asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Violence, précarité, injustice »: Les enseignants dénoncent leurs conditions de travail

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Réunis à l’appel du syndicat SNUipp, les enseignants du premier degré ont manifesté hier pour dénoncer des conditions de travail « insupportables ». Parmi les objectifs de leur grève : mobiliser les parents d’élèves dans la lutte pour de meilleures conditions d’enseignement.

« On lâche rien ! » Devant le vice-rectorat de Mayotte, la sono du syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (SNUipp) fait raisonner le célèbre titre de HK & Les Saltimbanks face à des professionnels en colère. À l’occasion de la journée nationale de mobilisation initiée par le syndicat, une cinquantaine d’enseignants sont décidés à se faire entendre par les autorités. « A l’instar des revendications nationales, nous souhaitons de meilleures conditions de travail. Cela passe par une augmentation des enseignants et une baisse des effectifs dans les classes à hauteur de 20 élèves maximum », explique le secrétaire départemental du SNUipp, Rivomalala Rakotondravelo, dit « Rivo ». Au menu de la journée : grève, sit-in et manifestation dans les rues de Mamoudzou.

Si la mobilisation est nationale, les revendications locales sont au centre des préoccupations de la journée. « Tout Mayotte en REP+ », peut-on lire sur les banderoles des manifestants qui espèrent étendre le dispositif « réseau d’éducation prioritaire renforcé » à tout le département. À l’instar de la Guyane, les enseignants exigent également des indemnités spécifiques pour attirer de nouveaux enseignants. Une volonté « d’égalité de traitement » qui se retrouve dans d’autres revendications, comme l’accès à certaines primes et droits versés aux enseignants sur d’autres territoires de la République. 

Actualité oblige, l’insécurité dans les établissements est également dans l’esprit de chacun. Sur les tracts distribués par le syndicat, le souhait d’une « indemnité spéciale pour compenser les risques encourus dans l’exercice de nos fonctions » est mis en évidence. « La violence est également présente dans le premier degré d’enseignement », martèle une enseignante. Avant de s’élancer en manifestation, les représentants syndicaux sont finalement reçus par le vice-rectorat. « On nous écoute, oui… Mais est-ce que nous sommes entendus ? Ça, c’est autre chose », s’inquiète Rivo.

Lutter contre « l’effet de lassitude » 

Les manifestants le concèdent : « Beaucoup de ces revendications ne sont pas nouvelles ». À l’heure où les enseignants du second degré et l’ensemble du personnel éducatif se mobilisent pour de meilleures conditions de travail, beaucoup espèrent une coordination des luttes à l’échelle départementale. Cela dans le but d’éviter un « effet de lassitude ». « Il faut une révolution de tout le système éducatif à Mayotte. Les syndicats du premier et second degré doivent se mettre autour de la table pour revendiquer cette cause », plaide l’enseignant Abdallah Youssouf. Une mobilisation générale qui se justifie notamment de par l’étendue des problèmes du système éducatif mahorais. « En huit ans de travail à Mayotte, j’ai pu constater que les choses empirent. Il y a une urgence sur plusieurs fronts, ce qui explique cette étendue des revendications », explique un autre enseignant. Comme ses confrères, celui-ci dénonce un paradoxe : « Les mobilisations ne réunissent plus grand monde alors que les problèmes augmentent. » Au terme de l’assemblée générale clôturant la mobilisation du jour, la colère des enseignants ne s’essouffle pas. Ce qui laisse sous-entendre une poursuite du mouvement.

Pour provoquer un réel changement, beaucoup évoquent une solution dite « idéale »: la mobilisation des parents d’élèves. « Les Mahorais ne se rendent peut-être pas compte qu’ils doivent accompagner l’éducation de leurs enfants par des revendications fortes. Sur ce point, nous n’avons pas assez de répondant. Et les professeurs se retrouvent désorientés », dénonce un enseignant qui répond au nom de M. Pinel. La clé du problème résiderait-elle dans les parents d’élèves ? « Oui, la clé est dans leurs mains, mais aussi dans celles de l’Etat qui n’honore pas toujours ses engagements », conclut-il.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

La coqueluche continue de progresser sur le territoire

Santé publique France fait le point sur la coqueluche, les infections respiratoires aigües (IRA), la gastro-entérite aigües (GEA) et la dengue à Mayotte. Pour la...

Mamoudzou s’enflamme pour les Jeux Olympiques ce vendredi

La Ville de Mamoudzou organise une fan zone pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cet événement “Mamoudzou en flamme” aura...

Assemblée nationale : Anchya Bamana et Estelle Youssouffa intègrent leurs commissions permanentes

La députée de la 1ère circonscription de Mayotte nouvellement réélue, Estelle Youssouffa, intègre de nouveau la commission permanente des affaires étrangères de l’Assemblée nationale,...

Les travaux du point de vue d’Handréma ont débuté à Bandraboua

La première pierre du point de vue d’Handréma a été posée ce vendredi 19 juillet. Ces travaux marquent le début d’un programme d’aménagements dans...

Comores : le choléra en nette régression sur l’ensemble de l’archipel

Alors que le taux global de la vaccination contre le choléra est de 59% dans l’Union des Comores, l’épidémie semble aller decrescendo, notamment à...