, MayCuisine déroule avec en moyenne 200 clients satisfaits par an. Néanmoins, Joseph ne se repose guerre sur ses lauriers et ambitionne de se développer davantage. Le businessman prévoit d’implanter 2 points de ventes supplémentaires dans le Nord et le Sud du territoire. En étroite collaboration avec l’intercommunaliyé du sud, en marge du projet « ZAE » (zone d’activité économique) de la commune de Chirongui, une demande est en cours pour s’installer à Malamani.

Pas de place pour la suffisance !

Rien n’arrête l’esprit entrepreneurial de R-Lala. En 2018, il se lance un pari personnel en créant MayElectro, une société indépendante d’électroménager situé aux abords de Maycuisine. « J’ai souhaité diversifier nos activités, car souvent les clients réclament que nous équipions leur cuisine », annonce Joseph. Pari gagnant ! L’audace du Joseph se convertit en succès immédiat tant bien qu’une nouvelle boutique ouvre ses portes en septembre du coté de Tsararano. « Ce sera un espace de 115 mètres carrés avec des appareils multimédias et électroménagers », prévient l’ancien agent de sûreté. Un partenaire local, dont il souhaite pour l’instant taire le nom, se chargera de fournir directement le magasin. « Tout est déjà en place », s’amuse celui-ci.

Tout réussi décidément au patron de MayCuisine. En tant qu’homme d’affaires dont le temps est rare, il se détend en faisant du bénévolat. En effet, Joseph participe activement au développement sportif et éducatif de USC Poroani Antéou, un club de Régional 1, dont il est fraîchement élu président, le 19 juillet dernier. Après quelques années en tant que trésorier adjoint, il est propulsé au sommet de la hiérarchie. « J’ai été voté de manière quasi unanime par les membres du bureau » s’étonne-t-il. Friand des responsabilité et amoureux du ballon rond, R-Lala s’en donne à coeur joie. « J’ai porté le maillot de cette enseigne depuis le berceau, je me dois de rendre ce qu’elle m’a donné », exprime-t-il. Dès lors, le dirigeant ne compte pas faire de la figuration : « Je projette de promouvoir le football féminin et surtout de monter le premier centre de formation à Mayotte. J’ai un staff solide et les poroaniens derrière l’équipe. Nous pouvons y arriver. » À 36 ans, Joseph est un leader née. Désireux d’aider sa communauté, la question de son acheminement vers la politique semble légitime. « Dans l’immédiat, je n’envisage pas de faire de la politique public mais j’en fais déjà une de privé », clarifie-t-il. L’homme aux multiples casquettes explique cette vision qu’il met un point d’honneur à exercer. « Entreprendre c’est déjà de la politique, parce que tu fais adhérer ton concept aux autres. Il faut s’adapter à l’éco-système particulier de Mayotte et répondre aux besoins des Mahorais. » Visiblement, le chef de MayCuisine, MayElectro et d’USCP Antéou, n’exclut pas une entrée dans l’arène politique dans les prochaines années. Avec le poids des années, Il y a de grandes chances, seul l’avenir nous le dira…

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Pôle Emploi/CRESS de Mayotte : un partenariat pour formaliser l’entrepreneuriat social

Ce mardi 1er décembre, Pôle Emploi et la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire ont signé une convention de partenariat pour formaliser le...

Littoral de Mayotte : Kyrielle de plaisirs à loisirs entre plages et lagon

Pour mettre à l'honneur ses richesses et les faire découvrir au plus grand nombre, l'Office du tourisme du Centre Ouest organisait un éco-tour le...

Yann Le Bris, nouveau procureur à Mayotte : “Je souhaite apporter ma pierre à l’édifice pour renforcer la sécurité”

Le successeur de Camille Miansoni au poste de procureur de la République a pris ses fonctions hier, au tribunal judiciaire de Mamoudzou. Portrait de...

Les jeunes de Dembéni s’engagent dans la prévention du Sida

La semaine de sensibilisation et de prévention sur les IST et MST, notamment sur le Sida, continue. Ce mardi, les étudiants du BTS SP3S...

Après un an à la présidence des RUP, “les combats sont toujours difficiles à gagner” à Mayotte

Jeudi 26 et vendredi 27 novembre se tenait la XXVème édition de la conférence des régions ultrapériphériques d’Europe. Mohamed Sidi, 6e vice-président chargé de...