Quel sport scolaire à Mayotte face à l’état d’urgence sanitaire ?

Quel sport scolaire à Mayotte face à l’état d’urgence sanitaire ?

Toute l’année scolaire 2020/2021, les professeurs d’EPS encadreront les élèves du second degré trois heures par semaine à l’UNSS. Dans quel cadre, face à l’état d’urgence sanitaire ? Des éclaircissements leur ont été apportés ce mercredi après-midi à l’hémicycle Younoussa Bamana, à l’occasion de l’assemblée générale de l’UNSS Mayotte.

Sac à dos et tenue sportive pour beaucoup, en adéquation avec leur fonction professionnelle, les professeurs d’Éducation physique et sportive ont répondu favorablement à l’appel de l’UNSS Mayotte. Ils étaient nombreux mercredi à avoir assisté à son assemblée générale 2020. Parmi eux, les nouveaux arrivants sur l’île, curieux de découvrir le monde du sport scolaire mahorais et ses particularités. Quelques chefs d’établissement étaient également de la partie. Ainsi que les représentants du syndicat SNEP-FSU Mayotte, dont la mission de défendre la profession, les professeurs et les élèves des AS a été observée durant ce rendez-vous. Ces derniers n’ont pas manqué de remercier le rectorat pour la prise en considération de certaines revendications évoquées à l’AG 2019 – non-augmentation du tarif des licences, prise en charge par les établissements scolaires d’une partie du financement des AS…

Mais le syndicat a souligné les points de défaillance, où ils attendront l’organisation du sport scolaire cette année. Parmi ces points, le transport des élèves des AS – souvent livrés à eux-mêmes les mercredis après-midi après les activités, les mesures à mettre en place pour leur protection au vu du contexte de violences autour des établissements scolaires, le manque d’infrastructures sportives qui limite l’offre d’activités. Dernier point soulevé par les syndicalistes : le maintien du dispositif national 2S2C (Sport-Santé-Culture-Civisme), dont les activités se déroulent aussi les mercredis après-midi. Une concurrence peu appréciée et pour laquelle l’un des membres du SNEP-FSU présent à l’hémicycle a dressé en l’air sa chemise cartonnée rouge, en signe de carton rouge pour le Ministère des sports. Un geste injustifié pour le recteur de Mayotte.

Des revendications et des réponses

"Nous en avons parlé et j’ai eu l’occasion de vous dire que le dispositif 2S2C, certes, continue d’exister, mais que sur l’île, il est centré sur les activités culturelles, citoyennes, artistiques… Que par conséquent, le dispositif 2S2C à Mayotte n’entre pas en concurrence avec les AS UNSS parce qu’il ne concerne par les activités sportives." Concernant le manque d’infrastructures sportives, Gilles Halbout a fortement incité les professeurs d’EPS et chefs d’établissements à remonter un maximum les besoins au rectorat, en leur rappelant que le rectorat de Mayotte, comme nulle part ailleurs, détient la maîtrise d’ouvrage du bâti-scolaire sur l’île et qu’il peut par conséquent agir rapidement. Des propos renchéris par Patrick Bonfils, directeur de la Direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DJSCS). "Les infrastructures sportives hors établissements scolaires appartiennent aux collectivités, nous n’avons pas la main dessus. Il n’empêche, les rendez-vous se succèdent entre la DJSCS et celles-ci, mais aussi entre nos services et l’Agence nationale du sport, pour débloquer au mieux cette situation… Nous restons à vos côtés pour développer les infrastructures sportives", conclut-il. Et la Covid-19 dans tout ça ?

À ce jour, l’état d’urgence sanitaire est maintenu à Mayotte, et court jusqu’au 31 octobre 2020. Hors sports collectifs et sports de combat, interdits de pratique dans ces zones-là, les professeurs d’EPS sont autorisés à proposer des activités sportives aux élèves des AS.

"S’adapter en trouvant d’autres moyens de pratique"

Bénédicte Lacoste, inspectrice pédagogique régionale éducation physique et sportive (IPR EPS), a toutefois appelé les professeurs à l’adaptation et à la vigilance. "On pourra mettre toutes les règles qu’on veut, ça restera compliqué pour les élèves de respecter strictement la distanciation sociale et les gestes barrières en AS. Ce sera aux professeurs d’EPS de s’adapter, en trouvant d’autres moyens de pratique pour leurs interventions. Ceci tout en conservant la notion de plaisir et du vivre ensemble pour les élèves." De son côté, le nouveau directeur de l’UNSS Mayotte, Philippe Mentec, a indiqué que le championnat académique de Cross 2020 prévu en novembre changerait de formule si l’état d’urgence était prolongé. "La course se déroulerait en deux phases, le 4 et le 18 novembre. Les établissements se présenteraient tour à tour, mais ne feraient pas la course ensemble, contrairement aux années précédentes."

À la question de savoir si d’ici novembre les différents districts pouvaient organiser leur cross, David Hervé, conseiller d’animation sportive à la DJSCS État, a souligné ne pas y voir d’inconvénients dès lors que le parcours se limite à l’établissement scolaire. Outre le championnat académique de Cross de novembre 2020, Philippe Mentec a annoncé plusieurs rendez-vous, dont la Journée nationale du sport scolaire le mercredi 23 septembre 2020, la semaine olympique début 2021, la journée olympique en juin 2021 ou encore la deuxième édition de la Mahoraise, le 26 mai prochain.

L’UNSS Mayotte présentée aux nouveaux

L’hémicycle Younoussa Bamana du Département était quasi plein à craquer mercredi, mais beaucoup de professeurs d’EPS le découvraient. Au même titre qu’ils découvriront le sport scolaire à Mayotte cette année scolaire 2020/2021. Pour cela, Philippe Mentec, nommé fraichement directeur de l’UNSS Mayotte en remplacement de Hervé Curat, a pris le temps de présenter l’association durant cette assemblée générale. Il a ainsi rappelé que 33 établissements scolaires (22 collèges et 11 lycées) composent l’UNSS. Ces établissements sont organisés en 5 districts : le Nord, l’Est, le Centre, le Sud et les lycées. Avant l’arrêt des écoles et des associations sportives en mars dernier, à la suite de la propagation de la Covid-19, l’UNSS Mayotte comptait 7.851 licenciés répartis dans une trentaine d’activités différentes, sportives et de jeunes officiels. 1.500 licenciés ont effectué une formation de jeunes officiels (jeunes juges arbitres, jeunes secouristes, jeunes ambassadeurs du lagon, jeunes reporters…), soit 20% de l’ensemble des licenciés. À l’UNSS Mayotte, la parité y est bien représentée avec 45% de pratiquantes (40% la moyenne nationale) en 2018/2019. En 2017/2018, Mayotte a même été le premier département à avoir comptabilisé plus de licenciés filles (50,6%) que garçons sur une année scolaire !

Après la présentation de l’UNSS Mayotte, Philippe Mentec et son directeur régional adjoint, Philippe Poirier, ont consacré la deuxième partie de l’AG à la présentation des projets de l’association. Ceux-ci sont répartis en sept points parmi lesquels figurent la réduction des inégalités d’accès à la pratique et le retour aux villages, l’accès des filles à la pratique, les formations, le développement du sport partagé, la santé, le développement durable et l’ouverture sur l’extérieur. dDes thématiques présentés point par point aux professeurs d’EPS présents à l’hémicycle, et à retrouver sur le site internet de l’UNSS Mayotte, www.unssmayotte.org.

Abonnement Mayotte Hebdo