test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

03/02/09 – Mayotte, Transport scolaire : Les élus jouent la montre

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

L'hémicycle Younoussa Bamana était plein hier matin pour la session plénière. Les transporteurs étaient aux premières loges puisque le dossier de la délégation de service public (DSP) du transport scolaire était à l'ordre du jour. Le STIM de Mohamed Houlame avait demandé à ce que la délibération du 23 décembre divisant le transport en au moins 10 lots soit annulée. Les transporteurs du Sydétrama de Chébani Saïndou et les taxis du STM de Madi Baco y étaient plutôt favorables d'autant plus que le CG promettait d'accompagner pendant 3 ans la formation de ces derniers afin qu'ils puissent à l'avenir se positionner sur les appels d'offres. Finalement, le président Ahamed Attoumani Douchina a proposé d'annuler la délibération et de convoquer toutes les parties concernées dans ce dossier à un tour de table dont la date n'a pas été fixée. Sarah Mouhoussoune a bien essayé de faire voter ses collègues sur l'adoption ou non du principe d'une DSP unique (l'opposition s'est déclarée favorable à ce système dans un courrier envoyé par Jacques Martial Henry la semaine dernière). Cette demande n'a pas été suivie et les élus ont donc annulé la délibération.

Ibrahim Aboubacar, conseiller général de Sada a suggéré que le dossier du transport scolaire soit dissocié du transport interurbain. En promettant de convoquer une table ronde, ils gagnent un peu de temps. Pour Mohamed Houlame, président du STIM, cette décision est évidemment une bonne chose. "Nous sommes satisfaits que les conseillers soient revenus sur leur décision. Néanmoins, nous restons vigilants sur la façon dont ce dossier sera préparé. Nous ne sommes pas favorables à la séparation du transport scolaire et interurbain. Le premier est déjà organisé, on s'attend à ce que le second le soit dans la foulée" a-t-il affirmé à l'issue de la session plénière. Chébani Saïndou est lui aussi sur ce point : hors de question de séparer le transport interurbain du transport scolaire. En revanche, il assimile ce revirement des élus à une trahison. "Je ne sais pas quelle sera la décision finale. Nous ne sommes pas tranquilles et je ne vois pas quel est le problème de la division des lots." Le rendez- vous est donc donné pour la prochaine session plénière, sûrement dans un mois.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....