Le rectorat de Mayotte et la CCI s’engagent dans l’insertion professionnelle des jeunes

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

La semaine école-entreprise se poursuit avec la signature d’une convention entre le rectorat et la chambre de commerce et de l’industrie de Mayotte ce jeudi 8 octobre. Par cette initiative, les deux instituions s’engagent à optimiser et à faciliter l’insertion professionnelle des élèves du second degré par le biais de différentes actions. 

“À travers ce partenariat, nous souhaitons mettre ensemble tous les moyens pour développer les relations entre les jeunes du second degré et pourvoir les formations.” Le ton est donné par le président de la chambre de commerce et de l’industrie (CCI) de Mayotte, Mohamed Ali Hamid. Selon lui, la formation professionnelle est l’avenir de la jeunesse mahoraise. Elle augmentera leurs chances d’obtenir un travail à la fin de leurs études, mais encore faudrait-il réussir à démocratiser le sujet… Si les filières générales sont les plus convoitées par les élèves, il n’y a pas de place pour tout le monde ! Actuellement, sur les 50.000 élèves du second degré, seulement 17.000 suivent une formation professionnelle. L’objectif de cette convention entre le rectorat et la CCI est donc d’impliquer d’avantage les 33.000 restants. “Nous allons accroître l’insertion professionnelle des jeunes par la découverte des métiers, l’immersion en entreprise, les stages et formations en alternance”, indique le président de la CCI. À travers ces actions, les deux signataires de la convention espèrent développer le goût d’entreprendre chez le public visé. Particulièrement chez les jeunes filles qui sont confrontées à certaines limites. “Nous devons mener un travail autour de l’égalité homme-femme. Les jeunes fille doivent voir qu’aujourd’hui tout est possible pour elles. Pour cela, il est important de montrer des exemples de femmes cheffes d’entreprise”, rappelle le recteur Gilles Halbout.

Inciter les entreprises à s’aligner

Les entreprises à Mayotte sont encore très réticentes à l’idée de signer des contrats à des alternants. Cela ne date pas d’aujourd’hui, mais la crise sanitaire a amplifié leurs doutes. Les charges seront-elles élevées ? Les élèves auront-ils les compétences nécessaires ? Le rectorat et la CCI essayent de rendre possible ces insertions professionnelles en facilitant le travail des entreprises. “Nous avons un dispositif qui permet d’accueillir les jeunes pendant 6 mois en formation avec un statut d’étudiant et ce jusqu’à la signature des contrats”, souligne Philippe Lefebre, délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue au rectorat. Concernant les charges salariales, là aussi tout est fait pour inciter les entreprises à embaucher les jeunes alternants. “Durant la première année, le coût pour l’entreprise est quasiment nul puisqu’elle touche les aides de l’État. Pour la deuxième année, il y a un peu de charges salariales, mais c’est une stratégie de recrutement de leurs futurs collaborateurs”, rajoute Philippe Lefebre. Il y a encore beaucoup de retard à rattraper. La formation professionnelle est souvent considérée à Mayotte comme une voie secondaire, quand la filière générale n’est pas possible. Ces immersions en entreprises peuvent changer la donne à condition que tous les acteurs s’investissent réellement.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo N°951

Le journal des jeunes

À la Une

Un lycéen de 17 ans agressé mortellement en pleine rue à Cavani

Une semaine après Mtsangadoua, c'est au tour du lycée Bamana à Mamoudzou d'être endeuillé après l'agression mortelle à Cavani d'un de ses élèves ce...

Plus de 20.000 personnes vaccinées à Mayotte : un rythme à maintenir même pendant le ramadan

Si Mayotte a rattrapé son mois de retard pour la vaccination, par rapport au reste du pays, le ramadan risque peut-être de freiner les...

Le sport comme voie d’insertion pour les jeunes mahorais

“Le sport peut changer une vie”. À Mayotte, de nombreux jeunes décrocheurs ou sans activité professionnelle peinent à trouver un emploi. Grâce au projet...

Sublimez-vous avec Djayda chez Sublime institut

Créé à Mayotte depuis un an et demi, le salon d’esthétique Sublime institut est en pleine expansion. Sa fondatrice et gérante, spécialisée dans le...

Pour les acteurs du port de Longoni, Ida Nel doit quitter le navire

Transitaires, pilotes et entrepreneurs dénoncent une ribambelle de dysfonctionnements au sein du port de Longoni, comme des factures disproportionnées et des blocages de conteneurs....