J-F Colombet : « Protéger la vie humaine, c’est aller vers des décisions qui peuvent heurter »

À lire également

Un rare phénomène en cours dans le canal du Mozambique

Alors que la fin de la saison cyclonique dans l’océan Indien est prévue, comme chaque année, pour la fin du mois de juin, la météo des dix prochains jours ne sera pas pour autant au beau fixe à Mayotte. En cause, un rare phénomène climatique actuellement en cours dans le canal du Mozambique. Un fait exceptionnel oui, mais pas inquiétant. Directeur territorial de Météo-France, Laurent Floch fait le point. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : « Actuellement, la priorité c’est non pas d’intercepter, mais de refouler »

Si les expulsions vers les Comores sont toujours suspendues, la préfecture a renforcé ses activités de lutte contre l’immigration clandestine en mer. Dans un premier temps, la fermeture des frontières et la peur de la propagation du virus avait fortement limité les flux migratoires, mais l’activité semble reprendre peu à peu. Selon Julien Kerdoncuf, sous-préfet en charge de la lutte contre l’immigration clandestine, plusieurs kwassas sanitaires seraient même arrivés la semaine dernière, sans pour autant être en lien avec le Covid. 

Rachat de Vindemia à Mayotte : GBH dément toute position dominante

Une étude d’impact met en garde contre les risques que font peser pour la concurrence le rachat de la deuxième entreprise de distribution à Mayotte - qui comprend les enseignes Jumbo, Score, SNIE et Douka Bé - au Groupe Bernard Hayot, partenaire de Carrefour. Hausse des prix et disparitions des épiceries de proximité sont dans le viseur du rapport. Michel Lapeyre, directeur général de GBH pour la zone Afrique, Maghreb et Océan Indien, et Amaury de Lavigne, le directeur général chez Carrefour à La Réunion, réagissent aux conclusions de l’étude. Et récusent tout risque pour l’équilibre du marché de la grande distribution à Mayotte.

Mayotte : Joseph Rakotoarimalala, destin d’un comptable devenu son propre patron

Titulaire d’un BTS en comptabilité obtenue à La Réunion, Joseph Rakotoarimalala, plus communé-ment connu sous le nom de R-Lala, a longtemps cherché à s’insérer, en vain, dans ce domaine avant d’atterrir en tant qu’agent de sûreté à l’aéroport de Mayotte. Après 7 ans et demi de beaux et loyaux services, il a quitté son poste pour se lancer dans l’entreprenariat. Portrait d’un natif de Po-roani, aujourd’hui à la tête de deux entreprises et d'un club de Régional 1.

Un an jour pour jour après le début du premier confinement, le préfet de Mayotte, Jean-François Colombet, revient en exclusivité pour Flash Infos sur cette crise sanitaire sans précédent qui a paralysé à deux reprises l’ensemble de l’île aux parfums pendant de longues semaines. Le délégué du gouvernement évoque sans détour la prise de certaines de ses décisions mais aussi les conséquences économiques et hospitalières. Entretien.

Flash Infos : Le 16 mars 2020 au soir, le président de la République, Emmanuel Macron, annonce la mise en place du premier confinement national dès le lendemain. Comment avez-vous accueilli cette décision à 8.000 kilomètres de Paris ?

Jean-François Colombet : Immédiatement, nous avons cherché à ne pas avoir un système différencié de la métropole. Il fallait prendre le même pas pour mettre à profit les six semaines d’avance que nous avions. Pour rappel, le premier cas déclaré à Mayotte arrive le lendemain de l’annonce du confinement (en réalité, le 14 mars, ndlr.). Nous avons plaidé auprès de la ministre des Outre-mer de l’époque, Annick Girardin, pour bénéficier d’un soutien logistique et humain, à l’instar des militaires, le moment venu. Il ne fallait en aucun cas faire comme si nous n’étions pas concernés par l’épidémie et appliquer les mêmes mesures.

FI : Avec le recul, était-ce réellement la bonne décision à adopter pour le 101ème département ? Pourquoi ne pas avoir élaboré une stratégie similaire à celle des autres territoires insulaires, notamment d’un point de vue aérien, le moyen de circulation privilégié pour la propagation du virus ?

J.-F. C. : La fermeture de l’aéroport a été très critiquée. La restriction du trafic commercial est intervenue le 25 mars, soit huit jours après le début du confinement. Cette mesure a été efficace, même si beaucoup l’ont jugée non-pertinente. Elle nous a obligés à nous adapter en termes d’approvisionnements avec la mise en place d’un pont aérien : nous avons missionné dix agents pour la gestion du fret, qui est par moment monté jusqu’à 90 tonnes par semaine, soit près du double de l’envoi hebdomadaire.

