François Tomczyk : l’hypnose comme pansement à Mayotte

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

« Hypnose ». Le mot est désormais connu du plus grand nombre mais la pratique, elle, nourrit encore de nombreux fantasmes chez les non initiés. Loin des scènes de spectacle et de l’ésotérisme qu’on lui prête parfois, elle permet pourtant de guérir de nombreux maux du quotidien et les traumatismes du passé. Depuis deux ans, François Tomczyk est l’un des rares hypnothérapeute certifiés de l’île. Il démystifie la discipline qui permet de contourner « cette petite voix qu’on a dans la tête ».

Flash Infos : Concrètement, en quoi consiste l’hypnose ?

François Tomczyk : L’hypnose permet de rentrer dans un état hypnotique, c’est-à-dire un état modifié de conscience, un état particulier d’attention, qu’on traverse tous plusieurs fois par jour de façon tout à fait naturelle. C’est le cas, par exemple, lorsqu’on regarde un film pendant deux heures, alors qu’à la fin, on a l’impression que ça n’a duré que vingt minutes. Cela se manifeste aussi lorsqu’on se surprend à fixer un point des yeux sans pouvoir s’en défaire, et sans même savoir vraiment pourquoi. Mon travail consiste donc à mettre les gens dans cet état pour leur faire passer des suggestions. Sous hypnose, l’inconscient est plus réceptif, ce qui permet de contourner le facteur de jugement, cette petite voix qu’on a dans la tête et qui nous dit ce qu’on est capables de faire, ce qu’on doit faire ou non. C’est pour ça que l’hypnose peut être très efficace pour arrêter le tabac ou toute autre addiction, et également aider dans la perte de poids notamment.

FI : Tout le monde peut-il y être sensible ?

T. : Il y a plusieurs types d’état hypnotique et ils diffèrent selon les individus. C’est vrai que des gens seront plus susceptibles d’y être sensibles que d’autres, et ce sont notamment ceux-là qui sont choisis par les hypnotiseurs lors des spectacles. Mais la transe dont on a besoin en thérapie est beaucoup moins forte. En fait, on travaille exclusivement avec les ressources des patients : si les personnes sont elles-mêmes réellement motivées, elles seront plus susceptibles de réussir, à arrêter le tabac par exemple. Il y a souvent des gens qui viennent me voir en pensant qu’avec l’hypnose, cela sera aussi simple que d’allumer une lumière et dans ce cas-là, ça ne fonctionnera pas. Alors si on s’est soi-même convaincu que c’était le bon moment, la bonne date, ça sera plus susceptible de fonctionner. Je m’explique : si vous allez chez le dentiste mais que vous refusez d’ouvrir la bouche, il ne pourra rien faire pour vous ! L’hypnose permet en fait de dépasser les croyances personnelles et les émotions qui sont souvent les plus gros obstacles. Imaginons quelqu’un qui a la phobie des oiseaux : il n’y a aucune raison objective à cela, et la raison elle-même n’intervient plus. Mais via l’hypnose, on peut travailler sur tout ce qui est émotionnel, ce qui est relié aux parties profondes du cerveau. Intellectuellement, on arrive à conscientiser les choses, mais les émotions, elles, ne suivent pas toujours. C’est aussi pour ça que les soldats ou des victimes d’agression en état de choc post-traumatique ont recours à l’hypnose.

FI : Comment se déroule une séance d’hypnothérapie ?

T. : Il y a autant de façon de pratiquer qu’il y a de praticiens ! Dans mon cas, la première séance inclut d’abord une quarantaine de minutes d’entretien, pour comprendre les causes et les motivations qui poussent la personne à solliciter un hypnothérapeute. Moi, j’explique ce qu’est l’hypnose et ce qu’elle n’est pas. Ce qu’elle peut faire et ne pas faire, car je ne peux pas rentrer dans la tête des gens. On fait ensuite une demie-heure d’hypnose. La personne est installée confortablement, les yeux d’abord ouverts, puis fermés, pendant que le thérapeute lui parle à travers des métaphores, c’est le nom que l’on donne aux messages qu’on essaie de faire passer au cerveau. Ce premier entretien est très important pour aller au-delà des superstitions, des secrets ou des croyances, notamment religieuses, qui font que parfois, les gens ont du mal à partager leurs expériences, leurs émotions. Mais si la personne souhaite vraiment les partager, cela fonctionne. Une consultation m’avait ainsi beaucoup marqué : une personne voulait me consulter parce qu’elle avait des difficultés à parler en public. Nous faisons le point ensemble en s’interrogeant sur les différents événements marquants de son enfance, car c’est souvent entre zéro et sept ans que les traumatismes sont les plus marquants. Et finalement, au bout de 45 minutes, cette personne pour qui tout allait bien s’est avérée être victime de viol et de plusieurs autres tentatives d’agression…

Pour consulter

François Tomczyk propose une découverte de l’hypnose dès 30 à 40 euros la séance, dans ses cabinets de  Dzaoudzi, Kani-Kéli et Chiconi. Comptez  entre 70 et 90 euros les séances classiques, dont les consultations pour l’arrêt du tabac. Vous pouvez-prendre rendez-vous par téléphone au 06.39.29.96.40, ou par mail à l’adresse françoistomczyk@hypnose-mayotte.fr. Découvrez son travail dès à présent sur le site hypnose-mayotte.fr ou sur sa chaîne YouTube François Tomczyk, dédiée au développement personnel par l’hypnose.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Pôle Emploi/CRESS de Mayotte : un partenariat pour formaliser l’entrepreneuriat social

Ce mardi 1er décembre, Pôle Emploi et la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire ont signé une convention de partenariat pour formaliser le...

Littoral de Mayotte : Kyrielle de plaisirs à loisirs entre plages et lagon

Pour mettre à l'honneur ses richesses et les faire découvrir au plus grand nombre, l'Office du tourisme du Centre Ouest organisait un éco-tour le...

Yann Le Bris, nouveau procureur à Mayotte : “Je souhaite apporter ma pierre à l’édifice pour renforcer la sécurité”

Le successeur de Camille Miansoni au poste de procureur de la République a pris ses fonctions hier, au tribunal judiciaire de Mamoudzou. Portrait de...

Les jeunes de Dembéni s’engagent dans la prévention du Sida

La semaine de sensibilisation et de prévention sur les IST et MST, notamment sur le Sida, continue. Ce mardi, les étudiants du BTS SP3S...

Après un an à la présidence des RUP, “les combats sont toujours difficiles à gagner” à Mayotte

Jeudi 26 et vendredi 27 novembre se tenait la XXVème édition de la conférence des régions ultrapériphériques d’Europe. Mohamed Sidi, 6e vice-président chargé de...