11/06/2010 – Brique de terre compressée

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

 

 

{xtypo_dropcap}"L{/xtypo_drop}e rôle de l'architecte est d'être cohérent avec son environnement." C'est en ces termes que Vincent Liétar, architecte à la Sim et commissaire de cette exposition unique à la Maison de l'architecture en Ile-de-France, a résumé le thème décliné dans une trentaine de panneaux. "Construire en terre appartenait aux habitants avant que les architectes n'arrivent", a-t-il ajouté, regrettant qu'aujourd'hui les Mahorais préfèrent ériger les extensions des cases Sim en parpaings.

Le développement du savoir-faire mahorais autour de la BTC dans les années 1980 et 1990 a pourtant été observé dans le monde entier comme un facteur de développement économique et social respectueux de l'environnement (Voir dossier MH n°391). Aujourd'hui encore, une délégation néo-calédonienne de l'association "Renouveau Teasoa" d'une douzaine de personnes est venue visiter les bâtiments construits en BTC et la briqueterie de Dzoumogné en novembre dernier, seule survivante avec celle de Vahibé sur les 17 que comptait l'île en 1981 (voir MH n°452). La délégation a envoyé récemment des photos des bâtiments de leur chantier école à Hienghène, au Nord-Est du Caillou… qui ressemblent beaucoup aux premières cases Sim mahoraises.

A Mayotte, plus de 10.000 logements, soit 35 millions de blocs posés, ont été construits en BTC, ainsi que de nombreux bâtiments publics comme la préfecture, la maison des associations, l'aéroport, le Smiam, le collège de Dzoumogné, le lycée de Mamoudzou, etc. "On n'en est plus au stade expérimental ou innovant mais industriel", a constaté M. Liétar, qui a rappelé que l'association Art-Terre a été créée fin 2007 pour faire de la communication vis-à-vis des maîtres d'œuvres, maîtres d'ouvrage et architectes, pour le grand public et pour les élus, "parfois en position de rejet" de ce matériau local.

 

"Les élus ont peu de convictions sur place"

 

Florissante pour l'économie de l'île du début des années 1980 au milieu des années 1990, la BTC est aujourd'hui marginalisée par les acteurs de la construction, pour des raisons culturelles, mais aussi à cause d'une normalisation inachevée. Abandonné en 2003, le programme de normalisation de la BTCla DE (voir MH n°409 et 441). vient enfin d'être relancé grâce à l'association et au soutien financier de

"Cela pourrait être un avis technique ou une réglementation professionnelle", a expliqué M. Liétar, qui a annoncé avoir reçu le devis de CraTerre (Centre international de recherches et d'applications pour la construction en terre), une ONG basée à Grenoble qui a déjà conduit le premier travail de normalisation de la BTC de Mayotte en 1998. Les délais pour arriver à la certification devraient être plutôt courts : "Ce sera moins lourd qu'un DTU (Document technique unifié), peut-être un an ou un an et demi". Un "interlocuteur privilégié", vraisemblablement un ingénieur de CraTerre, sera prochainement chargé de rédiger le document qui devra faire la navette entre les comités techniques local et national formés de professionnels.

Le coût initial de l'opération était de 16.000€ et la première mission de cadrage de 20.000€, financé à 80% par la DE, les 20% restants devant normalement être à la charge du conseil général. "La DE a payé tout de suite, mais on attend toujours une réponse du conseil général pour les 7.200€ restants, mais les élus ont peu de convictions sur place", regrette M. Liétar.

 

Une expo à Lille, Grenoble, Montpellier et la Réunion avant d'arriver à Mayotte

 

Le vernissage de l'exposition a eu lieu le 4 mai en présence de Michel Perrot, président de la Maison de l'architecture en Ile-de-France, de Dominique Tessier, président du conseil régional de l'Ordre des architectes d'Ile-de-France qui a installé une antenne de son cabinet à Mayotte, de Mustoihi Mari, maître d'ouvrage au Smiam et président de l'association Art-Terre, et de M. Liétar. Il a été suivi d'une soirée-débat sur le thème "Architecture et développement local", avec la participation de Patrice Doat, fondateur de CraTerre et d'Attila Cheyssial, architecte-sociologue. "Plus de 200 personnes, dont beaucoup d'architectes, étaient présentes pour assister au débat", s'est félicité M. Liétar.

L'exposition doit ensuite aller à Lille, Grenoble et Montpellier, avant de passer par la Réunion pour être présentée à Mayotte d'ici la fin de l'année. Une plaquette devrait être éditée pour compléter le dispositif des panneaux, mais à condition que l'association récolte des moyens supplémentaires.

Comme le conclut la présentation de l'exposition, "avec des milliers de logements et des dispensaires, écoles, collèges, lycées…, la BTC a fait ses preuves pour ses performances économiques, thermiques, architecturales. Il reste à la confirmer aujourd'hui comme le meilleur facteur du développement durable et d'une urbanisation devenue plus délicate et des nouveaux enjeux qui s'imposent à la société mahoraise en pleine mutation".

Julien Perrot

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...