L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Votez !

24 heures avec… Un pilote mahorais (presque) cloué au sol

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Fernand Keisler, jeune pilote mahorais de la compagnie Ewa Air, profite du confinement pour réviser en vue de ses épreuves de routine. Quand il ne reprend pas les manettes pour des rapatriements, des évacuations sanitaires ou quelques vols d’entretien. 

Y a-t-il un pilote dans l’avion ? À Mayotte, tous les vols commerciaux ont été annulés depuis le début du confinement, et c’est à se demander ce que peuvent bien devenir nos pilotes de ligne. Mais dans le 101e département, des avions continuent de sillonner régulièrement le ciel. Réapprovisionnement par fret aérien, rapatriements, ou évacuations sanitaires, les deux compagnies de l’île, Air Austral et Ewa Air, ont toujours du pain sur la planche. “On le sait, Mayotte est complètement dépendante des airs, que ce soit pour le transport de personnes, comme de marchandises ou de matériel”, souligne Fernand Keisler. “Au moment où je vous parle, on vient justement de m’avertir que je devais effectuer une évacuation sanitaire demain à destination de La Réunion.” Heureusement, le jeune commandant d’Ewa Air n’a pas eu le temps de se rouiller, grâce à ces vols réguliers qu’il continue d’effectuer pour l’ARS, le CHM ou la préfecture. 

Mais malgré ces quelques virées dans les airs, le pilote confiné commence, lui aussi, à trouver le temps long. Déjà parce qu’il a quand même dû réduire son activité, au moins de moitié, depuis le 17 mars. “D’habitude, je suis engagé douze jours par mois, là je suis engagé une fois tous les sept jours, plus quelques vols non programmés comme les evasan, qui s’ajoutent à mon planning”, détaille-t-il. Ensuite, parce qu’il a déjà été mis en quatorzaine à deux reprises, après des vols de rapatriement de Madagascar, et des Comores. Enfin, parce que les activités sur le sol ferme sont devenues limitées, au grand dam de cet amoureux du lagon. “Normalement, j’aurais profité de ces moments avec ma famille pour emmener le petit à la plage, se mettre du sable plein les orteils, et nager dans le lagon”, soupire le père de famille, réduit à quelques parties de UNO ou d’Anti-Monopoly. Continuité pédagogique oblige, Fernand Keisler en profite aussi pour donner des cours de maths ou de physique à sa belle-sœur de treize ans. 

Vols de routine et révisions 

Le reste de son temps, il l’occupe à ses propres révisions, en vue d’une épreuve de simulateur. Dans dix jours, le pilote de ligne s’envolera pour Paris Charles de Gaulle, où il passera le contrôle de routine qu’il doit effectuer tous les six mois. “La moitié de mon travail se passe désormais à la maison, au niveau intellectuel. Je dois réviser les règles de transport, les procédures d’urgence”, décrit Fernand Keisler. “Quand je serai dans le simulateur, je serai confronté à des situations graves, comme la perte d’un moteur au décollage, un décrochage, une dépressurisation, un feu… On teste notre capacité à réagir.” Grâce à une documentation réactualisée tous les mois ou toutes les deux semaines sur un iPad fourni par sa compagnie, l’as des manettes peut donc continuer à se préparer pour ses ECP, ses entraînements en contrôle périodique, malgré le confinement. Et contrairement à d’autres pilotes cloués au sol, lui a la chance de ne pas perdre en compétences techniques grâce aux vols qu’il continue d’effectuer. “Sinon, si on ne pilote pas pendant 90 jours, il faut refaire une formation, soit avec un instructeur, soit par simulateur”, explique-t-il. 

De son côté, en plus de ses vols effectués pour les besoins de l’île, Fernand Keisler est aussi amené à reprendre l’uniforme pour les vols d’entretien d’Ewa Air. La compagnie a fait le choix de ne pas mettre ses aéronefs en arrêt complet. “Les avions ne peuvent pas rester trop longtemps au sol sans voler, sinon cela prend plus de temps après pour les faire redécoller”, développe-t-il. Résultat, les deux ATR (avions de transport régional) de la compagnie mahoraise s’envolent encore au moins une 

fois tous les 20 jours, pour des vols d’une trentaine de minutes. “La semaine dernière, j’ai ainsi pu survoler le lagon, on est allé jusqu’à l’îlot de sable blanc, puis demi-tour, juste un petit vol de 35 minutes”, déroule le pilote, déjà nostalgique. Comme tout le monde, Fernand Keisler attend avec impatience le jour du déconfinement. Plus que prêt pour le décollage.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Un nouveau cas de choléra détecté à Koungou ce jeudi

La préfecture de Mayotte et l’Agence régionale de santé (ARS) confirment qu’une nouvelle personne atteinte du choléra a été identifiée, ce jeudi 11 avril....

TME : Catégorie entreprise innovante

Par les perspectives qu’elles offrent pour l’économie mahoraise et les nouvelles filières qu’elles développent, cinq structures ont retenu notre attention dans la catégorie entreprise...

Deux scénarios possibles pour le contournement routier de Combani

Le conseil départemental a décidé, ce mardi, de reprendre la main sur les prochaines étapes de la construction du contournement routier de Combani, le...

Des stades pleins pour les finales des tournois ramadan

Les finales des tournois de ramadan sponsorisés par Orange se sont tenues ce jeudi 11 avril, journée de fête de l’Aïd-el-fitr. Les dernières rencontres...

Comores : Trente-huit détenus s’évadent de la prison de Moroni

Un militaire qui figure parmi les détenus serait à l’origine de la débandade de ce jeudi matin, selon les déclarations du chef du parquet...