asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Petite-Terre se dote d’un nouveau lieu centré sur la parentalité

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Inaugurée lundi matin en présence de nombreux élus (maires, sénateur, conseillers départementaux et municipaux) et représentants d’institutions importantes du territoire, le Lieu d’accueil enfants-parents (LAEP) de La Vigie, à Pamandzi, se veut un moyen parmi de nombreux autres pour inverser très tôt la tendance contre l’oisiveté éducative dans l’agglomération.

Un Lieu d’accueil enfants-parents a été inauguré par le président de l’intercommunalité de Petite-Terre, Archadi Abassi, ce lundi, dans le quartier de la Vigie. Cette structure unique en son genre dans l’agglomération de Dzaoudzi-Labattoir-Pamandzi a vocation à accueillir des enfants de moins de 6 ans (avec leurs parents) pour leur véhiculer des valeurs propres à l’éducation positive (des enfants). En clair, « il s’agit de créer dans ce lieu toutes les conditions nécessaires à l’épanouissement d’un enfant et à l’apprentissage des fondamentaux de la vie depuis son plus tendre enfance », explique Adrien Michon, directeur de la politique de la ville et de la cohésion sociale à l’intercommunalité de Petite-Terre. « Nous savons tous qu’un très grand nombre de familles sur l’île vivent dans la précarité, dans des habitations en tôle sans hygiène et sans meubles, dans des conditions non propices à l’épanouissement d’un enfant », poursuit-il.

Dans ce LAEP, tout est fait pour poser les bases d’une bonne relation entre l’enfant et ses parents. Le local est constitué de deux pièces spacieuses équipés de jouets divers et variés comme dans une crèche, d’une grande cuisine, de bureaux (coordinatrice et équipes en charge du suivi de la relation parents-enfants), d’une terrasse et d’une cour destinée à accueillir prochainement des toboggans. Le lieu se veut ouvert à toutes catégories de familles, sans distinction de ressources, qui y trouveront les conditions nécessaires pour transmettre à leurs enfants des notions essentielles d’éducation, les valeurs telles que l’amour, les normes de vie en société, les réflexes de transmission et d’acquisition susceptibles de générer chez l’enfant des automatismes dans l’espoir qu’il puisse s’en approprier. Tout en accompagnant leurs enfants au cours de la journée, les parents auront la possibilité d’animer et participer à divers ateliers telle que la cuisine.

Des programmes d’accompagnement éducatif

Ce concept nouveau sur la Petite-Terre se veut l’une des réponses de l’arsenal éducatif que Mayotte doit pouvoir déployer pour essayer d’apporter des solutions durables à la délinquance juvénile. Près de 80.000 euros (hors masse salariale) ont été dépensés par l’intercommunalité de Petite-Terre pour accueillir jusqu’à quinze familles en même temps. En effet, le bâtiment – qui est une location – abrite d’autres dispositifs. C’est le cas des programmes de réussite éducative, de la parentalité (groupe de parole qui se réunit chaque semaine pour aborder des thématiques diverses et variées préoccupant les familles), mais aussi la Cité éducative. « Il s’agit ici d’un dispositif d’apport de ressources financières à des associations et des écoles dans le but d’offrir à l’enfant le soutien le plus complet possible pour acquérir toutes les notions du vivre ensemble pour devenir plus tard un citoyen responsable », explique Adrien Michon.

Les services de l’Intercommunalité attendent de voir comment les familles vont s’approprier ce nouvel espace qui leur est dédié avant d’imaginer son possible développement en fonction des évaluations qui en résulteront. « Inverser la tendance contre l’oisiveté éducative des enfants impose la mise en place d’une multitude de solutions fonctionnant côte à côte », estime le directeur de la politique de la ville et de la cohésion sociale à l’ICPT. Le rectorat de Mayotte et la caisse de sécurité sociale de Mayotte (CSSM) ont été parmi les institutions locales représentées lors de cette inauguration en grande pompe de la LAEP, hier matin. Elles ont émis le vœu de conventionner prochainement avec ce nouvel instrument pour financer des actions d’accompagnement éducatif et social qui restent à déterminer.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Un bilan Mayotte Place nette « positif » selon le préfet

Ce mardi 16 juillet, le préfet a tenu une conférence de sécurité, en présence des élus mahorais, pour leur faire le compte-rendu de l’opération...

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...