Puis, nous avons rapidement commencé la commande de masques, en lien avec le conseil départemental, pour permettre aux Mahorais de se protéger, alors que la doctrine à Paris était de marteler que cela ne servait à rien. Or, quelques jours après leur distribution, nous nous sommes rendus compte que la courbe commençait à fléchir…

FI : Si la décision de suspendre les vols a pu être vue comme abusive par certains, d’autres ont regretté qu’elle n’intervienne pas plus tôt pour éviter le brassage des enseignants, rentrés en métropole pour les vacances scolaires…

J.-F. C. : Quand nous refaisons l’histoire à l’envers, les choses sont plus simples. Quand nous gérons une crise inédite comme celle du Covid-19, il faut savoir peser le pour et le contre entre ce qui est souhaitable et ce qui est possible. Si nous avions suspendu les vols commerciaux plus tôt, nous aurions bloqué 10 à 20.000 personnes en métropole. À ce moment-là, la circulation du virus n’était pas homogène sur le territoire national. L’épidémie circulait activement dans l’Est de la France. Il aurait été injuste d’interdire aux autres régions de voyager.

Et puis vous avez vu le remue-ménage pour rapatrier 80 Mahorais de l’Union des Comores et une soixantaine d’autres de Madagascar et la polémique du confinement au RSMA (régiment du service militaire adapté) à leur retour… La décision parfaite n’existe pas, il faut rentrer dans l’équilibre avantage-inconvénient !

FI : D’un point de vue général, quel bilan tirez-vous de cette dernière année si particulière ?

J.-F. C. : La plupart de mes collègues préfets ont simplement dû gérer une crise sanitaire, point à la ligne. À Mayotte, nous avons dû faire face à une crise globale : sanitaire, humanitaire, économique et sécuritaire ! Très respecté au cours des trois premières semaines, le confinement a provoqué une vraie crise alimentaire et a coûté 3.000 emplois (les natifs de l’étranger, les femmes, les personnes âgées de 30-49 ans, les non-salariés et les employés à domicile sont les principaux concernés, ndlr.)… Si le tissu économique est résilient, la plupart des entreprises se remettait à peine de la crise exceptionnelle de 2018. C’est la raison pour laquelle nous avons activé dès le 19 mars la cellule territoriale de continuité économique pour [les] protéger. Et il ne faut pas non plus oublier la disparition de l’économie informelle et l’arrêt des éloignements décidé par l’Union des Comores.

FI : Quel est votre plus grand regret ?

J.-F. C. : De mon point de vue, tout arrêter brutalement, y compris le fonctionnement des entreprises, était une « erreur ». Il existe d’autres options, notamment celles retenues lors du deuxième confinement, qui ont permis à l’économie de continuer à tourner. Les chantiers des logements, de l’eau, des écoles sont primordiaux ! Nous ne pouvons pas nous en passer…

Avec l’expérience et le vécu, le maintien de l’économie a du sens. Cela n’a pas empêché au confinement d’être efficace. Si chacun applique le respect des gestes barrières et le port du masque, nous maîtrisons l’épidémie. Compte tenu du caractère éruptif de l’île et de sa jeunesse, la population a bien compris que la meilleure solution face à la propagation du virus est elle-même. Nous avons réussi à modifier nos habitudes et à nous adapter.

FI : Quel moment le plus marquant retenez-vous de cette gestion de crise en tant que préfet ?

J.-F. C. : Sans aucun doute, quand j’ai visité les services de réanimation ! J’ai vu le dévouement et la compétence des personnels soignants du centre hospitalier de Mayotte, mais aussi la détresse des familles. Ce type de rencontres permet de résister à toutes les revendications catégorielles, notamment venant de ceux qui considèrent que sauver leur propre activité, c’est sauver Mayotte, alors que des habitants sont en train de mourir. Il faut avoir à l’esprit les proches qui souffrent. Alors oui, il y a des problèmes économiques et sociaux majeurs sur le territoire, mais au-delà de cela, il y a aussi la vie humaine. La protéger, c’est aller vers des décisions qui peuvent heurter.

FI : La crise sanitaire a mis en exergue la limite des capacités hospitalières, qui ont été mises plus d’une fois à rude épreuve. Cela a-t-il permis de mettre un coup d’accélérateur dans le dossier du second hôpital ?

J.-F. C. : Personne n’a perdu cet objectif de vue. La décision a été prise et annoncée en octobre 2019 lors de la venue du président de la République. Près de deux ans sont passés, mais l’autorité sanitaire n’a pas chômé sur le sujet. Construire un hôpital est un chantier lourd et long, mais les Mahorais peuvent compter sur ma mobilisation et celle des élus pour remonter un certain nombre de revendications aux oreilles du gouvernement. Les moyens hospitaliers et sanitaires de l’île ne sont pas au niveau d’exigence du moment. La crise aura probablement même accéléré ce dossier.

