L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« L’humanitaire à coup de primes », ces propos d’Estelle Youssouffa qui ne passent pas

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Invitée sur plusieurs plateaux télévisés, après l’annonce du gouvernement de vouloir supprimer le droit du sol à Mayotte, la députée mahoraise Estelle Youssouffa a fustigé les enseignants sur la chaîne Cnews, le 13 février. Selon elle, les délinquants à Mayotte « sont éduqués par le chevalier blanc de service, l’enseignant qui vient se faire de l’humanitaire à coup de primes à Mayotte plutôt que d’aller le faire en Afrique. Qui le bassine de grandes idées en lui disant tu auras tes papiers. (…) ils deviennent des bêtes sauvages », s’est-elle exclamée. 

« Dans le contexte de tensions que nous connaissons, il n’est pas très responsable de votre part de vous en prendre aux personnels enseignants de l’île. Nous sommes d’autant plus surpris que nous sommes disposés à dialoguer avec vous, mais que vous n’avez pas cherché à prendre notre attache avant de vous exprimer sur des sujets qui nous touchent de près », répondent Anssifoudine Port-Saïd et Henri Nouri. Les co-secrétaires départementaux FSU Mayotte indiquent que « la physionomie des enseignants dans le premier degré ne correspond pas à votre description tendancieuse ». Ils rappellent que la profession n’est pas épargnée par l’insécurité sur l’île, qui s’invite souvent aux abords des établissements. « Depuis 2018, nous avons exercé notre droit de retrait dans de nombreux établissements à la suite d’agressions de bandes armées », précisent-ils, citant les derniers exemples des collèges de Koungou et de M’gombani. Ils ajoutent qu’ils souhaitent « que les élèves que nous avons formés, puissent avoir les moyens règlementaires de continuer leurs études en métropole ».

Sur les primes, le syndicat rappelle que « beaucoup [d’enseignants] n’en perçoivent plus depuis longtemps » et qu’elles ne sont plus un facteur d’attractivité. En outre, « dans le premier degré, nous attirons votre attention sur le fait que, de plus en plus de collègues recrutés et formés localement demandent à quitter l’île. […] Enfin, au lieu de faire du prof bashing, en tant que députée de la nation, vous n’êtes pas sans ignorer que le métier d’enseignant n’attire plus et qu’une des raisons majeures en est la faiblesse des salaires pour des personnes diplômées bien souvent à bac +5. Ce problème national a des répercussions sur Mayotte », soutiennent les secrétaires départementaux. Ils indiquent ne pas vouloir passer ce genre de propos et demandent des excuses publiques de la part de la députée.

« Des rêves d’exotisme confortable »

Sur sa page Facebook, la députée a été plus nuancée, mais n’a pas souhaité faire d’excuses pour autant. « Loin de moi, l’idée de vous heurter sinon de rappeler quelques faits. Vous n’ignorez pas la position de certains (nombreux) enseignants à Mayotte qui s’engagent (c’est leur droit le plus strict) pour aider les jeunes sans papiers. Ces enseignants sont de passage sur l’île, avec des rêves d’exotisme confortable (pourquoi garder son poste et ses primes au lieu de partir directement l’humanitaire aux Comores si tel est l’objectif ? Venir à Mayotte pour des motifs financiers n’est pas honteux mais il faut admettre que c’est un élément clef de la prise de décision de venir) », réitère-t-elle. Sur la question des primes (indemnité de sujétion géographique), elle se mélange un peu en disant se battre pour que celles-ci aient le taux d’indexation mahorais (40%) à égalité avec La Réunion (53%). Elle affirme que cette prime « entraîne une différence de traitement avec les contractuels qui sont la majorité des enseignants à Mayotte (N.D.L.R. il y a bien une majorité de contractuels dans le second degré, mais pas pour le premier) ». En réalité, les professeurs à Mayotte ont le droit à la même indexation qu’ils soient titulaires ou contractuels, comme les autres fonctionnaires de l’île. L’ISG est bien une prime réservée aux professeurs titulaires, tandis que les contractuels recrutés à l’extérieur de Mayotte bénéficient d’une prime d’installation.

« Au-delà de ces échanges d’arguments qui ne nous mettront probablement pas d’accord, vous savez comme moi que l’Éducation nationale se disloque et qu’elle est à Mayotte en très grande difficulté avec une mission écrasante : mon mandat est de me battre au Parlement pour vous donner les moyens et les conditions de travailler dignement et en sécurité. Ce que je fais de mon mieux. Même pour ceux qui me critiquent ou se retrouvent victimes des bourreaux qu’ils ont naïvement contribué à protéger », ajoute-elle. « Nous avons en commun un engagement quotidien pour construire l’avenir et je veux vous dire ma sincère gratitude pour votre travail dont je ne peux qu’imaginer la difficulté », concède-t-elle, se disant en conclusion être à l’écoute des enseignants.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...