« Mayotte, l’âme d’une île » ou la découverte de l’île aux trésors

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Véritable ode à la culture mahoraise, « Mayotte, l’âme d’une île », fruit de la collaboration entre le photographe Thierry Cron et l’écrivain Nassuf Djailani est désormais disponible en librairie. L’ouvrage invite, au fil des lignes et des images aux émotions captivantes, à porter un autre regard sur l’île. Et à entretenir le feu d’un patrimoine sans pareil.

Si la République est « une et indivisible » comme le dit le texte, ce petit bout de terre reste pourtant unique. Souvent invisible. Noyés sous les gros titres des journaux « métros » ou éludés par les œillères des voyageurs, oubliés dans la course à la modernité et rattachés de force au passé, vivent ainsi ses secrets. Et vive ses secrets ! Alors, pour qu’ils ne soient tus à jamais, Thierry Cron et Nassuf Djailani se sont fait les orpailleurs des richesses de Mayotte. Non pas pour se les approprier, mais pour les partager, pour « encourager la jeunesse à reprendre le flambeau que les anciens ont su leur transmettre ». Un objectif pour ce premier, le photographe, une émotion pour ce second au choix des mots. L’émotion, justement, est partout dans ce livre. Au fil des pages, au cours des lignes de lettres et des êtres en images. Les âmes y sont incarnées.

On les retrouve ainsi, ces âmes, ces hommes et ces femmes de l’île à la pêche, aux champs, lors des mariages, au long de leur vie et des rites qui l’anime. « J’espère avoir témoigné d’une réalité. C’est en tout cas ma réalité, celle que j’ai vu à travers mon objectif mais elle a été capturée sans trucage, avec sincérité », explique Thierry Cron qui, au cours de ce projet a louvoyé entre « la peur de l’illégitimité » pour ce photographe métropolitain et le désir profond de rendre hommage à une culture « fabuleuse, que l’on ne retrouve nulle part ailleurs », pour le baroudeur qui a traîné ses boitiers aux quatre coins du globe. Et c’est sa rencontre avec Nassuf Djailani, dit-il, qui lui aura permis de lever ce premier doute. De sublimer cette seconde volonté.

Un autre regard sur Mayotte

« Quand j’ai lu les premiers textes de Nassuf, j’en ai pleuré. Le travail du photographe s’arrête à une image, et même si l’on fait tout pour raconter une histoire, chacun se l’interprète librement et Nassuf a su trouver des mots d’une justesse incroyable pour donner vie à ces images », lâche-t-il, encore ému par la symbiose qui est née de leurs deux regards sur une île. « Ce livre, c’est d’abord une histoire de rencontres. Le travail de Thierry m’a replongé dans mon lieu d’écriture », raconte de son côté l’écrivain. « Le passage par la photo permet de faire une pause, il n’y a rien de tel pour ancrer l’imaginaire », poursuit-il. Et pour plonger dans des réalités souvent discrètes. « En tant que natif de l’île, on croit tout savoir d’elle, mais c’est en réalité bien souvent une prétention de connaître qui nous empêche d’aller voir plus loin. Se mettre à la place de l’autre, à travers des visages, des mains, permet de raconter autre chose. De mon côté, en tout cas, ça m’a permis de faire un pas de côté », confie l’auteur.

Un autre regard, « pour rendre compte de ce qui disparaît face à la violence du temps », voilà donc ce que veut susciter « Mayotte, l’âme d’une île ». « J’ai découvert un Mayotte fabuleux, à rebours de celui qui fait l’actualité. Malheureusement, on a l’impression que toute la richesse de cette culture est vouée à disparaître. Inéluctablement, les coutumes s’effacent face aux désirs de modernisation et on ne peut pas vraiment jouer sur cela », pointe le photographe. Les coucher sur papier de la manière des plus nobles permet ainsi de les faire vivre encore. Et déjà, prenant du recul sur leur travail, les deux complices parviennent-ils à entrevoir de l’espoir.

Une île qui résiste

« On peut voir Mayotte comme une île oubliée ou comme une île qui résiste et je pense que malgré tout, elle compose et avance à son propre rythme. Pour moi, c’est une île qui résiste, dont les secrets sont bien ancrés mais qui ne les livre qu’à ceux qui veulent bien regarder. Malgré les différentes pressions qui peuvent l’accabler, tout cela vit encore et ce livre est une manière d’offrir à ceux qui maintiennent ce feu le sentiment d’être réhabilités, de pouvoir se réapproprier une parole, une vision alors que l’espace est saturé de paroles tordues, manipulatrices », considère Nassuf Djailani. « J’espère que la jeune génération, que je sais attachée à la culture exceptionnelle qui leur a été transmise, tienne encore dans ce patrimoine et j’espère que ce livre les y encouragera », conclut le photographe. Ra hachiri.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°945

Le journal des jeunes

À la Une

Trois interpellations, dont une incarcération, à la suite des violences à Koungou

Le préfet Jean-François Colombet est revenu sur les événements du week-end dans le quartier Jamaïque de Koungou et a confirmé son intention de mener...

Visite du préfet de Mayotte et de l’ARS à l’hôpital de Petite-Terre, enfin opérationnel

La propagation inquiétante du Covid-19 à Mayotte a permis de mettre un coup d’accélérateur pour ouvrir l’hôpital de Petite-Terre plus tôt que prévu. Opérationnel...

Un centre d’étude des langues à Mayotte pour s’ouvrir sur le continent africain

À la suite d'une délibération du conseil départemental en date du 25 février, un centre d'étude des langues va ouvrir et être rattaché à...

Basketball : Des dribbles et des paniers même en période de confinement

Alors que le confinement a été prolongé de deux semaines sur l’île, certains sportifs ne supportent plus d’être enfermés. Alors à 15h, sur certains...

M’safara : un voyage dans les airs pour lutter contre l’arrivée de kwassas à Mayotte

Il y a un mois, le préfet Jean-François Colombet annonçait sa décision de solliciter des structures privées pour lutter contre l’entrée illégale et massive...