100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Publicités

Entre La Vigie et Cetam, le collège Bouéni M’Titi accueille la 3ème classe défense de Mayotte

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Après K2 et Dembéni, c’est au tour du collège de Dzaoudzi-Labattoir d’accueillir un dispositif “classe défense et sécurité globale”, grâce à un nouveau partenariat entre le rectorat et les Fazsoi, les forces armées de la zone sud de l’océan Indien. Sept élèves de troisième ont déjà été sélectionnés pour participer à ce projet pédagogique, censé renforcer le lien armée-Nation.

Derrière les grilles qui encerclent le collège de Bouéni M’Titi en Petite-Terre, il y a d’un côté le quartier de La Vigie, de l’autre Cetam. Tout un symbole alors que s’ouvre la troisième classe défense de Mayotte, en pleine période d’hypertension sécuritaire dans le 101ème département. Car si les violences se concentrent ces temps-ci sur Koungou et Miréréni/Combani, la Petite-Terre n’est pas épargnée pour autant. “Nous avons eu ici trois homicides”, introduit le maire de Dzaoudzi-Labattoir Said Omar Oili en référence aux affrontements meurtriers entre les deux quartiers les plus pauvres de la commune, en janvier dernier. Avant de dérouler un pamphlet contre la “petite politique politicienne”, et d’en appeler à la “solidarité”, valeur de notre République “que l’on a tendance à oublier à Mayotte”. “Le préambule de la Constitution dit que les hommes – pas les hommes blancs, les hommes noirs, les Comoriens – naissent libres et égaux en droit”, insiste-t-il. Comme en campagne !

Le cible de ces beaux discours ? Les “citoyens en devenir” que constitue le petit groupe de sept élèves de troisième de la nouvelle classe défense de Mayotte. Après Dembéni et K2, c’est en effet au tour du collège Bouéni M’Titi d’intégrer ce dispositif issu du plan égalité des chances du ministère des Armées, et qui met en œuvre un projet pédagogique et éducatif interdisciplinaire, en lien avec la défense et la sécurité. Objectif : favoriser les ponts armées-Nation-jeunesse, renforcer l’enseignement de défense et participer à la lutte contre le décrochage scolaire. Pour cette troisième classe défense, le rectorat a signé un nouveau partenariat avec les Fazsoi (forces armées de la zone sud de l’océan Indien), ce vendredi, en présence du principal de l’établissement, du maire de Dzaoudzi-Labattoir, des militaires, des enseignants et des élèves sélectionnés.

“Les guerres intervillages n’ont pas leur place sur un bateau”

Tous les Fazsoi contribuent à cette action pour essayer de maintenir ce lien armée/Nation, primordial après la disparition du service militaire, qui avait cette particularité de brasser socialement toute une classe d’âge, et de permettre de comprendre les valeurs de la République”, souligne le capitaine Patrick Musique, commandant de la base navale de Mayotte, un brin nostalgique. “Quand on vit 24h/24 sur un bateau avec des gens qui viennent d’horizons différents – c’est un état d’esprit qui doit être mené à Mayotte – les guerres intervillages n’ont pas leur place”, ajoute le représentant de l’institut des hautes études de défense nationale. Une action qui trouve du sens à Mayotte, département non seulement éloigné et isolé du reste du territoire national, mais aussi et surtout en proie à une délinquance juvénile qui cible souvent les forces de l’ordre et les représentations de l’État. “On veut développer ce dispositif pour continuer le lien entre l’école et les forces de l’ordre, les forces de sécurité, l’armée ; et pour briser cette image de l’Éducation nationale d’un côté, les forces armées, la gendarmerie, la police de l’autre”, développe le recteur Gilles Halbout.

Des élèves en décrochage

Mais derrière cette nouvelle classe défense, il y a surtout l’engagement des enseignants pour leurs élèves, triés sur le volet. La sélection, qui doit répondre aux critères de l’armée – la situation administrative entre en comptes notamment – et ceux de l’académie, se base aussi sur le volontariat et la motivation. “Il y en a deux par exemple qui veulent être gendarmes”, présente Mme Cordier, la professeure principale de cette classe parcours de troisième. “Ce sont des élèves que je connais bien, je les ai eus en classe, je les suis depuis longtemps”, poursuit-elle. “L’idée, c’est de choisir des élèves qui ont des difficultés, parfois en décrochage scolaire… bon, sur les classes parcours, c’est déjà le profil et ils sont 27 pas que sept.” Ces origines sociales précaires “ne leur donnent pas les mêmes chances que tout le monde au départ”, et les éloignent d’autant plus des valeurs de la République. “C’est très abstrait pour eux, ils les connaissent, “liberté, égalité, fraternité”, la Marseillaise, etc. Mais ils ne savent pas ce qu’il y a derrière”, analyse l’enseignante d’Histoire.

Avec cette nouvelle option, le petit groupe va suivre le programme scolaire classique tout en bénéficiant d’activités supplémentaires, une fois par mois, en lien avec les Fazsoi, pour les “accoutumer aux missions de la Marine” : enseignement, matelotage, participation en mer aux activités antipollution ou encore aux cérémonies dans l’espace public se glisseront ainsi dans leur agenda. Avec l’espoir qu’à leur retour en classe, ces happy few se chargent de transmettre à leur tour à leurs camarades les valeurs de discipline et d’exemplarité ainsi acquises.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°970

Le journal des jeunes

À la Une

Le retour des gilets jaunes dans le quartier de la Convalescence à Mamoudzou

Ce sont des femmes et des hommes exténués par la montée de la délinquance qui se sont réunis ce dimanche matin à la Convalescence....

22 projets pour 3 lauréats lors du 1er start-up week-end à Mayotte

Du 14 au 16 octobre avait lieu la deuxième édition du concours d’innovation de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) ainsi que...

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l'association des maires et l'agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l'accompagnement...

Hommage à Samuel Paty : à Mayotte, une violence d’un autre type

Pour honorer la mémoire du professeur d’Histoire-Géographie tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo pendant un cours, les...

Le directeur général de LADOM en visite au RSMA pour la formation et l’emploi des jeunes de Mayotte

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité et le Service militaire adapté ont renouvelé un protocole d’accord le 14 septembre dernier. Pour l’occasion, le directeur...