test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

29/08/2008 – Portrait de Deenice – Un nouveau studio de musique pour les artistes locaux

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

"La technique, le son, la musique m'ont toujours passionné". Une passion dont Deenice a décidé de faire son métier, lui qui a commencé à jouer au piano à l'âge de 4 ans et qui possédait un ordinateur quand il avait 10 ans, au tout début de l'informatique grand public des années 1980. C'est pourquoi, une fois son bac en poche, il décide de passer un BTS Audiovisuel option Son à l'Institut supérieur des techniques du son (ISTS) à Paris. Tout au long de sa carrière professionnelle, Deenice a su allier son activité d'ingénieur, pour accompagner des artistes sur scène ou en studio, et son goût pour la composition musicale dans de nombreux groupes.
Deenice a d'abord travaillé dans différents studios d'enregistrement pour la télévision où il faisait du bruitage, du mixage et du "sound design", c'est-à-dire des effets spéciaux sonores, en créant des sons pour des publicités par exemple. Au sein des studios Ramses et Bellx-1 à Paris, il a mixé et même composé des chansons pour une centaine de pubs de voitures, a mixé le long métrage Vidocq, fait l'habillage d'un clip d'Ophélie Winter, a travaillé sur la bande-son française des dessins animés Dragon Fly ou Rapido…
"Parallèlement à ça, je faisais partie de plusieurs groupes de musique. J'ai également accompagné de nombreux artistes sur scène, beaucoup de "world music" comme Alan Stivel, des aborigènes d'Australie, des groupes tziganes et de l'électro-jazz." Car Deenice n'est pas seulement un ingé son, c'est aussi un musicien professionnel qui a fait des concerts et qui a des notions sur quasiment tous les instruments, et surtout leur interface avec l'ordinateur. Il a participé à de nombreux concerts en Métropole, notamment des festivals de jazz, et continue d'être devant la table de mixage pour beaucoup de "live" à Mayotte.
Arrivé au début de cette année avec sa femme et sa fille, il a été très bien accueilli ici et a trouvé immédiatement du travail à Clap Production : "J'ai fait des concerts avec des musiciens et ça a un peu fait boule de neige". C'est surtout le fait qu'il soit à la fois musicien et ingé son qui a séduit tous les groupes avec qui il a travaillé.

"Contribuer à ce que les artistes d'ici s'exportent"

"J'ai travaillé avec tout le monde ici : des musiciens traditionnels, des artistes M'zungu, des entreprises privées et des institutions publiques, des associations…" Son expérience professionnelle est un atout à Mayotte, lui qui a déjà produit quelques groupes quand il habitait à Lille en 2006-2007 et qui a fait le son des pubs de clients prestigieux comme Cofidis, Décathlon ou Hollywood chewing gum. Deenice a décidé de créer son entreprise au mois de mai dernier, notamment grâce au dispositif de l'Accre (Aide aux chômeurs créant ou reprenant une entreprise) qui lui permet de bénéficier d'exonérations de charges sociales pendant un an.

Avec l'aide de la Boutique de gestion, il a pu monter un dossier qui lui a permis d'avoir son local qui était à l'abandon et qui a nécessité beaucoup de travaux. Et s'équiper en "matos", avec une régie de production audio et tout l'attirail des studios d'enregistrement de qualité. Ce local est également utilisé comme salle de répétition par les groupes Maoris et Daddy Happy, avec qui Deenice a créé une association appelée Nafassi ("Liberté"), qui vise à faire de ce local un lieu incontournable de la musique à Mayotte. Tom, le vice-président de l'association et batteur de Daddy Happy explique qu'"à terme, en parallèle de l'activité de Deenice, on aimerait en faire un lieu de résidence pour des artistes de l'extérieur".
Deenice a déjà enregistré de nombreux concerts et des maquettes pour Daddy Happy, Lathéral, Maoris. Il a aussi effectué le "mastering" du dernier album d'Eliasse et créé la bande-son du Ballet de Mayotte. Il a travaillé en post-production et enregistré un titre avec Patrick Millan de 100% Mayotte et c'est lui qui va "masteriser" la voix de Djazou, la gagnante du concours Jeunes talents SFR. Et il commence à produire des artistes locaux comme Trio, Bo'Houss ou Mafio.
"Je voudrais contribuer à ce que les artistes d'ici s'exportent. J'ai été vraiment super bien accueilli par les Mahorais et tous les gens du spectacle ici. Et sans vouloir être prétentieux, les musiciens me disent souvent que nous avons des rapports agréables car je suis musicien moi-même, ce qui me permet de mieux comprendre leurs attentes."
Deenice est en train de créer un site internet pour recenser tous les artistes mahorais : "J'ai eu beaucoup de mal à trouver des informations sur Mayotte avant de venir et je crois qu'il y a un problème au niveau de la communication. Je veux faire un site qui regroupera tous les groupes pour que Mayotte ait une vitrine à l'extérieur. C'est pourquoi je sollicite tous les artistes, sans aucune obligation commerciale bien sûr".
En attendant, Deenice fait un peu de mix-live à Koropa, prépare son prochain album qui sera du "trip hop rapide" et projette de remixer des chants et de la musique traditionnelles version "électro". Une bouffée d'oxygène bienvenue pour la scène musicale mahoraise.

Julien Perrot

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...