asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

22/10/08 – Le patrimoine musical Mahorais passe à la trappe au FIM

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

L'ouverture du Festival InterMizik de Mayotte s'est faite en grande fanfare lundi et malgré les retards éternels, apparemment tout le monde a apprécié la prestation des groupes extérieurs Amampodo (Afrique du Sud), Koomurri (Australie), mais aussi des locaux Jimmy et du duo Bedja-Soundi. Toutefois des rencontres professionnelles intéressantes intitulées "Regard sur le patrimoine musical mahorais" était programmée à 16 h au plateau de Passamaïnty. Mais oh surprise, lorsque nous arrivons, nous voyons un plateau télé (en l'occurrence Mwendro de RFO et non prévu au programme envoyé la veille à 15 h) sur lequel figure justement le directeur du service culturel Alain-Kamal Martial et d'autres invités censés participer aux rencontres professionnelles. Des intervenants extérieurs venus de la Réunion, de France hexagonale mais aussi du Maroc, organisant des festivals, dénichant de nouveaux talents grâce autres des prix qu'ils mettent en place, travaillant à la Sacem attendaient cette réunion également.

Nous pensions poser des questions essentielles sur la sauvegarde du patrimoine musical mahorais.Y-a-t-il un lieu où l'on peut consulter des chansons des groupes musicaux mahorais des années 70 ? Si oui à quelles conditions ? Eston capable de dire combien de titres différents ont créé Viking, Alpa Joe, Scolopendre, les Rapaces, Jimawé ou les formations religieuses de débah ou de moulidi ? A l'heure actuelle, RFO possède une mine incroyable dans ses archives sur bandes magnétiques. La station de Pamandzi les a-t-elle numérisées ? Que compte-t-elle en faire ? Non pas que la responsabilité en incombe seulement à RFO, mais pour ce qui est de la culture mahoraise nous sommes tous responsables et ne rien dire est tout simplement inadmissible. Malgré la présence du directeur du service culturel, nous n'avons eu aucune explication sur le programme et la réunion ne s'est tout simplement tenue. Nous aurions aimé le savoir avant de nous déplacer et nous regrettons d'être passés à côté d'une rencontre essentielle. Peut-être ce n'est que partie remise, qui sait ?

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

La circulation dans Mamoudzou perturbée à partir de ce mercredi

La circulation dans Mamoudzou sera perturbée à l’approche de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, ce vendredi, à l’occasion de laquelle la Ville organise...

La coqueluche continue de progresser sur le territoire

Santé publique France fait le point sur la coqueluche, les infections respiratoires aigües (IRA), la gastro-entérite aigües (GEA) et la dengue à Mayotte. Pour la...

Mamoudzou s’enflamme pour les Jeux Olympiques ce vendredi

La Ville de Mamoudzou organise une fan zone pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cet événement “Mamoudzou en flamme” aura...

Assemblée nationale : Anchya Bamana et Estelle Youssouffa intègrent leurs commissions permanentes

La députée de la 1ère circonscription de Mayotte nouvellement réélue, Estelle Youssouffa, intègre de nouveau la commission permanente des affaires étrangères de l’Assemblée nationale,...

Les travaux du point de vue d’Handréma ont débuté à Bandraboua

La première pierre du point de vue d’Handréma a été posée ce vendredi 19 juillet. Ces travaux marquent le début d’un programme d’aménagements dans...