asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

10/05/2010 – Interview exclusive

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

 

 

{xtypo_dropcap}T{/xtypo_dropcap}ounda Mag : Il s’agit de votre première venue à Mayotte, comment appréhendez-vous votre séjour ?

Neïman : Je n'appréhende pas du tout, on doit rencontrer beaucoup de monde. Je pense que tout va bien se passer car c’est une nouvelle découverte pour moi, et puis j’ai déjà entendu parler de Mayotte et de son accueil chaleureux. Ce que j’espère, c’est de mettre bien les Mahorais et tous mes fans avec ma musique et de partager un moment inoubliable.

 

TM : Vous sortez un second album, "Fils du peuple", pourquoi avoir choisi de le promouvoir d’abord en Outremer puis en Métropole ?

Neïman : Parce que c’est important pour moi, mes racines se trouvent en Outremer et j’ai voulu que mon peuple ait l'exclusivité sur cet album, car la chanson principale lui est adressée directement et plus largement à tous les peuples d'Outremer qui souvent sont obligés de quitter la terre qui les a vu naître pour étudier ou travailler, réussir et subvenir aux besoins de leur famille. Et puis ma musique respire le soleil, donc il est évident pour moi d’aller en premier là où elle vit. Après, je chante pour tout le monde, mais je ne voulais pas que les Dom-Tom dont Mayotte soient les derniers servis, comme bien trop souvent.

 

TM : Pouvez-vous nous présenter cet opus ?

Neïman : Cet album contient 13 titres entre dancehall, reggae, soul, rnb et soca. J’y ai mis le meilleur de moi-même et toutes mes influences. J'ai moi-même réalisé la totalité de l'album et je me suis entouré des meilleurs pour cela. Dans cet opus on retrouve notamment un featuring avec Sizzla qui est un des plus grands artistes jamaïcains à l’heure actuelle. J'ai travaillé aussi avec le super producteur Don Corleon sur ce projet et qui a notamment produit des artistes comme Sean Paul, Rihanna, Alaine, Jah Cure…

 

TM : Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous retracer en quelques lignes votre carrière ?

Neïman : J'ai démarré comme tout le monde, en bas de l'échelle, dans un grenier. Puis en 2006 "Teka Taki" devient numéro 1 du airplay en Espagne et se classe bien en France, ça aboutit sur une signature chez RCA/Sony Music en 2007. Je sors alors le single "Lovely", avec un clip tourné à Miami. C’est le 7ème morceau le plus joué en France en 2007, tous classements confondus. Et je reçois aussi un disque d’or. L'année suivante "Viens" sort et se place directement numéro 1 des clubs.

Le succès est encore plus gros que "Lovely" et me donne une crédibilité dans plusieurs pays européens : Belgique, Suisse, Pays-Bas, Luxembourg, Espagne, et bien sûr la France ainsi que les Caraïbes et l’Amérique du Sud. Alors que je suis en plein succès, en 2008, ma maison de disque subit un plan social et les gens qui me suivaient sont mis au placard, alors je décide de rompre mon contrat et de créer mon propre label Destiny Records.

2009 : le single "Fais Moi Danser" fait son apparition sur les ondes. Le très bon accueil des radios permet une tournée des clubs en France sur toute l'année 2009 et d'accroître ma crédibilité dans les îles. Entre temps l'album se construit et aujourd'hui il est enfin prêt et dispo.

 

"Il m'a fallu beaucoup de travail et de sacrifice"

 

TM : Vous restez quelques jours à Mayotte, avez-vous prévu de rencontrer des artistes mahorais ? A ce propos, y aura-t-il une première partie lors de votre concert ?

Neïman : J'aimerai bien en rencontrer en effet pour connaître leur univers, même si je n’ai rien prévu. Mais mon management m’a fait écouter Bo Houss dont j’ai aimé la musique et le fait qu’il chante comme moi dans sa propre langue. Moi je chante en taki taki, qui mélange anglais, français, portugais et dialectes africains et je revendique ma culture tout comme lui. Pour la première partie je ne sais pas. Mon staff est en train de voir ça je crois. Mais si ça se fait, c’est à la dernière minute je pense. Après, la musique appartient à tout le monde et le DJ qui m’accompagne va jouer toute la nuit, donc pourquoi pas un moment improvisé, ça arrive aussi, on verra.

 

TM : Votre premier album a bien marché, est-ce difficile de percer en France en tant qu’artiste ultramarin ?

Neïman : Oui, le premier album a bien marché et pas seulement en France et il m’a fallu beaucoup de travail, de volonté et de sacrifices. Mais partout c’est dur de réussir selon moi. Il faut persévérer énormément. Les clés de la réussite c’est vraiment la patience, la persévérance et surtout avoir foi en ce qu'on fait, il faut être déterminé.

 

TM : J’ai pu voir en allant sur votre blog que vous aviez récemment participé à un concert avec Sean Paul, est-ce une forme de reconnaissance de pouvoir partager des scènes avec de tels artistes ?

Neïman : Oui, c'est évidemment un plaisir, car c’est la preuve que ma carrière évolue. Et je suis fier d'avoir cette évolution, mais ça me donne avant tout l’envie d’aller plus loin encore.

 

TM : A quoi doit-on s’attendre lors de votre concert le 7 mai au 5/5 ?

Neïman : Peu importe le lieu pour moi, l’essentiel c’est de tout donner. Ce que je veux c’est rencontrer mon public et ceux qui ne connaissent pas encore ma musique pour qu’on fasse trembler tout Mayotte ensemble (rires). Attendez-vous donc à danser, transpirer et à ce que je déchire tout !

 

TM : Avez-vous prévu de rencontrer vos fans lors d'une séance de dédicaces ou autre ?

Neïman : Oui, absolument. Je leur donne rendez-vous le vendredi 7 mai au 5/5 après mon concert, et pour une fois ce sera pour eux l’occasion de choper l’album avant tout le monde.

 

Propos recueillis par Marion Châteauneuf

 

Retrouvez chaque semaine toute l'actualité culturelle de Mayotte dans Tounda Mag – En kiosque 1€.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

« Mamoudzou en flamme » : le trafic des barges perturbé ce vendredi

En raison de l’organisation de l'évènement « Mamoudzou en flamme », ce vendredi 26 juillet, la Direction du transport maritime (DTM) annonce que "les...

Premier voyage ministériel en Outre-mer depuis la dissolution de l’Assemblée

Marie Guévenoux, ministre déléguée chargée des Outre-mer se rend en Polynésie française du 26 au 29 juillet pour représenter le gouvernement lors de l’épreuve...

La circulation dans Mamoudzou perturbée à partir de ce mercredi

La circulation dans Mamoudzou sera perturbée à l’approche de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, ce vendredi, à l’occasion de laquelle la Ville organise...

La coqueluche continue de progresser sur le territoire

Santé publique France fait le point sur la coqueluche, les infections respiratoires aigües (IRA), la gastro-entérite aigües (GEA) et la dengue à Mayotte. Pour la...

Mamoudzou s’enflamme pour les Jeux Olympiques ce vendredi

La Ville de Mamoudzou organise une fan zone pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cet événement “Mamoudzou en flamme” aura...