Parcoursup : La cité scolaire de Bandrélé ouvre ses portes pour les élèves en Terminale

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Les élèves de Terminale ont jusqu’au 11 mars pour finaliser leur dossier Parcoursup. Mais le confinement complique la tâche à certains, notamment ceux qui n’ont pas d’outils numériques chez eux. La cité scolaire de Bandrélé a mis en place un dispositif qui vise à accueillir sur rendez-vous les élèves de chaque classe. Ainsi, ils ont accès aux ordinateurs et à Internet et peuvent compléter leurs dossiers, accompagnés de leurs professeurs.

Parcoursup, une phase décisive dans la vie scolaire de chaque élève de Terminale. La création des dossiers est complexe, alors la cité scolaire de Bandrélé a décidé d’accueillir ses élèves pour les aider dans leurs démarches. Le dispositif est surtout destiné aux élèves qui surfer sur la toile depuis chez eux. Une initiative grandement appréciée par les principaux concernés. « Je suis venu parce que je n’ai pas Internet à la maison. Ici, je peux finaliser mon dossier et en plus, mes professeurs sont présents pour me guider », souligne Dhoifir M’ssa, élève en Terminale professionnelle.

Si certains sont réellement en manque d’outils numériques chez eux, d’autres ont le matériel nécessaire mais cela ne suffit pas. La présence physique de leur professeur est importante. À l’exemple de Marie Joana, également en Terminale professionnelle. « À la maison, j’arrive à suivre mon dossier Parcoursup car mon frère et ma mère m’aident beaucoup. Mais j’ai besoin de l’avis de mes professeurs. Je veux qu’ils corrigent mes lettres de motivation. » Pour d’autres, le simple fait de retrouver les camarades de classe est une raison valable pour se rendre au rendez-vous hebdomadaire. « On a besoin de se voir. Ensemble, on peut se conseiller, s’inspirer et se soutenir », défend Saïmati. Les jeunes sont clairement ravis de se retrouver, leur complicité reste la même. Et si la présence de leurs enseignants est essentielle, ils n’hésitent pas à s’entraider.

 

Un dispositif indispensable pour le suivi des élèves

 

Au départ, seuls les élèves qui n’ont pas accès à Internet chez eux étaient autorisés à se rendre à la cité scolaire de Bandrélé pour compléter leur dossier Parcoursup. Mais la donne a rapidement changé. « Quand les autres l’ont su, tous les élèves nous ont envoyé des messages pour nous demander s’ils pouvaient bénéficier des mêmes privilèges. Ils voulaient absolument retourner à l’école », raconte Safa Aouam, professeure principale.

Et ce retour était nécessaire car les futurs bacheliers ont encore beaucoup de mal à accomplir certaines tâches. « On aide les élèves sur la partie méthodologique et le suivi. On fait les lettres de motivation avec eux, on les aide à mettre les vœux… On les accompagne jusqu’à la fin du processus », explique l’enseignante. Les lettres de motivation sont la principale difficulté des jeunes. Alors l’accompagnement des professeurs est d’autant plus indispensable. « Ils ont l’habitude de prendre des modèles déjà faits, ils ne remplacent que quelques mots. Notre rôle est d’approfondir ces lettres, les personnaliser et ainsi augmenter leurs chances d’admission », indique Safa Aouam.

Les lycéens de Bandrélé ne sont pas les seuls à pouvoir bénéficier de ce dispositif. Selon le recteur, l’ensemble des lycées ouvrent leurs portes aux lycéens. Cela permet également de faire connaître les formations post-bac présentes sur l’île. « Nous ouvrons à Sada une nouvelle classe préparatoire aux grandes écoles de commerce. Nous avons aussi ouvert un parcours préparatoire pour le professorat des écoles à Tsararano. À la prochaine rentrée, nous aurons 20% de places en plus dans les études supérieures. C’est important que les élèves le sachent pour qu’ils puissent s’inscrire en nombre », détaille Gilles Halbout. Le suivi des lycéens est essentiel, alors les établissements scolaires ouvriront leurs portes même pendant les vacances scolaires. Avis aux retardataires !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo N°951

Le journal des jeunes

À la Une

La nouvelle stratégie de la ville de Mamoudzou pour renforcer sa lutte contre l’insécurité

Ambdilwahedou Soumaïla, le maire de Mamoudzou, Yann Le Bris, le procureur de la République et les représentants de l’État ont officiellement installé le conseil...

Économie bleue à Mayotte : une stratégie et des ambitions à concrétiser pour éviter le coup d’épée dans l’eau

Ce mardi 13 avril se déroulait le comité de pilotage final de restitution de la stratégie de développement de l'économie bleue de Mayotte. Trois...

La Nuit du Doute : une soirée d’attente pour les musulmans de Mayotte

Les deux nuits précédant le ramadan à Mayotte sont toujours particulières. Le début du mois de jeûne étant indiqué par la lune, la date...

“On restera là jusqu’à ce qu’on voie nos noms sur le panneau” : les demandeurs d’asile manifestent devant le tribunal administratif de Mayotte

Alors qu’ils ont formé un recours devant la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) depuis de longs mois, des demandeurs d’asile originaires de plusieurs...

Hommage à Miki : élèves et parents demandent plus de sécurité aux abords du lycée du Nord

Élèves, parents, personnels éducatif et administratif, membres du rectorat mais aussi autorités civiles, politiques et religieuses étaient réunis ce lundi à la cité du...