« Mayotte, l’âme d’une île » ou la découverte de l’île aux trésors

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Véritable ode à la culture mahoraise, « Mayotte, l’âme d’une île », fruit de la collaboration entre le photographe Thierry Cron et l’écrivain Nassuf Djailani est désormais disponible en librairie. L’ouvrage invite, au fil des lignes et des images aux émotions captivantes, à porter un autre regard sur l’île. Et à entretenir le feu d’un patrimoine sans pareil.

Si la République est « une et indivisible » comme le dit le texte, ce petit bout de terre reste pourtant unique. Souvent invisible. Noyés sous les gros titres des journaux « métros » ou éludés par les œillères des voyageurs, oubliés dans la course à la modernité et rattachés de force au passé, vivent ainsi ses secrets. Et vive ses secrets ! Alors, pour qu’ils ne soient tus à jamais, Thierry Cron et Nassuf Djailani se sont fait les orpailleurs des richesses de Mayotte. Non pas pour se les approprier, mais pour les partager, pour « encourager la jeunesse à reprendre le flambeau que les anciens ont su leur transmettre ». Un objectif pour ce premier, le photographe, une émotion pour ce second au choix des mots. L’émotion, justement, est partout dans ce livre. Au fil des pages, au cours des lignes de lettres et des êtres en images. Les âmes y sont incarnées.

On les retrouve ainsi, ces âmes, ces hommes et ces femmes de l’île à la pêche, aux champs, lors des mariages, au long de leur vie et des rites qui l’anime. « J’espère avoir témoigné d’une réalité. C’est en tout cas ma réalité, celle que j’ai vu à travers mon objectif mais elle a été capturée sans trucage, avec sincérité », explique Thierry Cron qui, au cours de ce projet a louvoyé entre « la peur de l’illégitimité » pour ce photographe métropolitain et le désir profond de rendre hommage à une culture « fabuleuse, que l’on ne retrouve nulle part ailleurs », pour le baroudeur qui a traîné ses boitiers aux quatre coins du globe. Et c’est sa rencontre avec Nassuf Djailani, dit-il, qui lui aura permis de lever ce premier doute. De sublimer cette seconde volonté.

Un autre regard sur Mayotte

« Quand j’ai lu les premiers textes de Nassuf, j’en ai pleuré. Le travail du photographe s’arrête à une image, et même si l’on fait tout pour raconter une histoire, chacun se l’interprète librement et Nassuf a su trouver des mots d’une justesse incroyable pour donner vie à ces images », lâche-t-il, encore ému par la symbiose qui est née de leurs deux regards sur une île. « Ce livre, c’est d’abord une histoire de rencontres. Le travail de Thierry m’a replongé dans mon lieu d’écriture », raconte de son côté l’écrivain. « Le passage par la photo permet de faire une pause, il n’y a rien de tel pour ancrer l’imaginaire », poursuit-il. Et pour plonger dans des réalités souvent discrètes. « En tant que natif de l’île, on croit tout savoir d’elle, mais c’est en réalité bien souvent une prétention de connaître qui nous empêche d’aller voir plus loin. Se mettre à la place de l’autre, à travers des visages, des mains, permet de raconter autre chose. De mon côté, en tout cas, ça m’a permis de faire un pas de côté », confie l’auteur.

Un autre regard, « pour rendre compte de ce qui disparaît face à la violence du temps », voilà donc ce que veut susciter « Mayotte, l’âme d’une île ». « J’ai découvert un Mayotte fabuleux, à rebours de celui qui fait l’actualité. Malheureusement, on a l’impression que toute la richesse de cette culture est vouée à disparaître. Inéluctablement, les coutumes s’effacent face aux désirs de modernisation et on ne peut pas vraiment jouer sur cela », pointe le photographe. Les coucher sur papier de la manière des plus nobles permet ainsi de les faire vivre encore. Et déjà, prenant du recul sur leur travail, les deux complices parviennent-ils à entrevoir de l’espoir.

Une île qui résiste

« On peut voir Mayotte comme une île oubliée ou comme une île qui résiste et je pense que malgré tout, elle compose et avance à son propre rythme. Pour moi, c’est une île qui résiste, dont les secrets sont bien ancrés mais qui ne les livre qu’à ceux qui veulent bien regarder. Malgré les différentes pressions qui peuvent l’accabler, tout cela vit encore et ce livre est une manière d’offrir à ceux qui maintiennent ce feu le sentiment d’être réhabilités, de pouvoir se réapproprier une parole, une vision alors que l’espace est saturé de paroles tordues, manipulatrices », considère Nassuf Djailani. « J’espère que la jeune génération, que je sais attachée à la culture exceptionnelle qui leur a été transmise, tienne encore dans ce patrimoine et j’espère que ce livre les y encouragera », conclut le photographe. Ra hachiri.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...