Christine Raharijaona : “On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen”

À lire également

Un rare phénomène en cours dans le canal du Mozambique

Alors que la fin de la saison cyclonique dans l’océan Indien est prévue, comme chaque année, pour la fin du mois de juin, la météo des dix prochains jours ne sera pas pour autant au beau fixe à Mayotte. En cause, un rare phénomène climatique actuellement en cours dans le canal du Mozambique. Un fait exceptionnel oui, mais pas inquiétant. Directeur territorial de Météo-France, Laurent Floch fait le point. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : « Actuellement, la priorité c’est non pas d’intercepter, mais de refouler »

Si les expulsions vers les Comores sont toujours suspendues, la préfecture a renforcé ses activités de lutte contre l’immigration clandestine en mer. Dans un premier temps, la fermeture des frontières et la peur de la propagation du virus avait fortement limité les flux migratoires, mais l’activité semble reprendre peu à peu. Selon Julien Kerdoncuf, sous-préfet en charge de la lutte contre l’immigration clandestine, plusieurs kwassas sanitaires seraient même arrivés la semaine dernière, sans pour autant être en lien avec le Covid. 

Rachat de Vindemia à Mayotte : GBH dément toute position dominante

Une étude d’impact met en garde contre les risques que font peser pour la concurrence le rachat de la deuxième entreprise de distribution à Mayotte - qui comprend les enseignes Jumbo, Score, SNIE et Douka Bé - au Groupe Bernard Hayot, partenaire de Carrefour. Hausse des prix et disparitions des épiceries de proximité sont dans le viseur du rapport. Michel Lapeyre, directeur général de GBH pour la zone Afrique, Maghreb et Océan Indien, et Amaury de Lavigne, le directeur général chez Carrefour à La Réunion, réagissent aux conclusions de l’étude. Et récusent tout risque pour l’équilibre du marché de la grande distribution à Mayotte.

Mayotte : Joseph Rakotoarimalala, destin d’un comptable devenu son propre patron

Titulaire d’un BTS en comptabilité obtenue à La Réunion, Joseph Rakotoarimalala, plus communé-ment connu sous le nom de R-Lala, a longtemps cherché à s’insérer, en vain, dans ce domaine avant d’atterrir en tant qu’agent de sûreté à l’aéroport de Mayotte. Après 7 ans et demi de beaux et loyaux services, il a quitté son poste pour se lancer dans l’entreprenariat. Portrait d’un natif de Po-roani, aujourd’hui à la tête de deux entreprises et d'un club de Régional 1.

Alors que des affrontements ont éclaté mercredi dans plusieurs localités de Mamoudzou et de Koungou, le Mouvement pour une action non-violente groupe territorial de l’océan Indien a tenu à condamner les violences et a appelé les institutions à trouver rapidement une solution sur le transport scolaire. “Répondre à une violence structurelle par la violence est la loi du talion et il s’agit d’une escalade préjudiciable pour le climat social. Nous prônons le dialogue et des mesures alternatives à la violence”, a écrit l’association sur sa page Facebook. Sa présidente livre sa vision pour mettre un terme à cette vague d’affrontements. Entretien.

Flash Infos : Pour la rentrée scolaire, le MAN-OI était fortement mobilisé pour animer des ateliers dans les lycées. Pouvez-vous présenter cette démarche ?

Christine Raharijaona : On y a en effet passé toute la semaine dernière ! Les bénévoles ont été mis à contribution, et ils étaient présents de 7h à 17h. Au début de l’année, on avait évoqué avec le Recteur l’idée de faire ces ateliers dans les lycées alors que nous les proposons d’habitude à la prison. Et il avait trouvé cela très intéressant. Résultat, on a finalement été sollicité avant les vacances par le lycée des Lumières Mamoudzou Nord, sur un projet de l’équipe pédagogique, validé par le chef d’établissement. Cela s’inscrit dans notre programme respect et traitement de la violence, et on a pu aborder avec les lycéens le respect et la communication non-violente sous forme de débats. Pour l’instant, on a uniquement ce partenariat avec le lycée de Mamoudzou Nord, mais l’idée de l’élargir aux collèges et lycées de l’île commence à faire son chemin.

FI : Cette rentrée scolaire a été émaillée de barrages et d’affrontements sur fond de grève des transporteurs. Quel regard portez-vous sur ces nouvelles violences ?

C. R. : Je pense que c’est le moment de faire un état général de la situation. Puis de se retrousser les manches et travailler ensemble, et non plus chacun de son côté. Je parle là des associations, de la police, des institutions : il nous faut une bonne fois pour toutes se pencher sur la question pour envisager une action commune. Car certes, il y a l’aspect sécuritaire, qui est une mission régalienne. Mais il faut aussi donner des perspectives aux jeunes. Il faut construire un foyer pour ceux qui sont laissés à leur compte. Et il ne faut pas hésiter à solliciter les associations pour organiser la médiation sociale. Au MAN-OI, on a ce savoir-faire sur la gestion des conflits. On a été sollicités lors d’une réunion au conseil départemental il y a environ deux semaines, dans le but de préparer une assise sur la gestion des violences. Elle devrait se tenir en septembre. On est prêts à apporter notre pierre à l’édifice.

FI : Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui appellent à une réponse sécuritaire et répressive. Qu’en pensez-vous ?

C. R. : Gardons à l’esprit que cette situation est multi-factuelle. Il faut pouvoir analyser les causes et conséquences de ces violences. Certes, il est légitime, quand on est blessé dans sa chair, quand on a le sentiment de ne pas être en sécurité, d’appeler à plus de répression.

Mais j’ai bien peur que cela ne règle pas le problème. On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen. Il y a la misère, il y a l’immigration, il y a la jeunesse désœuvrée… Tous ces éléments conduisent à ce cocktail explosif ! L’État a ses missions, et les associations aussi, chacun doit prendre sa part et assumer ses responsabilités. Mais la violence ne doit jamais être une fatalité. Au contraire, peut-être qu’une réponse réside dans le fait de s’engager davantage dans des missions bénévoles, dont on a toujours besoin. Pour aller devant les écoles, sur les chantiers d’insertion. Et il faut ajouter à cela la sécurité du territoire, l’éclairage public, les caméras de surveillance, la création d’emplois, la formation, la lutte contre l’habitat indigne… C’est un peu la pyramide de Maslow [théorie selon laquelle les motivations d’une personne découlent de l’insatisfaction de certains de ses besoins, du plus primaire (besoins physiologiques et de sécurité), au plus supérieur (besoin de s’accomplir) NDLR]. Quand aucun besoin n’est satisfait, cela génère forcément des frustrations.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...