Trafic aérien à Mayotte : Cinq nouvelles destinations envisagées d’ici 2030 à condition que…

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Vendredi matin, le comité de pilotage sur le projet d’évolution du trafic aérien à Mayotte s’est réuni à l’hémicycle du Département. Trois études de faisabilité ont rythmé ce rendez-vous : les freins et axes d’amélioration de la desserte aérienne, la création d’un hub aérien en relation avec le projet gazier au Mozambique et l’opportunité d’une nouvelle compagnie aérienne. Focus sur la présentation de ce premier lot qui doit permettre d’évaluer ces problématiques et d’envisager cinq destinations supplémentaires d’ici 2030.

Mayotte, un petit caillou de 376km2, passée au crible par l’association internationale du transport aérien, basée au Canada. L’idée peut faire sourire et pourtant, il s’agit bel et bien d’une réalité. Pour mieux comprendre les freins et axes d’amélioration de la dessert aérienne du 101ème département, IATA a développé une approche en quatre étapes afin de traiter la problématique de cette étude.

Première information, l’étude de marché a mis en lumière les forces et les faiblesses de l’île aux parfums. Et à ce sujet-là, rien de bien nouveau ! Le territoire a en sa possession des « attraits touristiques exceptionnels », avec l’un des plus beaux lagons du monde, une faune et flore terrestre abondante mais aussi une culture traditionnelle unique et préservée. Sa situation géographique dans l’océan Indien lui permet de se situer à trois heures à vol d’oiseau de pays voisins tels que la Namibie, l’Afrique du Sud et le Kenya. Autre motif d’espoir ? 95% des touristes se disent comblés par leur séjour. A contrario, plusieurs éléments jouent en défaveur de Mayotte : pauvreté et taux de chômage très élevé, insécurité ambiante, manque d’offre hôtelière, rapport qualité/prix insatisfaisant, qualité d’accuel insuffisante, destination franco-française, manque d’organisation et de structuration de l’offre touristique, infrastructures aéroportuaires contraignantes et problèmes opérationnels… Un tableau plus que noirci sur le papier.

Des opportunités mais aussi des menaces en raison du Covid

Deuxième information, les entretiens menés et le travail de recherche ont permis d’identifier de solides opportunités sur lesquelles baser la définition d’un plan de développement des services aérien. L’idée ? Structurer l’offre touristique autour de la terre, de la mer et de la culture et viser un profil cible de voyageurs, à savoir des touristes de qualité. En mettant un coup d’accélérateur sur le projet de doublement de la capacité hôtelière prévu pour 2030. Un objectif répété lors du 3ème Forum économique. L’accès à des sources accrues de financement, comme le plan de convergence et de transformation, le projet de piste longue et la jeunesse de la population sont des signaux plutôt positifs. Pour autant, plusieurs inconnues demeurent, notamment en raison de la crise du Covid-19. Quels seront les impacts de la pandémie sur le pouvoir d’achat des visiteurs, sur les hébergements à venir, sur les compagnies desservant Mayotte ? Mystère ! Et d’autres menaces planent au-dessus du dernier département français, comme la politique menée concernant l’immigration clandestine, les restrictions en matière de politique de visa et la limitation des droits de trafic vers certains marchés. Conséquence, la situation actuelle risque de se prolonger à court terme. Les premiers changements majeurs ne se matérialiseront qu’à partir de fin 2023, début 2024, synonyme de l’augmentation tant attendue du nombre de lits touristiques.

Maurice, Addis Abada, Johannesburg, Marseille, Dubaï…

Toute une série de mesures et de réflexions qui doivent porter leurs fruits en termes d’évolution des destinations, puisque l’association internationale du transport aérien a tablé sur plusieurs mises en service au cours de la prochaine décennie : île Maurice (2022), Addis Ababa (2024), Johannesburg (2026), Marseille (2028) et Dubaï (2030). « Ces cinq routes ont donc été soumises à une analyse de profitabilité financière sur base des caractéristiques de marché et des contraintes opérationnelles anticipées. » Et pour agrémenter son étude, IATA a estimé pour les cinq premières années d’exploitation, un volume de trafic annuel total et une fréquence de vols hebdomadaires. Mais aussi le tarif moyen et les coûts tels que le prix du carburant au litre par direction, les redevances passager moyennes et les charges aéroportuaires par vol, et les charges salariales pilotes et personnel naviguant par heure de vol. Sans grande surprise, le trajet jusqu’à Marseille semble être le moins avantageux, à l’inverse de Dubaï qui apparaît comme une petite mine d’or… « Les analyses effectuées démontrent que certaines routes nécessiteront de bénéficier de mesures incitatives afin de permettre aux compagnies aériennes d’atteindre le seul de rentabilité minimum. » Autrement dit, pour que ces rêves deviennent réalité dans un futur proche, il faudra que le Département mette la main à la poche et accorde des subventions. Banco ?

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...