Un palliatif au système public

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Si, il y a quelques années, mettre son enfant à la crèche semblait incongru, aujourd’hui, ces structures rares sont très recherchées, surtout par les parents qui travaillent et qui ne souhaitent pas laisser leur progéniture aux mains des grands-mères (qui traditionnellement s’occupaient de cette tâche) ou des “nounous”de circonstance (souvent non diplômées et non déclarées).

Les tarifs des crèches se font souvent en fonction des revenus des parents et selon un quotient familial imposé par l’Établissement des allocations familiales. En général, les tarifs représentent 12 % des revenus des parents soumis à un plancher ou un plafond. Par exemple, à la crèche Owazaza de Sada, pour un enfant qui est accueilli cinq jours à temps plein, le plancher est à 160 € par mois, le plafond à 470 € (510 pour les parents gagnant plus de 50 000 € par an). Le tout est déductible à 50 % des impôts.
Pour les écoles maternelles et primaires, la donne n’est pas tout à fait la même. En effet, contrairement aux crèches qui n’ont pas de pendant public, les écoles publiques de l’île sont bien là. Mais le niveau peut être faible selon les établissements ou les classes. Les bâtiments ne sont pas forcément des modèles de sécurité et les moyens alloués aux écoles sont parfois dérisoires. De nombreux parents (ceux qui en ont les moyens financiers) préfèrent donc avoir affaire au secteur privé ou associatif. Quitte à payer le prix fort. Ces établissements ont l’avantage de ne pas être surchargés, d’offrir des thèmes pédagogiques originaux et surtout, ils ont les moyens de leur ambition en offrant des conditions optimales aux élèves et aux enseignants.
Nous vous avons donc dressé un aperçu le plus exhaustif possible de l’offre présente à Mayotte.

Saïnda Malide et Faïd Souhaïli

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Bodo : un nouvel album 100% made in Mayotte

Roho qui signifie coeur est le titre du nouvel album de Bodo. Il sort ce vendredi 30 octobre et fera certainement parler de lui....

Mayotte : Trois mois de prison avec sursis pour des cigarettes de contrebande et un panneau solaire volé

En octobre dernier, 2.800 cartouches de cigarettes et six kilos de bangué étaient interceptés par les gendarmes de Mayotte. Des arrivées de marchandises qui...

Confinement acte 2 : Quelles « adaptations » pour le sport mahorais ?

Un grand point d’interrogation plane au-dessus des sportifs mahorais. Les différentes fédérations nationales vont chacune de leur communiqué depuis mercredi soir et la dernière...

La future couronne de Miss Excellence visible en avant-première à Mzuri Sana

Le concours de Miss Excellence Mayotte 2020 se tient ce samedi au plateau de Ouangani. Six candidates – Larissa Salime Be, Lysiana Bacar, Hafna...

Mayotte : La première sirène d’alerte inaugurée à Dembéni deux ans après les secousses

Les missions d’étude du volcan responsable des séismes de 2018 ont mis en évidence le risque de tsunami qui menace Mayotte. Pour s’en prémunir,...