 


 

MICRO-TROTTOIR

 

Chaharane :Ce Covid, il nous a vraiment gâché beaucoup de choses

j-f-colombet-proteger-vie-humaine-decisions-peuvent-heurterIl est presque midi devant le marché couvert de Mamoudzou. Une canette à la main en guise de petit casse-croûte, et les yeux que l’on devine rieurs derrière ses lunettes de soleil, Chaharane essaie de faire contre mauvaise fortune bon cœur. Pourtant depuis un an, la crise sanitaire a plus que chamboulé ses plans comme ses projets d’avenir. “Il y a un an, j’étais au RSMA, j’allais passer mes tests. Mais il y a eu le Covid, et on nous a dit de rentrer chez nous, qu’ils allaient nous rappeler”, se souvient le jeune homme qui vient de souffler ses 25 bougies. Mais quand le téléphone finit par sonner, le Petit-Terrien voit ses espoirs de reprendre la formation de 11 mois complètement douchés : “C’était en décembre, pour le paquetage, c’est-à-dire pour rendre nos tenues. À part ça, on n’a reçu aucun appel, alors oui, ce Covid, il nous a vraiment gâché beaucoup de choses !” N’ayant pas pu passer les tests, Chaharane se retrouve aujourd’hui sans diplôme, sans certificat de formation… et sans emploi. “Depuis, je cherche un poste dans la mécanique puisque c’est ce que j’avais commencé à faire au RSMA”, conclut-il. Sans pouvoir vraiment se projeter vers un horizon, toujours noirci, en cette date anniversaire, par la menace du virus.

 

Alihousseni :Quand l’avion est resté une heure au sol à Roissy, j’ai cru que je n’atterrirrais plus à Mayotte

j-f-colombet-proteger-vie-humaine-decisions-peuvent-heurterCette date d’anniversaire du 17 mars, Ali ne risque pas de l’oublier. À l’époque, le jeune entrepreneur prévoit depuis longtemps de tout lâcher pour rejoindre sa compagne et venir lancer sa société à Mayotte. “Le lundi, j’avais une réunion avec le centre des monuments nationaux pour un chantier sur lequel je travaillais. Les gars nous ont dit : “ce soir, Macron annonce le confinement”. Et tout le monde me disait : “si tu veux partir, c’est aujourd’hui.”” Ni une ni deux, l’ingénieur décroche son téléphone et harcèle la compagnie Air Austral, jusqu’à obtenir une place dans le premier avion disponible. “Il devait être 15h, et à 19h j’embarquais”, retrace-il. “Quand l’avion est resté une heure au sol à Roissy, j’ai cru que je n’atterrirrais plus à Mayotte.” Ouf ! Le lendemain, jour 1 du confinement national, Alihousseni arrive sous le ciel des tropiques. Mais il n’est pas au bout de ses peines. “S’il y a une chose que je retiens aussi de cette année, c’est la difficulté de créer une société à Mayotte pendant un confinement.” Pendant près de deux mois, l’entrepreneur appelle tous les deux jours les différentes administrations, la chambre de commerce pour son Kbis, la CSSM pour se déclarer à l’Urssaf, les impôts, le chômage… Presque impossible d’avoir quelqu’un au bout du fil, et les échanges de mail tombent vite aux oubliettes. De quoi frôler la phobie administrative ! “C’était l’horreur”, souffle-t-il. Bilan des courses : le nouvel arrivant devra vivre sur ses économies, avant de pouvoir, enfin, envoyer des factures à ses clients et recevoir ses premiers paiements au mois de septembre 2020. Un vrai casse-tête, d’autant que les créateurs d’entreprise ne se sont pas vus offrir d’aides spécifiques pour faire face au Covid, contrairement aux entrepreneurs plus établis, en mesure de fournir leurs résultats sur les années passées. La tuile !

 

Anjara : “Le confinement, moi, je ne l’ai pas vu !”

Il y en a qui auraient préféré pouvoir rester chez eux. Et Anjara est plutôt de ceux-là. Responsable administrative dans une entreprise de BTP, cette habitante de Chiconi n’a pas vraiment arrêté de se lever le matin… “Dès le confinement, j’ai commencé un congé maternité”, retrace la jeune maman. “Ensuite il a fallu retourner au travail. Et pour les entreprises du BTP, le confinement n’a jamais été de mise ! Alors franchement, moi je ne l’ai pas trop senti”, déplore presque la mère de famille qui a redouté comme beaucoup l’arrivée de ce virus méconnu sur l’île aux parfums. “Bien sûr qu’on avait peur ! Justement, dans le BTP, on s’est un peu dit, tout le monde reste à la maison mais nous, non. Alors quoi, on est des appâts ?

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...