30/11/2007 – Recensement – La transition démographique est bien enclenchée

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

La DGF, Dotation globale de fonctionnement, est en effet la principale source de financement des communes de Mayotte (avec maintenant le Fip) et son montant est fixé par l’Etat en fonction de la population de la commune. D’où les remarques de certains maires qui regrettaient que des concitoyens n’aient pas été recensés, comme à Mamoudzou où le maire a comptabilisé 380 familles non recensées, ou à Koungou où le maire estime la population de sa commune sous-évaluée.
La perfection n’étant pas possible dans un travail de cette ampleur, le préfet, dans son allocution, a toutefois mis en avant « la fiabilité, la rigueur, la neutralité, l’impartialité » de l’Insee, et « les nécessaires connaissances sans lesquelles on ne peut agir ».

Un taux de croissance en baisse
Le premier constat concerne la transition démographique définitivement amorcée. La croissance démographique annuelle a chuté en dix ans, quasiment de moitié, passant de 5,6% en 1997 à 3,1% en 2007. C’est un point de moins que lors de la période 1997/2002. Cela reste un taux qui marque un fort dynamisme, puisque qu’au niveau national il se monte à 0,6% et à la Réunion à 1,5%. Ce ralentissement de la croissance ne permet pas d’arriver au chiffre de 200.000 âmes sur le sol mahorais, contrairement aux estimations des experts du territoire qui se basaient sur une progression aux alentours des 4%.
Les études plus fines pourront peut-être répondre à différentes questions, notamment celle des mouvements migratoires. En quoi la lutte contre les sans-papiers agit sur ce ralentissement, avec 10 à 12.000 reconduites par an. L’émigration des Mahorais vers les départements constitue aussi une soupape importante, mais de quel ordre alors qu’on évoque près de 15.000 installations de Mahorais à la Réunion ou en Métropole. Sans oublier les étudiants qui, par les études qui vont en s’allongeant, commencent à constituer une masse importante dans l’Hexagone. Ces conclusions arriveront l’an prochain, dans le courant du second trimestre, avec l’ensemble des résultats, comme la proportion de la jeunesse dans la population, l’allongement de la durée de vie…
En ce qui concerne Mamoudzou, sa croissance démographique chute de moitié, passant de 6,8% entre 1997 et 2002 à 3,1% entre 2002 et 2007. Tsoundzou 2 et Cavani sont les deux quartiers les plus attractifs. La capitale reste la plus grande ville du territoire avec 53.000 résidants, contre 45.000 en 2002. Koungou consolide sa 2ème place et atteint presque la barre des 20.000 avec une progression annuelle de 5,2%, juste devant Dzaoudzi-Labattoir.
Du côté des surprises, le village de Bouéni a perdu du monde malgré les efforts de la municipalité pour créer de l’activité dans sa presqu’île, -0,6% par an. Mtsamboro et M’tsangamouji sont les deux seules communes de Mayotte à perdre des gens en 5 ans : -0,4% pour la première, -1,4% pour la seconde.
En terme de densité, Mayotte passe quand même un cap avec 511 hab/km² contre 439 en 2002. La Petite Terre reste la zone la plus densément peuplée avec 2.182 hab/km² pour Pamandzi et le record à Labattoir avec 2.349 hab/km².

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Bodo : un nouvel album 100% made in Mayotte

Roho qui signifie coeur est le titre du nouvel album de Bodo. Il sort ce vendredi 30 octobre et fera certainement parler de lui....

Mayotte : Trois mois de prison avec sursis pour des cigarettes de contrebande et un panneau solaire volé

En octobre dernier, 2.800 cartouches de cigarettes et six kilos de bangué étaient interceptés par les gendarmes de Mayotte. Des arrivées de marchandises qui...

Confinement acte 2 : Quelles « adaptations » pour le sport mahorais ?

Un grand point d’interrogation plane au-dessus des sportifs mahorais. Les différentes fédérations nationales vont chacune de leur communiqué depuis mercredi soir et la dernière...

La future couronne de Miss Excellence visible en avant-première à Mzuri Sana

Le concours de Miss Excellence Mayotte 2020 se tient ce samedi au plateau de Ouangani. Six candidates – Larissa Salime Be, Lysiana Bacar, Hafna...

Mayotte : La première sirène d’alerte inaugurée à Dembéni deux ans après les secousses

Les missions d’étude du volcan responsable des séismes de 2018 ont mis en évidence le risque de tsunami qui menace Mayotte. Pour s’en prémunir,...