100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Réouverture des écoles et déconfinement : “À Mayotte, tout semble prétexte pour sortir du droit commun” s’inquiète le CESEM

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Établissements scolaires peu préparés, manque de moyens pour faire respecter le confinement, fragilités économiques… Alors qu’un communiqué dresse le bilan d’un “confinement mal compris”, le président du conseil économique, social et environnemental de Mayotte (CESEM), Abdou S. Dahalani, fait le point sur les préconisations de l’institution.

C’était l’annonce de la semaine : la réouverture progressive des écoles à partir du 26 mai, sans “aller trop vite”, tel que l’indiquait le recteur Gilles Halbout le week-end dernier. Une décision qui n’a pas manqué d’inquiéter les syndicats et les maires, pas forcément prêts à assumer les risques de propagation du virus dans les classes, même en respectant le maximum de 15 élèves. Et ce mercredi, c’est au tour du conseil économique, social et environnemental de Mayotte (CESEM) d’émettre ses doutes. Dans un communiqué, l’institution s’inquiète de voir le territoire passer d’un “confinement mal compris” à un “déconfinement mal encadré”. “Ici, tout semble prétexte pour sortir du droit commun”, résume Abdou S. Dahalani, le président du CESEM.

Il faut dire que Mayotte fait souvent figure de cas à part et le confinement n’a pas vraiment changé la donne. Au niveau scolaire, ce sont justement ses spécificités qui poussent le CESEM à la prudence. “La situation n’est pas homogène, et il faut rappeler que de nombreux établissements scolaires tournent encore en rotation, car ils sont en surcapacité. Cela rend d’autant plus difficile l’organisation pour la réouverture dans le respect de la distanciation sociale”, tient à rappeler le président. “Il faut donc examiner au cas par cas pour déterminer quels établissements sont en mesure d’ouvrir”, poursuit-il.

Les conditions pour la réouverture ne sont pas réunies

C’est pourquoi le CESEM conditionne la réouverture à la réunion de quatre conditions, difficilement remplies à ce jour : une baisse sensible de l’épidémie sur le territoire avec une généralisation des tests ; une décision du conseil municipal avant toute réouverture ; un dépistage des personnels ; et un équipement des écoles en gels, solutions hydroalcooliques ou points d’eau à l’entrée des établissements et de lavabos devant les salles de classe, accompagnés d’un personnel dédié. Vu la situation, le conseil penche donc plutôt pour une rentrée en août 2020, en utilisant “ce laps de temps pour mettre aux normes les établissements scolaires”. Quant au décrochage scolaire, il faut, si rentrée il y a, prioriser celle des élèves “qui n’ont pas ou peu été scolarisés”, souligne Abdou S. Dahalani, et équiper tous les élèves en matériel informatique pour suivre les enseignements à distance.

Un confinement peu respecté faute de moyens

Pour le reste, le président du CESEM s’étonne de voir “à Mayotte, en zone rouge et alors même que l’île n’est pas officiellement déconfinée, ce qu’on ne voit pas dans les autres zones rouges du territoire national”. En cause selon lui : l’incapacité à faire appliquer les règles, alors même que le Mistral a, dès le 4 avril, débarqué 66 personnes et une trentaine de véhicules en renforcement du Détachement local de la Légion étrangère de Mayotte. Le CESEM déplore dans son communiqué un certain nombre de dysfonctionnements dans la gestion de la crise sanitaire : le manque de coordination entre les différents acteurs étatiques au niveau local, le sous-dimensionnement des moyens mis en œuvre par la préfecture pour faire respecter le confinement, l’absence de prise en charge matérielle et financière par le maire ou le préfet des obsèques face à une urgence d’inhumation, l’installation de points d’eau favorisant attroupements et prolifération du virus de la dengue, la contamination massive des personnels soignants, et le nombre insuffisant de professionnels soignants spécialisés dans la gestion de la crise sanitaire épidémique. “Si Mayotte était en métropole, les moyens ne seraient pas ceux d’aujourd’hui, il y en aurait plus, pour faire passer les messages auprès de la population, ou mieux doter l’hôpital, comme ce qui s’est passé dans le Grand-Est”, cite en exemple Abdou S. Dahalani.

Un challenge économique

Au niveau économique, enfin, le président du CESEM appelle encore à une meilleure prise en compte des réalités du territoire. “Nous avons ici beaucoup de petites entreprises, pas prêtes à faire face, après d’ailleurs une succession de crises”, rappelle-t-il. “Et malheureusement, l’on peut craindre que certaines mesures nationales ne soient pas adaptées”. D’autres, comme le chômage partiel, “pourraient être prolongées, pourquoi pas jusqu’à la fin de l’année”, suggère-t-il. Le président rappelle aussi une préconisation déjà formulée par le conseil économique, celle de créer un dispositif pour permettre aux entreprises qui ont des créances auprès de certaines collectivités d’obtenir des compensations au niveau des organismes sociaux et fiscaux. Enfin, Abdou S. Dahalani n’oublie pas le contrat de convergence. “Soyons en capacité de consommer 1,6 milliard d’euros en quatre ans !”, écrivait-il dans le périodique du mois de mai du CESEM. “Il faudrait sanctuariser toutes les conventions signées avec Mayotte, pour éviter que les crédits ne disparaissent s’ils ne sont pas consommés”. Car le plan de convergence à utiliser sur quatre ans pour développer le 101ème département risque lui aussi de pâtir de la crise du Covid. Sans parler des élections municipales de 2020, et des cantonales de 2021, qui vont encore retarder le lancement des projets. “C’était déjà un challenge avant, aujourd’hui, c’est un super challenge !”, conclut-il.

 

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...