asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Une partie des écoles de Mamoudzou toujours privées d’eau

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Alors que Koungou a choisi de mettre en place « des tours de classe » faute de cuves nécessaires, Mamoudzou est aussi en proie aux difficultés dans une partie de ses établissements scolaires qui ne sont pas sur le chemin de l’eau. Le maire, Ambdilwahedou Soumaïla, confirme qu’une pénurie de surpresseurs retarde les raccordements.

F.I. : Ce jeudi matin, les élèves du Cavani-stade ont dû quitter l’établissement vers 9h30 par manque d’eau. Est-ce que d’autres écoles de Mamoudzou sont concernées par le même problème ?

Ambdilwahedou Soumaïla : J’ai compris qu’il y avait de difficultés à Cavani Sud. C’était la même chose à Tsoundzou 2 pendant deux jours, mais j’ai reçu un message d’un parent d’élève qui m’a dit que c’était réglé. Mais le problème, c’est la pénurie de surpresseurs sur l’île, on est obligé d’en commander en métropole. A Mamoudzou, on a 19 établissements sur une trentaine au total qui ne sont pas sur le chemin de l’école. Onze ont reçu les cuves, dont six qui sont déjà raccordés.

F.I. : Les jours sans classe commencent à s’accumuler pour une partie des élèves.

A.S. : On cherche à résoudre le problème dans les jours à venir. Je sais qu’il faut qu’on assure un semblant d’éducation. Ça sera compliqué, personne ne sait ce qui nous attend avec cette pénurie qui s’aggrave.

F.I. : On a senti que le rectorat accusait le coup au moment où ont été annoncées les coupures de 48 heures. On imagine la même chose pour les communes.

A.S. : Oui, on sait qu’à chaque fois qu’il y a des nouvelles coupures, ça compliquera tout. Tout le monde doit trouver le moyen de s’adapter.

F.I. : Sur la suite justement, est-ce qu’on vous tient informés de ce qui nous attend ?

A.S. : Il y avait une réunion, aujourd’hui, avec le préfet de Mayotte, Thierry Suquet, et celui de l’eau, Gilles Cantal. Mais encore une fois, la gouvernance du syndicat Les Eaux de Mayotte n’était pas présente. Je ne comprends pas. On a l’impression qu’ils se culpabilisent. Dans des moments comme ça, au contraire, il faut resserrer les rangs. C’est ça être responsable. Il faut expliquer, essayer de donner des réponses.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

La circulation dans Mamoudzou perturbée à partir de ce mercredi

La circulation dans Mamoudzou sera perturbée à l’approche de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, ce vendredi, à l’occasion de laquelle la Ville organise...

La coqueluche continue de progresser sur le territoire

Santé publique France fait le point sur la coqueluche, les infections respiratoires aigües (IRA), la gastro-entérite aigües (GEA) et la dengue à Mayotte. Pour la...

Mamoudzou s’enflamme pour les Jeux Olympiques ce vendredi

La Ville de Mamoudzou organise une fan zone pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cet événement “Mamoudzou en flamme” aura...

Assemblée nationale : Anchya Bamana et Estelle Youssouffa intègrent leurs commissions permanentes

La députée de la 1ère circonscription de Mayotte nouvellement réélue, Estelle Youssouffa, intègre de nouveau la commission permanente des affaires étrangères de l’Assemblée nationale,...

Les travaux du point de vue d’Handréma ont débuté à Bandraboua

La première pierre du point de vue d’Handréma a été posée ce vendredi 19 juillet. Ces travaux marquent le début d’un programme d’aménagements dans...