100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Mayotte est un super terrain de jeu pour la randonnée

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Si les activités nautiques se multiplient pour admirer les mammifères marins présents dans le lagon, à quelques encablures de l’eau bleu azur se dressent, sur le terre ferme, un paysage tout aussi spectaculaire. « Mayotte regorge de zones de forêt encore bien préservées, c’est un super terrain de jeu. Plus de la moitié du territoire a les caractéristiques de l’environnement spécifique montagne », affirme David Vancauteren, accompagnateur en montagne et formateur au centre de formation professionnelle et de promotion agricole au lycée de Coconi. En ce moment, il enchaîne les séries de tests dans le but de dénicher les douze candidats qui participeront à la formation de Guide Pays à partir du début du mois d’octobre. 

L’idée ? « Former des personnes compétentes pour encadrer les randonnées. » Seulement, cette formation, prise en charge par le plan d’investissement compétences (PIC) de Pôle Emploi, n’est pas diplômante (une réflexion est actuellement en cours avec le ministère des Sports pour y remédier)… Elle facilite simplement à la préparation au probatoire du diplôme d’État d’accompagnateur en moyenne montagne qui se passe à La Réunion. Néanmoins, cette formation s’avère tout aussi sérieuse. Les futurs stagiaires vont suivre un calendrier chargé au cours des quatre prochains mois, avec pas moins de 400 heures d’instruction pédagogique, dont la moitié sur le terrain, et un mois de stage en entreprise, par exemple dans un centre de loisirs, chez les Naturalistes ou le groupe d’études et de protection des oiseaux de Mayotte (Gepomay). Au programme : un apprentissage complet de la faune et de la flore, mais aussi de la biodiversité au sens large du terme, par exemple la végétation indigène, grâce aux données du Conservatoire botanique de Mascarin.

 

 

Un complément de revenu intéressant

« À l’issue de la formation, les accompagnateurs ne peuvent pas s’installer à leur compte, mais ils peuvent devenir bénévoles dans des associations, par exemple à Mayotte Rando », glisse David Vancauteren. « Il est compliqué de vivre de ce métier, mais ça peut apporter un complément de revenu intéressant. » Lui-même encadre chaque week-end des ascensions en direction du mont Bénara, le point culminant de Grande-Terre. 

Malheureusement, la structure a malheureusement du mal à se professionnaliser… Le Département ayant visiblement d’autres priorités en matière de tourisme ! Si l’étude pour la réhabilitation des sentiers de grande randonnée est déjà réalisée, la réalisation des aménagements reste entre les mains de la collectivité. « On n’a pas forcément besoin d’énormément de balisages pour encadrer un groupe, mais dans le cadre d’une sensibilisation des jeunes, bon nombre d’outils sont vétustes. » Un point non négligeable qui permettrait également de sensibiliser la population à la richesse terrestre du territoire.

 

 

Une diversité de paysages du nord au sud

Un constat amer pour celui qui a animé le site AROMaoré pendant deux ans, lui permettant ainsi de faire la promotion de la randonnée sur l’île aux parfums. « Mayotte offre une telle diversité de paysages du nord au sud », admet-il. « Il y a quelques spots bien connus, mais il en existe également beaucoup d’autres qui sont à découvrir. » Toutefois, l’insécurité peut naturellement rentrer en ligne de compte dans la tête des promeneurs, qui y réfléchissent bien souvent à deux fois avant de s’aventurer en pleine brousse. « Certaines personnes ont peur de rentrer dans les terres et de se perdre. »

Toujours est-il que David Vancauteren a des idées plein la tête pour partager sa passion de la randonnée. Son but ? « Étendre cette discipline sur les autres îles de l’archipel, à savoir Anjouan, Mohéli et la Grande Comore, qui présentent un très grand intérêt. » En effet, alors que Mayotte propose un relief collinaire, le voisinage s’avère plus montagneux. « D’où l’idée de faire le lien et de créer un circuit global. La seule difficulté dans ce projet réside dans les moyens de transport entre les îles. »

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...